Les Jouets du Mercredi : Solitaire – Rock Lords (Bandai 1987)

 

L’année 1987 pour la licence des Rock Lords résonne comme une mouture qui comportent des modèles pas toujours évidents à dénicher de nos jours, lesquels sont pour la plupart véritablement originaux. Je pense spontanément à Sabrestone et Spearhead, le « binôme » du troisième assortiment qui apparait au dos de certains conditionnements européens estampillés Rock Lords.

La série 3 des robots de pierre c’est aussi le triptyque des Rock Jewels, trois modèles anthologiques dont la transparence renvoie aux gemmes et autres pierres de joaillerie. Dans le numéro précédent des Jouets du Mercredi, j’ai pris plaisir à évoquer Flamestone, le Rock Lord apparenté au rubis.

Aujourd’hui j’ai choisi de mettre à l’honneur Solitaire, la reine du royaume des Rock Jewels. Je vous propose une petite production à mi-chemin entre le dossier, l’analyse et l’approche nostalgique. Bonne lecture à tous.

 

Nous avons connu en France dès 1987 la faction des Pierres Précieuses. Les boites fenêtre européennes Bandai Rock Lords deviennent spécifiques pour le triptyque translucide des seigneurs de la roche. Exit le vert pour les « méchants » et le marron pour les « bons », désormais un superbe bleu très vif habille des packagings sublimés. Pour plus d’informations concernant ces boites fenêtre européennes Bandai, je vous invite à parcourir la production dédiée à Flamestone.

Lorsqu’on examine Solitaire dans son écrin bleuté, on retrouve une configuration du quasi « ton sur ton ». En effet, la reine du royaume des Pierres Précieuses comporte des parties bleues que j’évoquerai dans quelques lignes. Il ressort de cette association une certaine harmonie à mettre en opposition avec la configuration que l’on peut observer lorsque Flamestone se trouve dans son conditionnement.

Dans les deux cas, le rendu est très esthétique et selon les sensibilités, on préfèrera l’homogénéité chromatique ou bien le contraste des coloris.

 

 

Solitaire est un personnage féminin selon les marchés U.S et européen. C’est assez atypique pour le souligner car si on fait un peu de généalogie – notamment au cœur de la décennie 80 – certaines héroïnes/femmes sont restées à l’état de samples, de prototypes ou même de concept arts.

Je pense spontanément à Ténébra dans la licence She-Ra, la Princesse du Pouvoir, à Niko chez les Galaxy Rangers, à la Juge J.B. McBride pour la gamme BraveStarr ou encore à Stellara des Sectaurs. Ce dernier exemple est à nuancer car des samples de la guerrière de Symbion ont été commercialisés en très petites quantités. Ceci dit, des références comme Virulina chez les Visionaries ou encore Mélodia pour les SilverHawks siègent également dans la catégorie des portages de plastique non produits ou bien qui n’ont pas été tirés à grande échelle.

 

 

Pour les années 90, il faut citer Jenny de la gamme Bucky O’Hare restée à l’état de sample. C’est dommage, l’action figure comme le blister étaient superbes. N’oublions pas également Talyn de la licence Skeleton Warriors. Les exemples sont encore nombreux.

 

 

Ceci dit, si j’en reviens aux Rock Lords, nous aurons tout de même le plaisir de compter un second robot de pierre féminin appartenant également à la série 3, Sabrestone.

 

 

 

Si on souhaite en savoir un peu plus sur Solitaire en termes de background, il faut examiner au moins deux supports promotionnels. D’abord le film d’animation Gobots : Battle of the Rock Lords diffusé dès 1986 aux Etats-Unis comme au Canada.

La reine du royaume des Pierres Précieuses apparaît clairement comme une héroïne courageuse, intelligente et même un leader puisqu’elle commande la faction des Rocks Jewels. Une posture hiérarchique intéressante qui contraste avec certains codes pleinement inscrits dans la décennie 80 où les « chefs » étaient majoritairement masculins. Cette dimension de « femme forte » contribue à l’originalité du personnage.

Le second support promotionnel qui permet de découvrir scénaristiquement Solitaire est le deuxième mini-comics Rock Lords fourni avec la série 3 des jouets (1987). En effet, la petite BD There’s ssomething flashing over there met en scène la reine du royaume des Pierres Précieuses aux côtés de Flamestone et Sunstone. J’apprécie particulièrement le design de Solitaire dans ce mini-comics. Justement, parlons sculpture.

 

 

Le dos de la boite fenêtre européenne de Solitaire laisse apparaître un artwork spécifique du personnage. Cette représentation située en haut à gauche du back représente la reine du royaume des Pierres Précieuses telle qu’elle apparaît dans le film d’animation Gobots : Battle of the Rock Lords ainsi que dans le mini-comics There’s ssomething flashing over there.

Ce design est très proche de la déclinaison plastique. En effet, Solitaire affiche une transparence propre aux Rock Jewels avec cependant des parties bleutées et d’autres translucides. Pour autant, le robot de pierre devait être initialement intégralement bleu.

Ci-dessous, un visuel extrait d’un catalogue Bandai Japan de 1987 où l’on peut observer un sample de Solitaire selon la chromatique évoquée précédemment.

 

 

Il existe cependant une autre version transitionnelle/promotionnelle de Solitaire que l’on peut observer sur le catalogue U.S Tonka de 1987. La sculpture de le reine du royaume des Pierres Précieuses diffère : ses pieds sont teintés en noir, des ressors dans les cuisses sont visibles ou encore le bandeau vertical du buste est peint. D’autres variations sont présentes si l’on examine en détail le sample.

 

 

Ceci dit, c’est sans compter la version du catalogue Bandai de 1987 concernant Solitaire avec une énième version qui est différente du modèle commercialisée. L’élément le plus significatif au premier coup d’œil est probablement l’absence du bandeau vertical sur le buste.

On regrettera parallèlement que la reine du royaume des Pierres Précieuses soit présentée sans son arme. Une configuration malheureusement très récurrente – mais pas systématique – dans les catalogues promotionnels des Rock Lords.

 

Solitaire est une très belle réalisation. Son nom est une évocation nominative du diamant, la pierre précieuse qui constitue la reine du royaume des Rock Jewels. La transparence du jouet avec ses zones strictement translucides comme bleutées offre un schéma de couleurs qui se rapproche assez spontanément de l’idée que l’on peut se faire du diamant.

Le visage de Solitaire comporte des détails de peinture intéressants. Les yeux sont teintés en jaune et la bouche en rose, soit une transcription chromatique possible de la féminité. On retrouve sur le buste un bandeau vertical bleu qui est un sticker. C’est assez singulier pour le souligner car la reine du royaume des Pierres Précieuses est le seul Rock Lord au format « regular » qui comporte un autocollant.

 

 

Globalement, le design très anguleux de Solitaire rejoint cette idée de facettes taillées par la main de l’homme, notamment dans le domaine de la joaillerie. Nous avons tous en tête une vision du diamant sculpté géométriquement afin de proposer une esthétique la plus parfaite possible.

Au pays du Soleil Levant, Solitaire avait été initialement baptisée Diaman. Le personnage appartenait bien aux forces du bien – comme pour les déclinaisons U.S et européennes – à la seule différence qu’il était masculin. En effet, au Japon, Diaman n’avait pas été pensé comme un protagoniste féminin. Pour rappel, la gamme des Rock Lords est une création nippone.

Toujours au pays du Soleil Levant, la déclinaison plastique de Diaman était différente des tirages U.S. et européens. En effet, le robot de pierre comportait initialement des yeux rouges et le bandeau vertical bleu du buste avait la forme d’une ceinture. Celle-ci était déjà un autocollant. Autre élément propre à la déclinaison japonaise de Diaman, les trois excroissances de la tête qui sont teintées en bleu foncé.

En termes d’accessoire, Solitaire est fournie avec une épée. Cette arme sied à merveille au personnage puisque sur le plan symbolique on la retrouve très souvent auprès de leaders charismatiques des années 80 appartenant aux forces du bien. On peut citer spontanément Musclor, Starlion ou encore John Blackstar.

 

Epilogue

Le triptyque des Rock Jewels est mythique. Et Solitaire contribue pleinement à cette sacralisation, notamment à travers cette féminité corrélée à une position de meneuse courageuse. Sur le plan promotionnel, il est possible d’observer une déclinaison de la reine du royaume des Pierres Précieuses dans le DA La Revanche des Gobots diffusé en France à partir de 1987. Cependant ce portage offrira un design assez « modernisé » de Solitaire.

D’autre part, des celluloïds extraits de l’œuvre Bleu, l’Enfant de la Terre (1990) mettent en scène la reine du royaume des Pierres Précieuses. Je gage que celle-ci soit ostensiblement présente dans le DA.

Je voudrais avant de conclure établir rapidement une correspondance entre Solitaire et le diamant. Ce gemme est nominativement un dérivé du grec ancien à travers le terme adamas qui signifie l’indomptable, l’indestructible. Des notions à mettre en perspective avec le profil de notre robot de pierre féminin. Parallèlement, dans la culture indienne, le diamant est traditionnellement surnommé le « fruit des étoiles ». Une formulation qui rappelle en filigrane l’origine extra-atmosphérique des Rock Lords.

En dernière instance, je laisse en lien la revue vidéo de Solitaire – et plus largement des Rock Jewels – réalisée par notre FurySanctuary national.

J’espère que cette petite bulle vintage aura été agréable. Rendez-vous d’ici peu afin de (re)découvrir ensemble d’autres jouets appartenant à la décennie 80. Merci à tous pour vos lectures. Cette production est spécialement dédiée à Philippe alias Sciduclub27.

4 comments

Je l’aime bien celle la, en même temps c’est la seule que j’ai dans les « joyaux ». Mais des persos féminins dans les gammes ciblées « garçons » de l’époque comme tu le soulignes c’était bien rare. Même si elle ressemble pas à grand chose une fois transformée en humanoïde, elle passe plutôt bien.

Nicko says:

Merci ma Patounette pour ta lecture 🙂

Solitaire est effectivement extrêmement originale lorsqu’on la contextualise dans les années 80. Un leader féminin c’était quelque chose. Et finalement cette originalité s’inscrit dans celle de la gamme des Rock Lords.

Alors je ne te rejoins pas forcement sur ton ressenti concernant le mode robot. Bien au contraire, je trouve que la forme géométrique de celui-ci rappelle très bien la taille de certains diamants. Sans compter le traitement de la féminité très réussi à mes yeux. Ce n’est qu’un avis subjectif bien entendu.

Merci de nouveau pour ta présence <3

Ma première Rock Lord. Je me rappelle encore que c’était dans un JouéClub. Le seul truc que je regrette c’est la mobilité des jambes et des bras. Ils ne se plient que dans le sens de transformation donc c’est totalement antinaturel.
J’aime beaucoup le schéma de couleurs ainsi que la forme de la pierre.

Nicko says:

Je souscris à toutes tes remarques ma Furynette. Les articulations du mode robot ne sont pas ergonomiques. Mais cette carence est totalement compensée par la sculpture de Solitaire ainsi que par sa chromatique. Une vraie réussite même si ma préférence va à Flamestone pour les Rock Jewels. Son rouge translucide est une véritable merveille.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *