SilverHawks : variante dans la distribution française (Kenner 1986)

 

La distribution française de nos jouets d’enfance constitue un véritable sujet nourri par de nombreuses interrogations dont une partie de celles-ci demeurent encore à cet instant sans réponses. En effet, la diffusion de nos déclinaisons plastique de jeunesse sur le sol français a généré quelques cas de figures pour le moins singuliers, à l’image de la gamme Cosmocats.

Mais c’est sans compter des particularités incluant notamment des packagings spécifiques extra-Hexagonaux, lesquels sont passés par la case reconditionnement afin d’être réutilisés sur le sol français. En ce sens, l’année 2023 a fait resurgir de véritables raretés qui m’ont permis de valider des théories ainsi que de corroborer des témoignages alors jusque-là « sans preuves ».

J’emploie sciemment la formule « sans preuves » non pas parce que je douterais des éléments avancés par certains de mes proches mordus de jouets vintage mais plutôt selon une approche quasi « scientifique », laquelle nécessite l’identification ainsi que la classification/centralisation de spécimens.

Je pense spontanément aux cartes transitionnelles FR/NL Cache Démons – de la licence S.O.S Fantômes reconditionnées pour l’Hexagone vis-à-vis de l’avènement du marché européen. Cette configuration avait été maintes fois évoquée par mon vieil acolyte Geoffrey alias Jouck, sans pour autant qu’un quelconque visuel eu été observé, du moins selon ma propre expérience et jusqu’à cette année.

Aujourd’hui je souhaite ajouter une nouvelle rareté à la catégorie des conditionnements internationaux spécifiquement reconditionnés pour le marché Hexagonal, laquelle s’intègre au sein de la licence SilverHawks.

Alors j’ai bien conscience qu’une telle découverte n’apparaitra en rien exceptionnelle pour l’immense majorité des amateurs de jouets des années 80, ce que je peux tout à fait comprendre. Pour autant, j’espère qu’une poignée d’initiés sera enthousiasmée par le conditionnement MISB SilverHawks qui va illustrer cette petite production. Pour l’occasion, je vais utiliser un déroulement linéaire des informations. Bonne lecture à toutes et tous.

 

 

Les jouets SilverHawks sont arrivés en France au cours de l’année 1988, très certainement dès le printemps. Les aigles d’argent ont été propulsés dans un écosystème Hexagonal peu propice à leur avènement, essentiellement selon un contexte concurrentiel constitué de licences « poids lourds » comme Les Chevaliers du Zodiaque, Transformers ou encore G.I.Joe.

Pour autant, les qualités de l’œuvre SilverHawks sont indéniables malgré une implantation aussi difficile qu’éphémère. Le marché français a officiellement compté la première série de jouets des aigles d’argent dans son intégralité, c’est-à-dire 12 action figures, 3 oiseaux Super Attack Birds ainsi que le Mirage (Maraj en VO) faisant office de « playset mobile » – si j’ose dire – en l’absence du Hawkhaven.

Le design des cartes noires européennes SilverHawks commercialisées en France a été calqué sur l’esthétique des boites U.S. En effet, le fond noir étoilé a donné naissance à nos black cards, lesquelles s’harmonisent parfaitement avec le reste de la gamme des aigles d’argent, par opposition aux cartes bleues d’outre-Atlantique, aussi travaillées soient-elles.

 

 

En termes de boitages – et toujours spécifiquement pour le marché français – les conditionnements des oiseaux Super Attack Birds qui ont été distribués dans l’Hexagone affichent jusqu’ici deux configurations : des packagings U.S. reconditionnés par stickers ainsi que des tirages full FR – beaucoup moins courants – avec uniquement des textes imprimés en français.

La seule boite du Mirage – à cet instant et à ma connaissance – qui a connu le sol Hexagonal est un packaging américain reconditionné avec des stickers.

Voilà un premier « état des lieux » en ce qui concerne spécifiquement la distribution française de la gamme de jouets SilverHawks. J’exclus sciemment l’approche technique qui référence les différents lieux de production concernant les black cards. Vous pourrez retrouver ces données ici.

D’autre part, j’aborderai précisément la diffusion – toujours au sein de l’Hexagone – des jouets SilverHawks appartenant à la série 2 dans une autre production. C’est un fait, une partie de ces déclinaisons plastique ont bien connu le sol Hexagonal.

 

 

Maintenant il s’agit de faire de la nuance dans la nuance. J’ai indiqué précédemment que les oiseaux Super Attack BirdsStronghold, Tally-Hawk et le Sky-Shadow – ont été déclinés en deux formats de conditionnements pour le marché français.

Les tirages U.S. reconditionnés – qui ont d’ailleurs été majoritaires quantitativement parlant vis-à-vis des éditions aux textes full FR – n’ont pas été les seules boites d’outre-Atlantique à avoir été commercialisées dans l’Hexagone. En effet, il faut également comptabiliser des conditionnements canadiens, à minima pour le Sky-Shadow.

Je gage que les deux autres modèles d’oiseaux Super Attack Birds SilverHawks aient été également importés du Canada vers la France. En fait, c’est une quasi certitude même si je n’ai – à ce jour – jamais observé de packagings canadiens de Stronghold et Tally-Hawk reconditionnés à destination de l’Hexagone.

 

 

Le boitage du Sky-Shadow qui illustre cette production est donc typique du marché canadien selon une particularité fondamentale : une double traduction U.S/français littéral. Ainsi les informations textuelles du conditionnement sont réparties en deux zones bien distinctes.

Selon cette idée, le Sky-Shadow a été rebaptisé pour le Canada « Astrombre », une traduction pour le moins originale mais qui suggère avec pertinence une dimension à la fois astrale et sombre. Au-delà de certaines translations parfois savoureuses, c’est surtout la présence d’un sticker de reconditionnement qui contribue à rendre cette boite remarquable.

Cet autocollant indique une souscription du jouet aux normes de sécurité françaises. Il comporte également un code-barres, des copyrights ainsi que l’adresse Hexagonale du siège de Kenner Parker Tonka. Au même titre que le Mirage, la fabrication du Sky-Shadow Super Attack Bird affiche une origine mexicaine. D’autre part, les références numériques du code-barres valident – apriori – une distribution Hexagonale.

De manière anecdotique, un second sticker de reconditionnement destiné à une clientèle française comporte – non sans un certain charme – la mention suivante : « Il est indispensable de suivre les instructions ».

 

 

A ce propos, les boitages U.S. du Sky-Shadow Super Attack Bird reconditionnés pour la distribution Hexagonale comporteront quant à eux un autre sticker indicatif avec le texte suivant : « Attention : ne pas tirer à courte portée ».

D’autre part, la boite canadienne du Sky-Shadow qui illustre cette production comportait un autre autocollant que j’ai malheureusement dû retirer car il était très endommagé. Pour être tout à fait exact, il s’agissait d’une étiquette de prix, laquelle indiquait le montant de 215 Francs.

Ce tarif s’inscrit parfaitement dans la moyenne constatée en France lorsque le Sky-Shadow Super Attack Bird a été commercialisé, c’est-à-dire à partir de 1988. Lorsqu’on contextualise ce montant de 215 Francs, il apparait clairement onéreux, au même titre que les 70 Francs nécessaires à l’obtention d’une action figure SilverHawks.

 

 

Epilogue

Comme mentionné en préambule, j’ai pleinement conscience que cette boite reconditionnée du Sky-Shadow Super Attack Bird peut laisser de marbre la grande majorité des amateurs de jouets vintage. Encore une fois, j’accepte pleinement la dimension marginale de cette trouvaille, ce qui n’enlève rien à l’enthousiasme que je ressens.

Après la découverte de la carte FR/NL transitionnelle de Mamy Beurk et du gift set Skeleton Warriors, ce conditionnement canadien du Sky-Shadow destiné au marché français vient s’adjoindre à ces autres « trésors de guerre » – si j’ose dire – qui s’inscrivent véritablement dans les particularités obscures de la distribution des jouets des années 80 et 90 sur le sol français.

Parallèlement, il est quasi certain que l’exemplaire reconditionné du Sky-Shadow Super Attack Bird qui a illustré cette production provient d’un ancien stock de solderie. Ce circuit secondaire de commercialisation a livré des cas de figures aussi singuliers que surprenants dans l’histoire du jouet vintage.

En dernière instance, je souhaiterais souligner le lien indéfectible qui unit la France et le Canada en termes de déclinaisons plastique, majoritairement selon la décennie 80. Pour des raisons plurielles, notre sol Hexagonal a connu plusieurs conditionnements canadiens de jouets vintage.

On peut citer spontanément quelques gammes concernées comme Les Maîtres de l’Univers, Visionaries, Cops et Truands, Sectaurs, Captain Power et les soldats du futur etc… La licence SilverHawks vient donc s’ajouter à cette liste non-exhaustive.

J’espère que cette petite parenthèse sous le signe de la variante aura été agréable à lire. Rendez-vous d’ici peu afin de (re)découvrir ensemble un autre jouet SilverHawks à travers le prisme du reconditionnement. Oui, d’autres surprises selon cette thématique vous attendent. Merci à toutes et tous pour vos lectures. Cette production est dédiée à Thomas alias Tomy Kyzer.

12 comments

jp says:

Merci Nicko. Pour moi c’est le double/triple/quadruple effet Kiss Cool. Je ne connaissais déjà pas le Sky-Shadow, et là je découvre l’ancien prix (effectivement c’était pas donné), le fait que l’on pouvait trouver ce genre de gamme en solderie, et l’import canadien de certains jouets. 🙂

Nicko says:

Avec plaisir mon jp 🙂

Je suis toujours très heureux de faire découvrir au lectorat de nouveaux jouets – en l’occurrence des années 80 – qui plus est selon le prisme obscur du reconditionnement. Je dis sciemment « obscur » car c’est un sujet de niche qui n’a pas grande importance aux yeux d’une majorité d’entre nous, ce que je peux encore une fois comprendre sans difficulté. A titre personnel, la thématique du reconditionnement vis-à-vis de nos jouets d’enfance me fascine, au même titre que les zones conceptuelles. Les circuits de distribution secondaires ont donné naissance à des configurations parfois très atypiques, et ce bien davantage que la présence de packagings canadiens sur le sol français.

Pour rebondir sur ta remarque concernant la tarification de ce Sky-Shadow Super Attack Bird, et bien elle apparait effectivement assez élevée, même si le jouet présente une envergure notable. A la même période en France, c’est-à-dire autour de l’année 1988, les enfants – comme les parents d’ailleurs – préfèreront très certainement à ce Sky-Shadow Super Attack Bird une boite G.I.Joe. Le format « pack » très répandu au sein de la gamme 3 3/4″ des héros sans frontières proposait un véhicule accompagné d’une action figure, ce qui encourageait à l’achat selon le prisme de la jouabilité, le tout pour un tarif bien souvent très inférieur à 215 Francs.

Umoteck says:

Merci pour cet article très intéressant, comme toujours.
As-tu recensé des cas similaires pour nos voisins européens ?

Nicko says:

Merci Umoteck pour ton intervention stimulante, comme toujours 🙂

Excellente question qui soulève une possible extension de ma modeste production. Celle-ci engageait spécifiquement la gamme SilverHawks originelle ainsi que sa distribution française à travers la configuration du reconditionnement canadien. Si j’étends – globalement j’insiste – le champs de vision aux pays européens voisins de la France, je peux citer spontanément au moins quatre destinations ayant connu des packagings reconditionnés provenant d’un autre territoire : la Belgique, l’Allemagne, l’Italie ainsi que l’Angleterre.

En Italie, plusieurs conditionnements en provenance des Etats-Unis ont été restickés, notamment pour la gamme des Maîtres de l’Univers originelle ou bien des Skeleton Warriors. L’Allemagne a connu des cartes Benelux Cosmocats avec un autocollant au dos. L’Angleterre s’est vu distribuer des cartes U.S. Rock Lords etc… En fait, le sujet est inépuisable et les cas de figure foisonnent.
Maintenant, si l’on parle spécifiquement de packagings canadiens reconditionnés à destination de pays européens autres que la France, on entre dans du chirurgical. La Belgique sera concernée mais pas que. Là encore, il faudrait que je prenne le temps de mettre en forme mes notes au sein d’une production dédiée. Des journées de 48h seraient les bienvenues 🙂

Umoteck says:

Merci pour ces informations supplémentaires. Effectivement des journées de 48h voir plus, nous seraient très utiles 🤣

Nicko says:

Avec plaisir ! 😀

Sith says:

Super Nicko, belle publication ! Dis-moi, quelles étaient les enseignes françaises de l’époque à pratiquer des « solderies » massives ? Je pensais qu’en France, les boutiques gardaient les stocks jusqu’à épuisement total ?

Nicko says:

Merci beaucoup Chris pour ta lecture 🙂

Sur Paris, au moins deux enseignes discount ont écoulé du jouet des années 80 en quantités significatives : « Tati » ainsi que la société « Soldes Namani » renommée durant la décennie 90 « Stockomani ». Les témoignages que j’ai recueillis évoquent la présence de gammes comme Les Maîtres de l’Univers, Sectaurs, Power Lords, Cosmocats, SilverHawks ou encore BraveStarr.

Je dois finaliser depuis longtemps une production qui abordera spécifiquement nos solderies françaises des années 80 et 90. Il existe bien d’autres enseignes – parfois très obscures – qui ont destocké du toys de la décennie 80 comme 90. J’ai également des tarifs à disposition, lesquels laissent clairement rêveur. Si le temps me le permet, je publierais ce recensement avec les quelques considérations qui l’accompagnent d’ici la fin de l’année. Mais rien n’est moins sur.

En France, les petites boutiques de jouets locales se retrouvaient très souvent avec des invendus sur les bras. C’est d’ailleurs pour cela que les achats – lesquels constituaient un véritable enjeu stratégique, bien davantage que pour une très grande enseigne – étaient très ciblés et que certains assortiments, contenant notamment des modèles « moins vendeurs », étaient parfois boudés. Sans compter les très grosses boites qui étaient souvent les malvenues au sein de petites surfaces de vente comme de stockage. Je parle précisément pour des revendeurs indépendants « locaux ».
En ce qui concerne les grandes enseignes – et toujours dans le domaine du jouet – les stocks étaient écoulés, bradés, puis si nécessaire revendus à des discounteurs afin d’être soldés à nouveaux. Mais c’est un sujet complexe, à nuancer car plusieurs cas de figure existent. Encore une fois, je ne désespère pas y revenir à l’écrit de manière détaillée d’ici peu. Auparavant, j’ai quelques jouets d’exception à partager dans notre webzine.

Lanace says:

Intéressant de fou !
Ce genre d’article peut paraître dépourvu d’intérêt pour une grande partie des amateurs de jouets mais est du pain béni pour les tarés comme nous qui aimons le jouet tout comme les petites histoires qui l’accompagnent.
Encore une fois, merci frérot.

Nicko says:

Merci frangin ! 😀

Nous sommes bien d’accord, une telle production ne suscitera que peu d’intérêt au sein des amateurs de jouets vintage, ce que je comprends aisément encore une fois. Finalement, ce qui rend intéressante cette boite du Sky-Shadow Super Attack Bird c’est – au-delà de la provenance canadienne et de ses traductions atypiques – la « simple » présence de deux stickers de reconditionnement à destination du marché français. A titre personnel, c’est amplement suffisant pour générer un intéressement ainsi qu’une stimulation intellectuelle, surtout que – selon un parcours subjectif – je n’avais jamais eu l’occasion d’observer une boite canadienne du Sky-Shadow Super Attack Bird reconditionnée pour la France.

jp says:

Désolé de poster cela ici, sachant qu’il ne s’agit pas d’un partenaire, mais cela pourrait intéresser des fans de la série. En ce moment BBTS solde la wave 1 Super7 SilverHawks Ultimates pour 149$, ça fait du 36$ chacune.

ExarKun02 says:

Au contraire, on est toujours preneur de tes petites découvertes comme ça !
Merci pour le partage !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *