Dossier Vintage : Ratar-O – Cosmocats (Orli Jouet – AL.ES 1986)

 

Aujourd’hui je vous propose de faire un petit passage par la Troisième Terre. La licence Cosmocats fait partie des références incontournables pour la grande majorité des enfants de la décennie 80 et nous gardons tous en tête des souvenirs impérissables en lien avec cet univers très riche.

En ce sens, le DA des Cosmocats a marqué les mémoires, notamment via un générique français qui n’a rien à envier à son homologue U.S. Et puis bien entendu, les jouets des félins de l’espace ont accompagné notre jeunesse avec une distribution Hexagonale pour le moins chaotique.

Je pense que nous ne sommes pas au bout de nos surprises concernant les jouets Cosmocats en conditionnements FR. Des cas de figures inconnus – et même incongrus – seront très certainement découverts durant les prochaines années, c’est une certitude. Ceci dit, la patience sera de rigueur car, comme évoqué précédemment, la diffusion de la gamme de jouets Cosmocats sur le territoire français a été très désordonnée.

J’avais plus ou moins abordé cette thématique au sein du dossier qui évoquait la carte Orli Jouet – AL.ES de Mumm-Ra. Aujourd’hui on reste dans le marché Hexagonal de la licence Cosmocats. En effet, Je souhaite partager dans FulguroPop le blister FR de Ratar-O, le leader des Mutants de Plun-Darr. Le prisme culturel – notamment à travers la symétrie – me permettra de souligner plusieurs aspects en lien avec le design du personnage.

J’adjoindrai parallèlement des documents conceptuels illustrant Ratar-O. Enfin j’évoquerai les particularités de la carte française Orli JouetAL.ES. Pour l’occasion, je vais utiliser un déroulement linéaire des informations. Bonne lecture à toutes et tous.

 

 

La licence Cosmocats va, entre autres, utiliser un concept qui laissera une empreinte considérable durant la décennie 80 et même 90, celui de l’anthropomorphisme. En effet, l’hybridation entre deux espèces, en l’occurrence humaine et animale, donnera naissance à des créatures et autres guerriers plus marquants les uns que les autres.

Nos chers Maîtres de l’Univers constituent des ambassadeurs de choix, lesquels ont littéralement créé un courant esthétique impliquant également un format bien spécifique. Si on souhaite faire référence à d’autres déclinaisons de plastique anthropomorphiques des années 80, il est possible d’évoquer Mumbo-Jumbo de la licence SilverHawks.

Le Minotaure de la Galaxie de Limbo affiche en effet un concentré des codes évoqués précédemment : un format, des muscles, une action feature ainsi qu’un design anthropomorphique. Mais c’est sans compter la licence Tortues Ninja (1988 datation U.S) ou encore celle des Sectaurs (1986 datation FR).

La liste serait longue, surtout si on étend cette thématique aux années 90. Dans le cadre de l’œuvre Cosmocats, les exemples de créatures anthropomorphiques ne manquent pas. C’est même, disons-le, une composante profonde de l’univers des félins de l’espace.

 

 

Ratar-O s’inscrit parfaitement dans ce logiciel d’hybridation et pire, il est la continuité d’une autre créature bipède à mi-chemin entre l’animal et l’humain, Splinter. Le maitre des Tortues Ninja rejoint cette thématique anthropomorphique à travers le concept de mutant.

Lorsqu’on place en symétrie Ratar-O et Splinter, on retrouve des codes et même un A.D.N qui sont communs. D’abord une posture de leader, puisque pour rappel, Ratar-O dirige les Mutants de Plun-Darr et ce n’est qu’en son absence que Krolor occupe ce poste.

Ensuite, les créateurs de notre rat de l’espace ont raccordé celui-ci à la culture asiatique, notamment martiale. En effet, Ratar-O affiche un design aux nombreux signes pouvant être corrélés à l’Asie : de longues moustaches fines, une tunique spécifique ainsi qu’une paire de Saïs. Parallèlement, Splinter est originaire du Japon et il maitrise les arts martiaux.

Si on parle temporalités, Ratar-O est un personnage qui apparait dès 1985 dans la série animée Cosmocats. Splinter, quant à lui, sera intronisé en 1984 dans le premier comics Teenage Mutant Ninja Turtles.

 

 

La conceptualisation de Ratar-O – spécifiquement en vue d’introduire celui-ci dans le dessin animé des Cosmocats – a occasionné différents croquis préparatoires. Pour rappel, l’univers des félins de l’espace est le fruit de plusieurs artistes dont, entres autres, Michael « Mike » Germakian, Bob Camp, Tsuguyuki Kubo ou encore Jim Meskimen.

Justement, le premier concept art que je souhaite partager provient de cet artiste aux multiples facettes. Tantôt scénariste, dessinateur, acteur, producteur ou chanteur, Jim Meskimen a cumulé les cartes de visite au sein d’une longue carrière.

Ci-dessous, un premier concept art de Ratar-O. Il a été réalisé par Jim Meskimen afin de développer le personnage pour le DA Cosmocats. Plusieurs éléments sont intéressants. D’abord l’orthographe du dénominatif « Rataro » qui souligne la temporalité conceptuelle/transitionnelle du document.

 

Ensuite il faut mettre en évidence la présence d’une arme à feu, qui semble être un revolver, lequel est placé dans son holster. C’est assez atypique lorsqu’on sait que les principaux Mutants de Plun-Darr auront des armes blanches dédiées : un gourdin pour Shakal, une hache de combat pour Krolor et une pince métallique pour Vultureman. Ceci n’exclura pas sporadiquement l’utilisation de lasers par exemple.

Ratar-O ne dérogera pas à la règle – en tant que Mutant principal – via sa paire de saïs. Plus globalement, on retrouve à travers la présence d’armes blanches une évocation primitive du combat qui contraste avec l’environnement technologique que l’on peut observer dans le background des Cosmocats. Une autre recette qui a fait ses preuves durant la décennie 80 avec un croisement subtil entre archaïsmes et modernités.

En ce sens, on peut voir dans la présence de l’arme à feu sur le Ratar-O conceptuel de Jim Meskimen un symbole du concept évoqué précédemment. Ci-dessous, un autre dessin préparatoire de Ratar-O, toujours par Jim Meskimen.

 

Le croquis met en lumière les « électro Saïs » de notre leader des Mutants de Plun-Darr. On retrouve là encore – à travers le fonctionnement spécifique de ces armes blanches – un savant mélange de traditionalisme et de futurisme. Les Saïs de Ratar-O ont un dénominatif spécifique dans le background du DA Cosmocats : les Rat’s Eyes.

Le dessin conceptuel de Jim Meskimen illustre des armes pouvant projeter des arcs électriques. On retrouvera partiellement cette capacité technique dans le support animé des Cosmocats avec des Rat’s Eyes aux compétences de télékinésie. La paire de Saïs pourra également projeter des blasts énergétiques tout en servant de réflecteur/bouclier.

 

 

D’un point de vue analytique et culturel, il me parait intéressant de souligner un élément structurel en lien avec les Rat’s Eyes. En effet, chaque Saï comporte un œil situé à la jonction du manche et de la lame. Une première grille de lecture, en l’occurrence théologique, pourrait corréler ces yeux à l’œil omniscient capable de tout voir selon le regard de Dieu sur l’humanité.

Cette approche souligne en filigrane la position hiérarchique de Ratar-O comme leader des Mutants de Plun-Darr. Pour rappel, la thématique de la vision est très présente dans l’œuvre Cosmocats. Je pense spontanément à l’Œil de Thundera, à Mumm-Ra et sa capacité d’observation à distance ou encore à la formule de Starlion : « la vision par delà la vision ».

 

 

Justement, selon cette thématique oculaire, je souhaiterais évoquer le casque de Ratar-O, lequel comporte en son centre – sur la partie frontale – un point rouge. Cette configuration m’évoque le troisième œil d’après les cultures ésotériques orientales.

En effet, les traditions mystiques d’Orient attribuent à ce troisième œil la capacité de transcender le physique afin d’accéder à une connaissance invisible. Selon cette idée, on rejoint pleinement la formulation de Starlion évoquée précédemment : « la vision par delà la vision ».

D’ailleurs, lorsque le leader des Cosmocats place l’Epée d’Omens devant ses yeux, l’Œil de Thundera forme un troisième œil sur son front. Mais c’est sans compter le portage modernisé de Ratar-O pour le support animé ThunderCats de 2011 : notre rat de l’espace verra son point rouge frontal « vintage » ostensiblement remplacé par un œil.

 

 

Selon les cultures, le rat est un animal aux symboliques qui diffèrent. Si en Europe il a été à la fois synonyme de Peste et responsable de la propagation de nombreuses autres maladies, le rat est aussi communément attribué à l’insalubrité ou même à un pêché capital, celui de l’avarice.

En ce sens, et toujours selon une culture européenne mais aussi américaine, les Mutants de Plun-Darr ont été associés – en termes de design – à des animaux peu nobles : un chacal, un lézard, un primate, un vautour et bien entendu un rat.

Pour autant, si on se place du point de vue des cultures asiatiques, le rat ne renvoie pas nécessairement à des éléments négatifs. Bien au contraire, en Chine il incarne l’imagination, le charme et l’ambition. Selon les traditions nippones, le rat symbolise la chance.

Parallèlement en Inde, le rongeur sera indissociable de l’intelligence. Justement, il faut mettre précisément cette qualité en perspective avec Ratar-O et sa posture de leader des Mutants. Spinter – que j’ai évoqué dans la partie introductive du dossier – s’inscrit pleinement dans cette symbolique incluant intelligence ainsi que supériorité hiérarchique.

La culture indienne associe également au rat la notion de sagesse. Là encore, un lien peut être établi avec Splinter mais pas nécessairement avec Ratar-O. En effet, ce dernier apparait dominateur et arrogant au sein du support animé originel Cosmocats.

 

 

Ratar-O a été – sur le plan identitaire – imprégné par la thématique du rat, au même titre qu’un superhéros qui verrait la totalité de son matériel structuré en fonction d’un animal représentatif. Citons Batman qui constitue un exemple possible parmi tant d’autres.

Selon cette considération, Ratar-O est doté de Rat’s Eyes – comme évoqué précédemment – mais il possèdera également un moyen de transport bien spécifique, le Ratstar. Ce vaisseau spatial – selon mon parallèle avec l’homme chauve-souris – aurait pu afficher un design évoquant un rat ou bien un rongeur.

Et pourtant, le design du Ratstar suggère plutôt une tortue. Le vaisseau spatial est parfois piloté par Vultureman, un Mutant très fidèle à Ratar-O et également assez intelligent.

 

 

Si on poursuit dans cette voie syntaxique, il est intéressant d’évoquer l’ancêtre – si j’ose dire – de Ratar-O, à savoir Ratilla. Ce personnage visible dans le support animé originel des Cosmocats présente de nombreuses similitudes avec son descendant.

D’abord à travers la thématique du rat mais également selon un A.D.N esthétique très asiatique. On retrouve d’ailleurs sur la partie frontale du casque de Ratilla un point central, vert cette fois. Au-delà de l’embonpoint du personnage, il faut souligner que celui-ci possède une arme dédiée : le Sabre de Plun-Darr (Sword of Plun-Darr en V.O).

On découvre donc les origines de cette arme que Mumm-Ra utilisera dans une temporalité future. Pour rappel, Ratilla évoluera dans le background de l’œuvre Cosmocats qui correspond à la jeunesse de Jaga et à la naissance de Starlion. De manière plus subtile, on peut mettre en perspective les Saïs de Ratar-O avec le Sabre de Plun-Darr de Ratilla. Je reviendrai sur ce point précis à la fin de cette production.

 

 

Parlons jouets. L’action figure de Ratar-O a été distribuée aux Etats-Unis dès 1986 par la firme LJN. Elle appartient à la seconde série de déclinaisons plastique estampillées ThunderCats dans laquelle se trouvent d’autres modèles assez populaires comme Snowman ou Tuska Warrior.

Pour rappel, les blisters ThunderCats de la seconde série de jouets apporteront des dos de cartes avec 14 personnages illustrés ainsi que l’offre mail away permettant d’acquérir Mumm-Ra sous sa forme non-transformée. En France, c’est la firme Orli Jouet qui sera en charge de la distribution des Cosmocats. L’impression des cartes sera confiée à la société AL.ES basée en Italie.

En termes de datation, les déclinaisons plastique des félins de l’espace ont été commercialisées sur le sol Hexagonal dès l’année 1986. Le catalogue professionnel Orli Jouet fait état – en dehors des créatures, véhicules et accessoires – de 8 action figures ainsi que de 2 mini-figurines, ce qui correspond à l’agencement de la série 1 aux U.S. (sans les mini-figurines). Le marché français ayant débuté en 1986, on retrouvera commercialisées dès le lancement de la gamme Cosmocats – et de manière simultanée – des déclinaisons plastique de la série 1 ainsi que de la série 2.

Certains visuels promotionnels français illustrent d’ailleurs à cette période des cartes américaines ThunderCats car les tirages FR n’étaient pas encore finalisés/disponibles au moment de la réalisation du cliché. Ci-dessous, on retrouve une action figure de la série 1, précisément Pantero aux côtés de deux modèles de la série 2 : Vultureman et Mumm-Ra avec Ravage. La source est un catalogue de revendeur professionnel datant de décembre 1986.

 

 

Si je me réfère à cette configuration, Ratar-O a très probablement connu le sol français dès 1986. Mais il n’est pas exclu que pour de multiples raisons le jouet n’ait été commercialisé qu’à partir de 1987.

Le blister de Ratar-O qui illustre cette production comporte plusieurs points notables. D’abord le front card rappelle la fonction Battle-Matic Action via un macaron spécifique. Cette action feature – brevetée – qui consiste à faire bouger les bras du personnage via un bouton-poussoir situé dans le dos de celui-ci provient initialement d’une autre gamme de jouets estampillée LJN, Dungeons & Dragons (1983 datation U.S).

 

 

Autre élément à souligner, le sticker nominatif sur la bulle n’a pas été traduit en français, comme ce fut le cas pour une partie des action figures Cosmocats de la série 1. La mention « Evil Mutant » l’atteste car le dénominatif Ratar-O n’a pas eu de modification/traduction pour la marché Hexagonal.

Il faut également mentionner la présence du logo AL.ES, toujours sur le front card. C’est un élément qui contribue beaucoup au charme de nos cartes FR Cosmocats. On regrettera cependant que le logo Orli Jouet soit absent, surtout lorsqu’on observe les maquettes (mock up) propres au catalogue professionnel 1986 de la firme.

Mais si on parle strictement logo, il me semble nécessaire de rappeler à quel point la transposition française du dénominatif ThunderCats – façonné originellement par Michael « Mike » Germakian – est réussie. Le logo Cosmocats est électrique, incisif, aiguisé comme des griffes de félins. C’est un sans faute.

 

 

De manière plus technique – toujours concernant le front card –  il faut souligner la présence du mini-dépliant promotionnel placé derrière l’action figure de Ratar-O. Ce document publicitaire avait pour vocation de présenter les jouets Cosmocats disponibles à la vente durant la temporalité de commercialisation de la déclinaison plastique concernée. Nous avons eu dans nos blisters et boites françaises des félins de l’espace des mini-dépliants promotionnels U.S, majoritairement celui avec le triangle violet mais pas que.

La présence de mini-dépliants promotionnels U.S. dans nos conditionnements Cosmocats FR est un point supplémentaire qui vient s’ajouter aux péripéties en termes de packagings propres à la distribution Hexagonale des félins de l’espace.

D’autre part, trois mini-dépliants promotionnels comportant le triangle violet ont été recensés : un premier tirage pour le marché U.S. avec les jouets de la série 1. Une deuxième version majorée de déclinaisons plastique appartenant à la série 2. Enfin – spécifiquement pour ce second mini-dépliant promotionnel – il existe une édition canadienne avec notamment la double traduction U.S/français littéral.

Concernant nos packagings Cosmocats FR, nous avons eu à l’intérieur le mini-dépliant promotionnel au triangle violet incluant les jouets de la série 2 (1986 datation U.S). Ci-dessous un visuel de ce dernier.

 

 

Après ces quelques considérations sur la thématique des mini-dépliants promotionnels présents dans les packagings FR Cosmocats, on peut commencer à être davantage chirurgical. Il existe des nuances bien précises à prendre à compte. D’abord, le mini-dépliant promotionnel illustré ci-dessus connait une variante, celle avec le personnage de Ratar-O (un sample aux couleurs qui diffèrent du modèle commercialisé), lequel n’arbore pas des saïs noirs dans ses mains mais de longues pointes grises.

 

 

Ensuite pour certaines action figures Cosmocats en cartes FR, le mini-dépliant promotionnel fourni n’était pas obligatoirement celui évoqué précédemment. On pouvait retrouver également la version avec la couleur orangée, toujours en édition U.S. et non pas FR/NL.

A cet instant précis, les personnages articulés concernés sont : WilyKitWilyKatBerbil BillBerbil BelleBerbil BertSnarf ainsi que le “bi-pack” Félibelle et WilyKit (dans sa déclinaison “non-articulée”).

 

 

Nous sommes sur un cas de figure bien particulier à propos de ces références. Si j’extrais le “bi-pack” Félibelle et WilyKit, on a exclusivement des action figures appartenant à la série 2 des jouets Cosmocats. Hors, Ratar-OHachimanSnowman, les Berserkers ou encore Tuska Warrior (nommé parfois uniquement Tuska sur le sticker de la bulle) ont bien connu un mini-dépliant promotionnel avec le triangle violet dans leurs blisters alors qu’ils font également partie de la série 2.

Ensuite la carte FR de Félibelle et WilyKit appartient à la première mouture de jouets Cosmocats. La présence du mini-dépliant promotionnel orangé laisse penser à un retirage, tout comme le Starlion sous carte française sans le fond blanc et également pourvue de ce fameux mini-dépliant promotionnel au code couleur orangé.

Ceci dit, ces « full black cards » Cosmocats FR pourraient être les premières conceptualisées mais utilisées plus tardivement lors de la distribution de la gamme sur le sol Hexagonal.

 

 

Rien n’est certain car la plupart des références citées précédemment sont rarissimes en conditionnements FR. Il faudrait plusieurs exemplaires de chaque blister Hexagonal afin d’apporter une justification aussi certaine que cohérente.

Pour autant, je pense que l’explication est très simple : une première partie de la série 2 des jouets Cosmocats distribués en cartes FR aurait été conditionnée et commercialisée aux côtés des déclinaisons plastique de la série 1. Le blister FR de Félibelle et WilyKit aurait été réédité au sein de la seconde partie de la série 2, laquelle a été associée au mini-dépliant promotionnel orangé (il existe bien un tirage avec le mini-dépliant promotionnel au triangle violet ainsi qu’un sticker sur la bulle sans le dénominatif WilyKit). Une piste à creuser et à confirmer.

Ci-dessous, un visuel du mini-dépliant promotionnel au code couleur orangé, celui commercialisé avec les cartes FR Cosmocats évoquées dans cette partie du dossier.

 

 

On pourrait encore extrapoler cette petite “thèse” concernant les mini-dépliants promotionnels dans les conditionnements Cosmocats FR. Il existe bien d’autres spécimens tout aussi curieux. Par exemple la carte FR de Ma-Mutt qui est associée à un mini-dépliant promotionnel au triangle violet, alors que le molosse de Mumm-Ra appartient lui aussi à la série 2.

Toujours à propos de la thématique publicitaire, il faut évoquer une carte FR de Krolor contenant un intriguant  mini-dépliant promotionnel frappé du logo AL.ES. Une configuration inédite qui demande de l’approfondissement mais également de la réserve car la bulle du blister en question a été recollée.

Dans tous les cas, l’ensemble des particularités – en termes de mini-dépliants promotionnels – évoquées jusqu’ici et propres au marché français des Cosmocats illustre de nouveau une certaine désorganisation en lien avec des problèmes de timing, de distribution ainsi que de production concernant les packagings.

 

 

Le cardback relatif à la carte Fr de Ratar-O comporte quelques éléments à souligner. D’abord, et selon les considérations précédemment évoquées, on retrouve une charte organisationnelle ainsi qu’un contenu promotionnel équivalents au dos des blisters appartenant à la série 1. Ce qui est remarquable, c’est que Tigro et Félibelle n’ont pas respectivement WilyKat ainsi que WilyKit illustrés à leurs côtés.

Ces visuels sont en fait ceux repris des cartes U.S. alors que le traitement de ces deux personnages pour le marché français a été différent, c’est-à-dire qu’ils n’ont – apriori – pas été commercialisés sans leurs compagnons. Une énième illustration du manque de pertinence propre à nos conditionnements Cosmocats Hexagonaux.

 

 

On peut – dans le langage du collectionneur – parler de carte 8 back alors que pour la série 2 des déclinaisons plastique Cosmocats, les blisters U.S. proposaient du 14 back en introduisant les nouvelles action figures. Ratar-O aurait été distribué en France au sein de la première partie des jouets Cosmocats appartenant à la série 2 et comportant un mini-dépliant promotionnel violet.

En termes de traduction, le point le plus intéressant réside dans la translation française utilisée pour introduire sommairement les enjeux du background. Pas de planète Thundera évoquée, ou encore de Troisième Terre, mais une certaine “planète Cosmos”.

Ensuite l’Epée d’Omens a été rebaptisée “l’Epée du Pouvoir”. Des banalisations/simplifications nominatives qui indiquent une véritable méconnaissance de l’œuvre Cosmocats par les traducteurs ainsi qu’une négligence en termes de contrôle comme d’application.

 

 

De manière plus globale, je trouve que nos cartes FR Cosmocats ont un charme fou. D’un point de vue textuel, des formules comme « Figurine à animer » (présente sur le front card ainsi qu’au dos de la carte) ou encore « Pour animer le personnage » transfusent une certaine naïveté, voire même de l’ingénuité. Elles symbolisent finalement une époque d’insouciance.

Parallèlement, il faut mentionner la formule marketing “COLLECTIONNE-LES !” en caractères gras et jaunes, lesquels sont volontairement bien visibles. Une “invitation” à consommer, un véritable impératif à acquérir, notamment à travers le point d’exclamation. La traditionnelle mention “Vu à la TV” – très démocratisée durant les eighties – était plus subtile avec cependant la même orientation sous-jacente :  encourager à acheter le plus de produits possibles appartenant, en l’occurrence, à la gamme de jouets concernée.

 

 

L’action figure de Ratar-O est clairement originale. Un rat à mi-chemin entre l’anthropomorphe et le mutant ne pouvait laisser insensibles les jeunes bambins que nous étions. Pour autant, Ratar-O n’a pas bénéficié de ce que l’on pourrait appeler une aura populaire. De mémoire, notre rat de l’espace n’apparait que dans très peu d’épisodes du support animé Cosmocats.

Ceci n’enlève rien aux qualités de l’action figure. En effet, la déclinaison plastique de Ratar-O rend assez bien hommage à son homologue télévisé. Le point rouge frontal est bien présent, tout comme la ceinture avec le holster selon le dessin conceptuel de Jim Meskimen. Ceci dit, pas d’arme à feu dans le holster mais un élément moulé difficilement définissable. Pour rappel, ce sont les model sheets orignaux du DA qui ont servi à façonner les jouets Cosmocats.

L’action figure de Ratar-O assez massive, colorée, même si les teintes utilisées diffèrent du portage animé. Le sculpt est particulièrement réussi avec notamment des pattes qui évoquent bien celles d’un rat. Les yeux rouges renvoient à un animal qui serait potentiellement enragé. Pas moins de cinq points d’articulation et le système Battle-Matic Action apportent de la jouabilité. En fait, je devrais énumérer 6 points de mobilité en totalité car la queue de Ratar-O peut bouger.

C’est un détail appréciable. La forme/torsion de celle-ci peut différer en fonction du placement de l’action figure dans le blister. Pour autant, cela ne peut être considéré comme une variante.

 

 

A ce propos, aucune variation n’a été recensée pour l’action figure de Ratar-O. En revanche, concernant les d’accessoires, les Saïs fournis avec le jouet peuvent être différents selon les tirages. Ceux présents dans le blister qui illustre cette production sont noirs avec des yeux bleus turquoise.

Deux autres modèles ont été identifiés à ce jour : une version identique aux Saïs noirs mais intégralement gris. Un troisième tirage au sculpt différent des deux autres et également gris. La question de fond est : comment chronologiser ces armes ?

 

Ce pense que ce sont les Saïs illustrés ci-dessus qui constituent le tout premier tirage. Pour en arriver à cette conclusion, je me suis basé sur les visuels de plusieurs supports promotionnels. D’abord via un cliché présent dans le catalogue professionnel LJN de 1986.

La photographie met en scène les action figures Cosmocats déjà commercialisées aux U.S. en 1985 ainsi que la nouvelle mouture appartenant à la série 2. Sur la coupure ci-dessous – laquelle a été prélevé dans le catalogue professionnel LJN de 1986 – on identifie clairement Ratar-O avec les Saïs gris au mold spécifique sans les yeux.

 

 

Ma seconde source est une coupure provenant d’un catalogue promotionnel de Noël appartenant également à l’année 1986.  Sur le prélèvement, on identifie clairement Ratar-O arborant les Saïs gris sans les yeux. Ce sera également la même configuration sur le catalogue JCPenney de 1986.

La version des Saïs gris sans les yeux constitue très certainement le premier tirage, lequel a été modifié par la suite afin de matcher davantage avec le support animé. Le tirage noir des Saïs avec les yeux bleus turquoise a très certainement été conceptualisé à cette période.

Sa version simplifiée, grise, sans les yeux peints, appartiendrait aux dernières productions de l’action figure de Ratar-O. On a connu ce phénomène de réalisation à l’économie au sein de la gamme de jouets Cosmocats, notamment avec la dague à lame ondulée de Mumm-Ra. Globalement, le soin accordé aux jouets pouvait s’amenuiser au fil des tirages. C’était un phénomène récurrent durant la décennie 80.

 

 

D’un point de vue culturel, le Saï aurait été utilisé par la paysannerie asiatique comme un outil afin de faciliter la plantation du riz. Rien n’est certain, mais en revanche, ce fut clairement une arme qui servait spécifiquement à combattre les samouraïs armés de Katanas.

En effet, la forme structurelle du Saï permettait de bloquer des lames tranchantes et de les briser (une particularité à corréler selon le prisme de la filiation avec le Sabre de Plun-Darr relatif à Ratilla, l’ancêtre de Ratar-O). D’autre part, selon la tenue, le Saï avait une fonction exclusivement défensive, notamment lorsque sa pointe la plus longue était placée le long de l’avant-bras. (prise inversée).

Il est intéressant de mettre en perspective ces remarques avec Ratar-O. D’abord un lien spontané – déjà établi il y a quelques lignes – est à faire avec l’esthétique asiatique du personnage. Ensuite la notion d’archaïsme, de rudimentaire – qui s’oppose à la partie technologique de l’œuvre Cosmocats – est parfaitement symbolisée par les Saïs.

Selon cette idée de dichotomie, dans le support animé, on peut observer que Ratar-O a la capacité de se déplacer dans les airs via des propulseurs situés au niveau de ses pieds.

 

 

Epilogue

Evoquer des conditionnements Cosmocats FR suscite toujours en moi un réel plaisir. Pire, je dirais même une certaine forme d’excitation car ces packagings Orli Jouet frappés du logo AL.ES sont complexes à dénicher, qui plus est dans un état slipfresh.

La carte de Ratar-O qui a illustré cette production s’inscrit dans cet état de conservation optimal et très cher à mon cœur. J’avais déjà présenté ce blister à travers un numéro de l’Instant Vintage, lequel avait été publié sur le site ToyzMag en novembre 2015. Ce dossier est désormais obsolète.

La déclinaison plastique en carte FR de Ratar-O est rarissime, bien davantage que celle d’un Starlion. Oui, cette considération pourra heurter beaucoup d’amateurs de la licence des félins de l’espace mais c’est un fait : à l’heure actuelle, nous connaissons davantage d’exemplaires MOC FR en circulation du leader des Cosmocats que de Ratar-O.

Ceci dit, la question de la rareté ou encore de la valeur ne m’intéresse pas fondamentalement. C’est une composante de la collection de jouets vintage, rien de plus à mes yeux. En revanche, identifier des variantes ou bien chronologiser celles existantes constituent des approches qui me passionnent littéralement.

J’espère que cette petite bulle vintage fut agréable à parcourir. Rendez-vous d’ici peu afin de (re)découvrir ensemble un autre jouet des années 80. Merci à toutes et tous pour vos lectures. Cette production est dédiée à Benjamin F, à Xavier alias Zabitsuko ainsi qu’à Rocco alias Hachiman.

15 comments

Nicko says:

Merci ma Patounette ! <3

Olivier says:

Encore un article de fou, à part de vagues souvenirs du DA, c’est un univers que je ne connais pas.

Nicko says:

Merci Olive ! 😀

Je ne sais pas de quelle génération tu es exactement, mais en France, on a connu le DA Cosmocats dès Septembre 1986 sur A2 de mémoire. C’est un univers que je t’invite à découvrir tant il est riche et surtout en termes d’animation, c’est une totale réussite.

Sith says:

Exact, rentrée scolaire 86 pour le DA ! Sinon beau dossier pour ce Ratar-O que je n’ai jamais croisé en rayon !

Nicko says:

Merci beaucoup Chris ! 🙂

Pour en avoir parlé avec beaucoup de personnes de notre génération, peu d’entre nous se souviennent de ce Ratar-O dans les rayonnages de jouets Hexagonaux. Un phénomène à ne pas corréler uniquement à la notoriété assez faible du personnage mais aussi à une distribution spécifiquement désorganisée pour le marché français. L’action figure d’Hachiman en carte FR Orli Jouet – AL.ES s’inscrit dans le même cas. Un véritable sujet qui nécessiterait une production centralisant tous les éléments que j’ai pu rassembler à ce jour.

Exar says:

Mouais peut mieux faire !

Punaise c’est top ! Ca fourmille d’info et ce blister de Ratar-O est magnifique !

Nicko says:

Ah ah ! Merci mon Guillaume ! <3

J'essaie toujours d'apporter plusieurs angles de vue qui convergent en un point, le jouet. Ratar-O n'est pas un personnage marquant dans l'univers des Cosmocats, il apparait très peu à l'écran. Ceci dit, notre rat de l'espace est très original et sa déclinaison en blister Orli Jouet - AL.ES n'est clairement pas courante, qui plus est dans un état slipfresh. D'où ma démarche de partager une nouvelle fois ce blister publiquement à travers un dossier dédié.

Je dis « une nouvelle fois » car cet exemplaire FR de la carte de Ratar-O avait déjà fait l’objet d’une production pour ToyzMag, laquelle avait été rédigée par mes soins. Mais celle-ci était loin d’être aboutie. J’ai davantage détaillé le sujet pour FulguroPop afin de proposer un fond toujours plus stimulant. C’est ce à quoi j’espère être parvenu, même partiellement.

Trakker64 says:

Salut Nicko, j’apprécie grandement ta vision par delà la vision…^^ Etant moi même, comme tu le sais, amateur (humblement) de l’univers Cosmocats, je me suis régalé à te lire. C’est vraiment appréciable de lire, comme ça, une vision approfondie. Que ce soit, la conceptualisation, le jouet en lui-même, son conditionnement, sa distribution, les suppositions que tu fais s’avèrent totalement plausibles et fondées. Tu arrives à remettre dans l’ordre les éléments que tu as en ta possession dans la temporalité. Merci de partager tout cela, c’est génial ! <3

Nicko says:

Merci beaucoup mon Jérôme ! <3

Effectivement, je connais ton amour pour la licence Cosmocats, principalement à travers les jouets sous leurs déclinaisons en conditionnements FR. C'est un de nos nombreux points communs. Alors je me rends compte que chronologiser des éléments connus est quelque chose qui manque assez souvent dans les référencements. En effet, je me suis aperçu que très souvent, on prenait des premiers tirages pour des variantes ou même que le questionnement de « l’œuf et la poule », si j’ose dire, n’était parfois jamais abordé.

Etant un mordu de la variante au sens large du terme – précisément pour nos jouets des années 80 – j’ai toujours prêté attention aux différents tirages de nos déclinaisons plastique d’enfance mais également au fait de les chronologiser. Cela demande parfois un peu de réflexion mais surtout du support historique original, qu’il soit conceptuel, promotionnel ou même animé. C’est en tout cas une composante de nos jouets vintage qui me passionne et que j’aime aborder dans mes productions.

Merci encore Jérôme pour ton intervention ! 😀

Yannick says:

Nicko encore une fois MERCI pour cet article. C’est incroyable il faut vraiment que ton livre arrive un jour. C’est un travail de recherche fantastique que tu nous fournis. Et pour cela encore MERCI du fond du cœur car ton savoir sur les jouets est passionnant à lire.

Nicko says:

Un immense merci à toi Yannick pour ton message très encourageant ! 😀

Tout reste à faire concernant les jouets de la décennie 80 et j’ai tout à apprendre. Voilà quelque chose de passionnant, de stimulant même : il reste toujours des particularités à découvrir, à expliquer. C’est ce que je m’emploie à faire avec passion et dévouement.

Hachiman says:

Merci Nicko pour ce superbe article ! Le parallèle entre Splinter et Ratar-O est bien mis en évidence.
On sent l’inspiration asiatique lors de la conceptualisation du personnage.
Ratar-O arrive tardivement dans le dessin animé plus précisément dans le double épisode intitulé « tous les chats sont gris ». Son arrivée marque un tournant. On apprend que le trio de Mutant formé par Krolor, Gorior et Shakal ne sont que des subalternes. Alors qu’au début, on les présente comme des leaders de 3 factions de mutants (canidés, reptiliens et simiens). Tout comme Vultureman qui arrive à l’épisode 13 comme un cheveu sur la soupe. D’ailleurs, on ne verra jamais de mutant homme oiseau mis à part lui.

On avance doucement mais sûrement pour comprendre un peu mieux la distribution de cette gamme en France. Merci à toi pour ton analyse et recherche. La bise.

Nicko says:

Merci mon Rocco pour tes précisions <3

La parallèle avec Splinter était une manière ludique de souligner cette inspiration asiatique nourrie par les arts martiaux concernant Ratar-O. Et puis les Saïs auraient pu constituer un autre pont culturel avec la licence Tortues Ninja, précisément via Raphael. Si je trouve le temps et l'énergie, je partagerais tous les éléments que j'ai à disposition et qui soulignent cette distribution particulièrement compliquée pour le marché français à propos des jouets Cosmocats.

KissFan says:

Merci pour ton article Nicko. J’en prends connaissance « un peu » tardivement. Ratar-O n’est pas un personnage à m’avoir beaucoup marqué lors de la diffusion initiale de l’animé. Il véhicule certes une forme de dangerosité plus élevée que les trois premiers Mutants qui sont introduits dans le lore des Cosmocats, pourtant d’autres personnages comme Mongor, l’Enflammeur, Safari Joe ou le Démolisseur (qui lui aussi emprunte à un animal peu noble, la hyène) ont ancré spontanément ma mémoire. Le rat est néanmoins l’un des animaux que l’on associe le plus aisément à des histoires horrifiques … Et cet animal est souvent représenté en meute pour attaquer. Je me rappelle d’une courte histoire publiée à la fin d’un comics (de Hulk peut-être) dans laquelle le personnage central, pourtant bienveillant avec les animaux, finit dévoré par les rats comme sa compagne. A l’adolescence, j’ai aussi lu le premier tome écrit par James Herbert et consacré aux rats … Rien que la couverture de l’édition Pocket Terreur était saisissante. S’il y avait eu nombre de Mutants à l’apparence de rats dans les épisodes dans lesquels Ratar-O apparaît, l’impression de vermine galopante aurait été plus élevée! 🐀🐀🐀
L’article est très bien illustré avec en point d’orgue un très bel exemplaire de l’action figure de Ratar-O!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *