Back To The Past : épisode 12 – La surprise du Noël 1986 de Nicko

 

Nouvel épisode de la rubrique Back To The Past. Je souhaite aujourd’hui partager avec vous un souvenir d’enfance en lien avec mon Noël 1986. J’avais déjà évoqué celui-ci à travers un cliché mais cette fois il s’agit d’une séquence photographique différente qui exprime à mes yeux davantage de choses.

Si vous aussi vous souhaitez mettre à l’honneur un cliché d’enfance en lien avec un jouet, rendre hommage à un proche ou bien évoquer une anecdote de jeunesse, n’hésitez pas à nous contacter via le formulaire du site ou bien à m’envoyer un mail à l’adresse nicko.slipman[at]gmail.com. Bon retour vers le passé !

 

 

Nicko : « Mon Noël 1986 m’a marqué au fer rouge. D’abord parce que j’ai reçu des jouets iconiques comme le camion Rhino de la gamme M.A.S.K. Mais ce fut surtout l’occasion de compléter les rangs de mes Maîtres de l’Univers. Ceux qui me lisent régulièrement savent l’intérêt que je porte à la faction de la Horde. Elle me fascine depuis toujours. 

Je me souviens parfaitement du dessin animé She-Ra, la Princesse du Pouvoir que je regardais à la télévision avec mes « Hordiens » de plastique dans les mains. Les aventures Ethériennes ont toujours eu ma préférence et finalement je n’ai que très peu regardé dans ma jeunesse le DA originel des Maîtres de l’Univers. Les forêts chatoyantes d’Etheria et surtout la Horde ont davantage séduit le jeune bambin que j’étais.

Le Noël 1986 m’a tout naturellement conduit à recevoir des action figures comme Modulok ou encore Grizzlor, des « Hordiens » que j’affectionne encore aujourd’hui même si Leech et Hordak – dans sa déclinaison standard j’insiste – restent indétrônables à mes yeux. Ceci dit, un cadeau imprévu était venu se glisser à ma grande surprise sous le sapin : le playset du Rocher de la Peur (Fright Zone en V.O).

Napoléon Bonaparte a dit qu’un bon croquis valait mieux qu’un long discours. Lorsqu’on observe la photo qui illustre cette petite bulle nostalgique, tout est dit. La surprise, la joie, la subjugation, la fascination ou encore un sentiment d’irréel semblent émaner de mini-Slipman. L’artwork de la boite du Rocher de la Peur signé William George est à ce jour mon box art favoris de la gamme vintage des Maîtres de l’Univers, même si la vision du Château des Ombres par Rudy Obrero n’est pas très loin derrière. 

Tout me séduit dans l’artwork du Rocher de la Peur réalisé pour le packaging frappé du logo Mattel : l’atmosphère nocturne, la mise en scène, l’association des couleurs, la dissidence d’Hordak, les arbres effeuillés en fond, le jeu de lumière sur le rocher, le ciel lunaire rougeoyant, l’arbre vivant qui saisit Skeletor L’Invincible, la dangerosité de l’environnement etc…

 

 

William George est probablement mon artiste favoris parmi ceux qui ont œuvré sur la licence des Maîtres de l’Univers, avec Earl Norem bien entendu. Le travail de ce dernier sur la zone promotionnelle de la gamme MOTU originelle est exceptionnel. Sa vision du Rocher de la Peur, devenu une véritable montagne, est littéralement inoubliable.

 

 

D’autre part, ce Noël 1986 aura marqué mon enfance à travers une autre action figure estampillée MOTU : Skeletor Paralyzor. De manière plus globale et contemporaine, le lectorat de mes pérégrinations rédactionnelles a souvent souligné une certaine passion se dégageant de mes modestes écrits. Je crois finalement que ce moment figé sur cette photo de mon Noël 1986 cristallise parfaitement les origines de cette flamme pour les jouets des années 80.

Plus que de la nostalgie, c’est un véritable engouement qui est né, insatiable dans le désir de compréhension qu’il suscite. Cette flamme passionnelle n’a cessé de grandir, alimentée par les découvertes faites au fil des années de ce parcours d’adulte amateur de jouets vintage. 

Avant de clôturer cette petite parenthèse enchantée, je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous un croquis du Rocher de la Peur réalisé par le maître Errol McCarthy. L’artwork a été utilisé, de mémoire, pour le licensing kit de 1987. Il s’en dégage une aura aride, désertique, cadavérique, mortuaire, davantage marquée que sur la vision du box art par William George. La présence d’oiseaux charognards, apriori des vautours, contribue pleinement à ce ressenti. 

 

 

J’espère que ce petit retour vers le passé fut agréable. Merci à toutes et tous pour vos lectures. Ce numéro de la rubrique Back To The Past est spécialement dédié à Abdel alias Lanace ainsi qu’à Pascal alias KissFan et plus globalement à tous les amoureux de la licence des Maîtres de l’Univers. Je souhaite également associer à cette dédicace ma famille, l’intégralité de la rédaction de FulguroPop et plus particulièrement Julien alias Blaster pour la confiance qu’il m’accorde au quotidien. »

11 comments

Merci Nicko pour cette revisite exceptionnelle de Noël 1986. Le Rocher de la Peur était aussi sous le sapin cette année-là chez le petit blaster. Le dernier Noël placé sous le signe de Musclor pour ma part.

Nicko says:

My pleasure boss 🙂

C’est amusant, mon Noël 1986 sera également le dernier qui comptera du MOTU. Les Snake Men me seront offerts au cours de l’année 1987 pour différentes occasions. 1987 sera l’année d’arrivée des G.I.Joe en France et le Noël dédié ainsi que le suivant seront abreuvés de boites estampillées Héros sans Frontières/Hasbro. D’autres beaux souvenirs en partie partagés dans la rubrique Back To The Past.

Tout pareil pour la chronologie, mon Nicko. Je vais de ce pas relire les articles précédents.

Nicko says:

🙂

Julortk says:

Elle est très forte la photo car j’y vois autre chose.
J’y vois un papa ou une maman avec l’appareil photo dans les mains. Il ou elle veille le moment où son petit Nicko va découvrir la surprise qui le fera bondir de joie. Ses parents le connaissent bien, faut dire qu’il leur parle de ce jouet depuis des semaines, voire des mois.
On rappelle qu’à l’époque, on choisit de faire une photo, on la prépare et on peut très bien la rater. Pourtant, tout est parfait.
Comme prévu, leur petit Nicko lève les bras de bonheur, le clic de l’appareil photo peut retentir et capter cet instant.

J’aime aussi la décoration du sapin typique des années 80, avec le papier de roche, le carrelage, le papier peint. Photo parfaite.

Nicko says:

Merci infiniment Julien pour ton commentaire très stimulant 🙂

Ton « scénario » est peut-être exactement ce qui s’est passé durant ce Noël 1986. Une chose est certaine, la photo a été prise au bon moment. C’est pourquoi je souhaitais absolument partager celle-ci dans le magazine, je la trouve très évocatrice encore une fois de ce que je suis aujourd’hui vis-à-vis de nos jouets de jeunesse : un amoureux toujours enthousiaste à l’idée d’en découvrir davantage sur nos déclinaisons de plastique d’enfance 🙂

KissFan says:

Nicko, j’adore ton expression apeurée en apercevant la bête cavernicole surgir brusquement du Rocher de la Peur ! Finalement, ce playset n’a jamais aussi bien porté son nom 😛 Par contre, j’observe une nouvelle fois la présence du mot « modeste » dans ton article. Je suis sûr que l’origine de ton alopécie vient de là : à chaque fois que le mot « modeste » est écrit ou prononcé, paf, un ch’veu perdu. J’observe également la créature Dinosor sur la photo : Qu’est ce qui t’a poussé à obtenir ce jouet ? La pub TV, l’illustration de la boîte, ou est-ce un cadeau inattendu à l’occasion de ton Noël 1986 ? Merci Nicko pour la dédicace 🙂

Nicko says:

Merci beaucoup Pascal pour ton intervention 🙂

Avec plaisir pour la dédicace. Concernant le mot « modeste », je ne calcule rien, ça sort spontanément. Je n’aime pas trop les certitudes et la prétention, c’est possiblement en utilisant ce terme « modeste » que je le manifeste.
Alors je ne me souviens absolument pas si le Battle Bones se trouvait sur ma liste du Noël 1986 ou bien si c’était un autre cadeau inattendu. Une chose est certaine, j’étais déjà séduit dans ma jeunesse par le box art ainsi que par le jouet 🙂

Hachiman says:

Excellent Nicko, la photo est superbe.
Je rejoins Julortk concernant sa remarque sur tes parents qui ont su « capter » en un clic-clac, le bon moment de ta découverte du playset le Rocher de la Peur.
En voyant cette photo, je ressens de l’émotion, de la peur, de la surprise, de l’excitation voir de la frénésie à l’ouverture du papier cadeau.
Mes yeux vont dans tous les sens tant il y a de marqueurs forts de nos belles années 80. Le carrelage « foncé », la tapisserie la déco de Noël bref, c’était le bon vieux temps. C’est juste parfait. Merci pour le partage.

Nicko says:

Merci mon Rocco <3

Oui, le bon vieux temps.

Lanace says:

Merci mon bon Nicko pour la dédicace 🙏🏼
J’aurai aimé également que soit immortalisé chaque instant où je recevais une nouvelle figurine des Maitres de l’Univers.
En y repensant, j’en éprouve des frissons tant l’émotion était immense à chaque fois.
Cela m’a marqué au fer rouge et, ce qui est cool, c’est que je ressens une sensation qui s’en rapproche à chaque réception d’une figouz Origins.
Ce genre de témoignage est ce qui nous fait tous vibrer en tant que collectionneur car cela nous renvoie à cette époque de nos premiers amours, pour ça merci mon Nicko.
Mais encore plus, merci pour cette preuve par l’image qu’il a existé un Nicko avec une tignasse !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *