Rings of Power : Analyse de l’épisode La grande vague S01E04

Retour sur Endor pour retrouver les héros du deuxième âge.

L’épisode commence fort avec le rêve prémonitoire de Tar-Miriel quant à la submersion de Numenor. Dans la rue la populace vocifère contre les elfes. On évoque tour à tour l’influence qu’aurait Galadriel sur la reine, la concurrence déloyale de ces travailleurs immortels qui n’ont pas besoin de dormir… Tout cela semble un peu alambiqué pour précipiter la chute de la cité en développant le ressentiment humain vis-à-vis des dieux et de leurs premiers nés. Pharazon semble rappeler la foule à la raison tout en sa plaçant à la tête du mouvement anti-elfe. L’envoi d’une tournée générale à la fin de sa harangue semble carrément déplacé et bien improbable sur une place urbaine. Eârien assiste affligée au spectacle de cette foule. Galadriel demande, sans succès, à Miriel d’aider Halbrand à rejoindre les Terres du Sud et à prendre la tête de son peuple pour combattre Sauron. Son discours devant Elendil est là aussi annonciateur de la dernière alliance des Elfes et des hommes.  Galadriel demande à faire entendre sa proposition au roi (Tar-Palantir), le père de Miriel. C’est bien qu’il soit toujours en vie, car j’avais l’impression que les showrunners allaient zapper cet aspect de l’histoire de Numenor, Pharazon, neveu du roi, est censé le renverser et épouser sa fille Miriel contre son gré. Miriel n’est que régente d’un roi diminué. Galadriel est de suite mise au cachot aux côtés d’Halbrand.

Isildur continue d’entendre des voix qui lui font faire nimp sur le bateau. Le voilà donc exclu de la Garde navale avec deux de ses potes de manière complètement téléphonée. Cet épisode semble coutumier du fait.

On part à l’est avec Arondir qui rencontre Adar. Sans surprise, il a le physique d’un elfe qui aurait un léger souci dermato. Il s’adresse à Arondir en quenya et fait montre d’une bonne connaissance de la géographie des terres elfiques. Adar semble se rappeler une enfance en Beleriand (la partie occidentale de la Terre du milieu qui fut submergée dans la guerre contre Morgoth). Arondir lui demande pourquoi les Orcs l’appellent « père » (adar en quenya). Il énonce son projet de bâtir un monde nouveau une fois qu’il sera un dieu. La série semble prendre un tour assez direct. S’il s’avère toutefois qu’Adar est bien Sauron. Nous ne sommes pas à l’abri d’un plot twist. Dans le cas où Adar=Sauron ce dernier est déjà une sorte de divinité inférieure, un Maïa (comme les Istari ou les Balrogs). Rien de comparable pour l’instant aux Valars et à Morgoth. Adar envoie Arondir porter un message aux hommes réfugiés dans la tour de guet de Tirharad, Ostirith.

Justement dans la tour, on a enfin la confirmation de la localisation de ces événements. Tous les villageois jusqu’à Orodruin se sont réfugiés à la tour. Le nom est important car c’est celui de la montagne du destin, au cœur du Mordor. La série présente donc cette terre maudite avant la prise de contrôle par Sauron. La corruption de la nature par le mal commence. Theo, sous l’influence de la lame (enfin de la poignée de l’épée) de Sauron), part fourrager pour rapporter des vivres à la tour. Attaqué par un orc, il utilise l’épée et on apprend que les orcs sont à la recherche de cet artefact. On a du bol qu’ils s’expriment dans la langue commune et pas en noir parler. Le ciel désormais couvert permet aux orcs d’évoluer à l’air libre à l’abri de la lumière du soleil. On ne sait encore si ces nuages sont naturels ou non. Leur permanence permettra en tout cas la conquête du Mordor par les orcs. Tout ceci contrevient, encore une fois, à la chronologie établit par Tolkien. Le Mordor est censé être sous le contrôle du mal depuis l’an 1000 du deuxième âge soit deux mille ans avant les événements de la série.

La tour de Celebrimbor avance grâce à l’aide des nains. L’évocation du père d’Elrond semble encore une fois téléphonée. Celebrimbor met Elrond ensuite sur la piste de Durin dont le comportement et les absences intriguent. Elrond apprend qu’ils mène des travaux secrets dans une vieille mine de Khazad Dum sous le lac du miroir (oui, je m’en tiens à la première traduction française). L’elfe arrive à passer une porte secrète via une comptine que répétaient les enfants de Durin. Il faut dire que l’énervement de Disa face à leurs chants était bien étrange. On se retrouve donc avec un effet pas complètement étranger aux indices de certains jeux d’aventures. Dans cette grotte, Elrond jure à Durin de ne pas révéler l’existence d’un filon de mithril tenu secret en raison du danger de son extraction. Le problème provient du fait que Durin le présente comme un nouveau minerai alors que plusieurs gisements étaient connus au deuxième âge. En effet, outre la Moria (sous le Caradhras) il est censé y avoir un filon à Numenor et en Aman (la région où se trouve Valinor, la demeure des Valars).

Sur Numenor, Eärien et le fils de Pharazôn flirtent pendant qu’Halbrand et Galadriel débattent du moyen de contrôler Miriel. Encore une fois, la subtilité d’Halbrand pourrait en faire un candidat sérieux au rôle de Sauron sous couverture, mais avec Adar dévoilé, est-ce encore d’actualité ? Peut-être si l’on pense qu’Halbrand cherche à retourner dans les Terres du sud (le futur Mordor) pour prendre la tête non pas de « son peuple », mais des forces du mal qui s’y installent. La façon dont il influence la décision de Pharazôn quand Galadriel s’en prend à l’escorte censée la conduire hors de Numenor (avant d’avoir pu obtenir audience avec Tar-Palantir) laisse tout de même penser qu’Halbrand joue un jeu trouble dans la chute de Numenor.

En tout cas tout cela tombe à pic puisque notre ami Isildur, libéré des obligations de cadet, peut enfin envisager son voyage vers le ponant. Galadirel découvre Tar-Palantir fortement diminué et obtient, en échange de son silence, de la part de Miriel les raisons de son rejet des elfes. Elle explique que son père craignant la colère des dieux voulait renouer avec les elfes, mais qu’il fut remplacé par sa fille pour calmer le peuple. Elle découvre un Palantir spécial qui prédit le futur de Numenor. Dans cette vision, la chute de la cité/île commence avec l’arrivée de Galadriel. J’ai du mal à comprendre pourquoi Miriel ne saisit pas l’opportunité de racheter son peuple aux yeux des dieux.

Au Mordor (enfin, vous savez), Théo se cache des orcs dont les dialogues manque un peu de variété. En effet, l’un se désespère de trouver le fugitif alors qu’ils ont « retourné toutes les pierres » (expression idiomatique en anglais), et quelques instants plus tard un autre donne consigne de « retourner toutes les pierres ». Pour une série qui coûte un milliard de dollars, j’aurais cru qu’Amazon serait un peu plus regardant sur la qualité du scénario et des dialogues. Bref…

Théo est sauvé in extremis par Arondir qui a dû accepter de se faire le messager d’Adar. Ensuite c’est course poursuite dans la forêt avec Arondir qui rattrape les flèches des orcs au vol pour les retourner contre eux. La réal m’a un peu perdu avec ce ralenti et ses choeurs. Heureusement qu’une clairière est tout près et que le soleil s’est levé sinon s’en aurait été fait des deux persos (et de Bromwyn venue à la rescousse de son fils).

Dans la Moria, les nains prient pour les disparus dans l’accident dans la mine. Malgré le sauvetage des mineurs, le père de Durin ordonne la fermeture de la veine. C’est la première fois qu’on assiste à une colère intra-familiale chez les nains. Cet épisode permet aux téléspectateurs d’en savoir plus sur Elrond et son père, Eärendil le marin. Durin obtient de son père l’autorisation d’accompagner Elrond à Lindon.

A Ostirith, la romance entre Bromwyn et Arondir achoppe sur le message qu’Adar lui a demande de transmettre aux humains : lui jurer fidélité ou mourir. Waldreg confronte Theo avec le vol de la poignée de l’épée de Sauron. Tous deux portent la même marque sur l’avant-bras. Waldreg se révèle être un disciple de Sauron et attendre le retour de son maître annoncé par la météorite. Adar apprend dans la foulée où se situe l’artefact.

A Numenor, Galadriel embarque (probablement pour Lindon) et Pharazôn jubile. Miriel s’inquiète de la chute des pétales de l’arbre blanc offert par les Valars. Le jugement de Numenor est à porter de main et Miriel décide d’accompagner Galadriel sur la Terre du milieu pour libérer les terres du sud. C’est probablement ainsi que Sauron arrivera sur Numenor pour conseiller Pharazôn.

Voilà qui conclut un épisode crucial, plein d’informations sur l’histoire de la série, mais sans qu’on y ait aperçu les Harfoots et leur ami tombé du ciel.

 

 

 

 

 

 

 

Blaster
A suivre

1 comment

Sûrement pour moi l’épisode qui se regarde le mieux. Je vais peut-être réussir à un moment à sortir le pop-corn et attendre avec impatience le prochain épisode (car pour l’instant ce n’est pas le cas).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Star Wars Acolyte : Récap de l’épisode 4 Jour (S01E04)

Retour au présent, enfin en 132 BBY, pour suivre le quatrième épisode de Star Wars…

A Première vue : Alien, xénomorphes dans la brume

Dans le premier film Alien, le 8ème passager de 1979, quand l’équipage du Nostromo explore l’épave…

Star Wars Acolyte : analyse de l’épisode 3, Destin (S01E03)

Pour ce troisième épisode de The Acolyte, on part 16 ans en arrière. Un flashback…