Wheeled Warriors : document promotionnel (Mattel 1984)

 

Aujourd’hui il ne sera pas question de concept arts ou bien de prototypes mais d’un document promotionnel concernant la licence Wheeled Warriors plus connue sur le sol français à travers l’évolution nominative Jayce et les Conquérants de la Lumière. Mes pérégrinations dans mon archivage personnel m’ont amené à remettre la main sur une affiche publicitaire pour le moins étonnante.

J’ai donc choisi de partager celle-ci dans le magazine avec cependant en préambule quelques mots concernant les jouets Wheeled Warriors. Un contexte qui me semble nécessaire afin de bien appréhender la nature du document promotionnel qui sera illustré dans cette production. À titre personnel, j’inscris les véhicules de plastique estampillés Wheeled Warriors dans la catégorie des gammes à regrets.

Par ailleurs, lorsque je propose dans le magazine un travail impliquant la présentation d’un document, j’utilise quasi systématiquement le déroulement linéaire. Cette configuration, moins séquencée, apparait comme une discussion autour du thème des jouets, en l’occurrence vintage. Bonne lecture à tous.

Wheeled Warriors, c’est une licence officiellement déposée par Mattel en 1984 et des jouets distribués dès le printemps de l’année 1985 aux Etats-Unis ainsi qu’au Canada. Le concept de départ – à savoir des affrontements futuristes impliquant des véhicules tantôt pilotés par des humains, tantôt extraterrestres et biomécaniques – avaient été soumis au département de Mattel affilié à la petite voiture. Je parle bien évidemment de la section Hot Wheels dont les bureaux ne se situaient pas dans le même lieu que ceux dédiés à l’action figure/poupée.

Le projet Wheeled Warriors fut confié à deux brillants toys designers spécialisés dans la voiture de poche, Larry Wood et Robert « Bob » Rosas. C’est Larry Wood qui œuvrera globalement sur les futurs véhicules guerriers de Mattel et ce dès 1982. Pour l’anecdote, les Attack Pack (1992) de Hot Wheels ont également été conceptualisés en grande majorité par Larry Wood. Ces informations et datations m’ont été directement transmises par Robert « Bob » Rosas avec lequel j’ai eu la chance de m’entretenir en 2016.

 

 

Sur le plan stylistique, on retrouve dans les véhicules Wheeled Warriors un A.D.N, celui d’une partie des petites voitures Hot Wheels commercialisées à la fin des années 70 et au début de la décennie 80. Certains de ces modèles présentent des coupes et des formes qui rappellent assez distinctement les lignes générales ou bien des zones précises concernant les véhicules Wheeled Warriors.

Parmi ces références quasi fondatrices de chez Hot Wheels, je souhaiterais citer le Vette Van commercialisé dès 1980 – et designé par Larry Wood en 1979 – dont la coupe suggère farouchement celle de Armed Force qui deviendra Forcair selon la francisation du background américain. Le différentiel de volume entre les roues avant et arrière est également un point à souligner.

 

 

D’autres véhicules – à l’aura futuriste cette fois – et toujours produits par Hot Wheels comporteront également des éléments significatifs que l’on retrouvera dans la gamme Wheeled Warriors.

Je pense au Tac Com de 1982 imaginé par Larry Wood, un engin doté de six roues (une configuration qui sera présente dans la gamme Wheeled Warriors) et surmonté par une antenne de type satellite. Un dispositif que l’on retrouvera dans l’accessoirisation interchangeable destinée aux véhicules guerriers de Mattel.

 

 

De manière plus globale, la coupe très significative de la plupart des véhicules estampillés Wheeled Warriors, c’est-à-dire incluant de grands parebrises et une dimension assez incisive, rejoint le Tac Com de 1982 précédemment illustré mais aussi le Space Van de 1979 (également conceptualisé par Larry Wood).

Un lien peut-être établi avec ce dernier selon un aspect commun dans un esprit à tendance utilitaire. C’est une spécificité propre à une partie des véhicules Wheeled Warriors dont l’armement principal (j’exclue sciemment les canons et autres lasers) fait appel à des compétences techniques plurielles (découpage, forage, saisie, transport etc…).

Il existe bien d’autres références à prélever chez Hot Wheels et produites à la fin des années 70/début 80 qui permettraient d’enrichir cette sommaire étude de style.

 

 

Initialement, la gamme de véhicules Wheeled Warriors avait bénéficié d’un background promotionnel que je qualifierai de sommaire. En effet, les packagings frappés du logo Mattel proposaient deux factions en opposition, la Lightning League et les Monster Minds.

Les forces du bien comportaient des pilotes aussi homogènes qu’aseptisés, avec notamment un leader blond (je n’emploie pas volontairement le terme héros) selon une codification chromatique parfaitement établie dans les années 80. Avec une dimension nominative très peu travaillée, que ce soit pour les protagonistes comme pour les environnements – sans compter l’incarnation biologique des Monster Minds par des masses verdâtres organiques évoquant un cerveau et toutes identiques – il était évident qu’une projection dans un monde potentiellement attractif apparaissait assez difficile pour les jeunes acquéreurs des jouets Wheeled Warriors.

Pourtant, et selon un certain savoir-faire, Mattel avait inclus un mini-comics dans les boites des véhicules. Les illustrations, très basiques et réalisées notamment par Mark Texeira – un artiste habitué aux collaborations avec Mattel –  n’apporteront pas une réelle plus-value esthétique à des scénarii souffrant d’un véritable manque de profondeur.

 

 

Il manquait clairement un support animé qui pourrait nourrir le background désertique de la gamme Wheeled Warriors. Parallèlement – entre 1984 et 1985 – Mattel pouvait notablement mesurer les effets du dessin animé Les Maîtres de l’Univers sur ses ventes d’action figures dédiées. Les aventures télévisées de He-Man et Skeletor diffusées dès 1983 aux Etats-Unis n’ont pas laissé indifférents les jeunes téléspectateurs d’outre-Atlantique. La patte Filmation y était pour beaucoup.

Il faut tout de même évoquer le contexte précisément. Mattel n’a pas eu le droit avant 1983 de faire produire et diffuser un DA directement corrélé avec la commercialisation de jouets dédiés. Après une réforme de la réglementation, la production animée des Maîtres de l’Univers a pu voir le jour et les chiffres des ventes ont significativement augmenté au cours de la première année de diffusion.

Une latence entre le constat édifiant du pouvoir commercial d’un support animé et la production/commercialisation des jouets Wheeled Warriors a pénalisé ces derniers. Pourtant Mattel n’a pas lésiné sur les moyens en faisant appel à la DIC pour concevoir un DA qui sera diffusé dès septembre 1985 aux Etats-Unis. Parallèlement, le domaine de l’édition sera utilisé à grand renfort de bandes dessinées promotionnelles désormais estampillées Jayce and the Wheeled Warriors. Le leader de la Lightning League était enfin devenu un héros.

D’ailleurs une partie des illustrations de ces BD avaient été réalisées par Paul Kirchner. Un nom notablement ostracisé à notre époque malgré une participation à de nombreux projets phares des années 80, notamment pour la gamme Dino Riders. Ci-dessous deux prélèvements d’une bande dessinée promotionnelle Jayce and the Wheeled Warriors (en quatre pages et avec un grand poster au dos) illustrée par Paul Kirchner.

Celle-ci était présente dès la fin de l’année 1985 aux Etats-Unis dans le magazine officiel He-Man & the Masters of the Universe. Un habile procédé de Mattel qui utilisera la notoriété de la licence des hommes en slips de fourrure pour mettre en lumière significativement le nouveau background de ses Wheeled Warriors.

 

 

L’enrichissement est très intéressant mais irrémédiablement tardif. Le renommage de la licence, la création d’un scénario davantage travaillé – d’un contexte et d’un enjeu – l’hétérogénéité des personnages, la personnification des Monster Minds, la composition d’un générique dynamique pour le DA sont autant d’éléments qui mythifieront le support animé mais en aucun cas les jouets dont la production sera stoppée quasi simultanément avec la diffusion des premiers épisodes.

Et pour cause, les packagings Wheeled Warriors comme les véhicules commercialisés ne bénéficieront pas de ses modifications. D’ailleurs les quelques boitages U.S. timidement distribués en 1986 dans les Galeries Lafayette de Paris avec leur sticker de reconditionnement frappé d’un logo Les Conquérants de la Lumière – sans le dénominatif Jayce –  seront l’incarnation symptomatique de ce manque de corrélation entre les jouets et le dessin animé.

L’association promotionnelle, toujours pour l’Hexagone, de Jayce et les Monstroplantes avec Pif Gadget ne changera pas la donne. Les action figures conceptualisées pour la seconde série des jouets Jayce and the Wheeld Warriors à l’effigie de Jayce, Oon ou encore Gillian ne seront jamais produites à grande échelle et distribuées.

Mais retournons un instant aux Etats-Unis à travers un document pour le moins incongru. Ci-dessous une affiche/page promotionnelle, laquelle a été réalisée dans le courant de l’année 1985, et très probablement extraite d’un magazine. Elle est estampillée SFM Entertainment. Cette société américaine spécialisée dans l’audiovisuel sera le distributeur officiel de la série animée Jayce and the Wheeled Warriors, notamment aux U.S.

 

 

De manière globale, le futur et la technologie apparaîtront comme des composantes marquantes de la décennie 80. Ce seront des thématiques à succès qui vont littéralement imprégner différentes œuvres de la culture populaire, qu’elles soient cinématographiques, littéraires ou encore télévisuelles.

En ce sens, les concepteurs de l’affiche promotionnelle précédemment illustrée ont habilement souligné l’aspect futuriste de la série Jayce and the Wheeled Warriors. À un détail près, et pas des moindres : on ne parle plus de Jayce mais de Jason. Les plus observateurs d’entre vous auront remarqué cette variation nominative inscrite dans la boule de cristal.

Je parle sciemment de variation car nous ne sommes pas en présence d’une erreur. Le nom Jason avait bien été avancé pour la création du héros de la Lightning League. Le diminutif Jayce fut finalement retenu.

Le dénominatif Jason présent sur l’affiche peut-être associé en filigrane à l’arrivée tardive du background animé et probablement à une période d’empressement afin de corréler le plus rapidement possible la gamme de jouets Wheeled Warriors au support télévisé. Une mauvaise coordination entre les étapes de création et de promotion pourrait faire office d’explication.

 

 

Epilogue

Les zones conceptuelles et promotionnelles des œuvres phares de la décennie 80 réservent beaucoup de surprises. Les jouets vintage de notre enfance constituent une source d’émerveillement constante et la nature de celle-ci peut être variable. Aussi il est capital d’examiner tous les documents en lien avec ces déclinaisons de plastique d’un autre temps car chacun d’entre eux est susceptible de contenir des informations ou bien des particularités intéressantes.

L’étude de style est également une discipline, si j’ose dire, qui m’est chère. Lorsque le ou les concepteurs d’un jouet, en l’occurrence vintage, ont été identifiés, il est capital de mettre en correspondance l’ensemble de leurs créations. Il en ressortira toujours un A.D.N avec des spécificités stylistiques.

Les jouets Wheeled Warriors existent séparément de l’œuvre animée Jayce and the Wheeled Warriors. Le succès notable de celle-ci a davantage accentué les regrets contemporains que l’on peut ressentir pour la gamme de Mattel, laquelle proposait des réalisations – selon une sensibilité personnelle – très originales malgré un aspect qualitatif largement perfectible.

J’espère que cette petite parenthèse vintage aura été agréable. Rendez-vous d’ici peu afin de partager ensemble d’autres documents en lien avec les jouets des années 80. Merci à tous pour vos lectures. Cette production est spécialement dédiée à Gus alias GusToyBox ainsi qu’à Cindy « Gwendoline » alias Wonder Wontaz.

20 comments

Super boulot mon p’tit Slip !
Très intéressant tout ça !
J’espère qu’un jour on reverra la licence.
Il y a matière a faire des trucs cool de nos jours.

Nicko says:

Merci ma Patounette pour ton retour favorable 🙂

Effectivement, la technicité que l’on peut observer sur les jouets d’aujourd’hui – je pense spontanément aux articulations, modulations et autres degrés de finition – laisse imaginer avec un certain enthousiasme ce que pourrait être une vision contemporaine de la gamme Jayce and the Wheeled Warriors. Sans compter la production et la distribution de véhicules ou d’action figures inédites. C’est très séduisant surtout qu’il est envisageable qu’un tel projet voit le jour.

Merci de nouveau Pat pour ta lecture et ta présence que j’apprécie beaucoup 🙂

Julortk says:

Je retiens 2 choses :

Un enchaînement de décisions incompréhensibles. Faire un dessin animé (en y mettant les moyens en plus) pour vendre une gamme qu’ils arrêtent quand le DA sort.

La 2ème est de la rétro-supputation de ma part. Franchement, quand sur le tard (très tard, fin des années 90) j’ai découvert les jouets Jayce, je n’ai pas pu m’empêcher d’être déçu. Franchement, c’est pas fou. La qualité n’est pas top et la jouabilité, fainéante, ne repose que sur les accessoires interchangeables. Je me suis mis dans la tête du petit garçon des années 80 que j’étais.
Qu’est-ce que j’aurais aimé pour cette gamme ? Que la pince de Forcair puisse faire ce qu’elle fait dans le DA, que la foreuse de Vrillair coulisse, que le boulet ou la scie des Monstroplantes soit extensible.
Et puis forcément avoir Jayce et les autres en figurines.

Après, je ne vais pas me mentir. Dans les 80s, j’en aurais eu, j’aurais été très heureux mais je sens que je les aurais bricolés.

Il faut dire que le dessin animé dessert aussi les jouets. Le dessin animé use pour chaque protagoniste d’un outil unique très mis en avant (pince, foreuse, scie, boulet etc…) quand la gamme de jouets mise sur l’interchangeabilité. Cette dernière n’est vue que dans le générique quand Flora envoie une arme vers Gillian.

Merci pour cet article, c’est toujours un plaisir de se replonger dans le passé.

Nicko says:

Merci beaucoup Julien pour ta lecture et ton intervention 🙂

Plusieurs remarques vis-à-vis de ton premier point. Mattel a misé sur le dessin animé Jayce and the Wheeled Warriors pour booster les ventes d’une gamme au succès quasi inexistant. Même si des moyens ont été mis dans le DA comme dans la promotion de celui-ci, il y avait une idée d’économie en écoulant d’abord les stocks de jouets produits, d’où l’arrêt de la production quasi simultanée avec le lancement du support animé. D’ailleurs la seconde mouture des véhicules Wheeled Warriors, accompagnés cette fois d’action figures, a été conceptualisée dans le courant de l’année 1985 sans lancer la production à grande échelle de celle-ci. Il fallait bien évidemment jauger auparavant le succès engendré par le DA ainsi que mesurer les ventes des jouets déjà disponibles.

D’ailleurs Mattel avait bien proposé dans un catalogue professionnel aux U.S.A des visuels mettant en scène les samples des nouveaux jouets désormais estampillés Jayce and the Wheeled Warriors, et ce en 1986. La conceptualisation de ces nouvelles moutures de plastique a été effectuée par une filiale appartenant déjà à Mattel. Là encore, il n’y avait pas de risques économiques majeurs sur le plan de la création comme de la promotion.

Dernier élément, nous avons tendance à penser le dessin animé des années 80 uniquement comme un support destiné à vendre. C’est oublier qu’une œuvre télévisuelle existe aussi en tant que telle et rapporte de l’argent. Je pense que le succès tout de même notable du DA Jayce and the Wheeled Warriors a dû générer des dividendes. À mes yeux, la mauvaise coordination avec la vente des jouets et surtout l’absence du nouveau background sur les packagings estampillés Wheeled Warriors ont été hautement préjudiciables à la gamme.

Concernant tes griefs vis-à-vis des jouets Wheeled Warriors Julien, je dirais qu’il faut contextualiser. Au cœur des années 80, les techniques de réalisation n’étaient pas celles d’aujourd’hui, sans compter un cahier des charges économique très sévère, quitte à sacrifier un peu de qualité au passage. C’est largement observable dans beaucoup de gammes de jouets concernant cette période, surtout lorsqu’on s’intéresse aux temporalités conceptuelles et que l’on examine les idées préparatoires. La gamme Wheeled Warriors, malgré une sensation en main très creuse, a bien des qualités. Je pense au format – les véhicules sont assez volumineux – à l’utilisation du chrome ou encore au concept d’interchangeabilité/modularité. En ce sens, je ne partage pas ton avis concernant le manque de jouabilité.

Mais je te rejoins formellement à propos de cette frustration liée à « l’absence » de jouets Jayce et les Conquérants de la Lumière en France, précisément durant les années 85 et 86. La distribution particulièrement confidentielle aura touché une clientèle très minoritaire. Je me souviens parfaitement à cette époque avoir dessiné sur du papier les véhicules du support animé et les avoir coloriés puis découpés. Il fallait tout de même y voir une stimulation de l’imaginaire et de la créativité.

Merci de nouveau Julien pour ta lecture 🙂

Julortk says:

Je pensais être le seul gamin à avoir joué avec des jouets en papier fait soit même. Le top du top était quand le magazine TV mettait une belle image. Je la découpais et je la recouvrais de scotch pour la rendre indéchirable. Et je jouais beaucoup comme ça. Les Chevaliers du Zodiaque ou Dragon Ball, j’en faisais même des photocopies pour avoir des versions Battle Damaged.

Nicko says:

Voilà un nouveau point commun que nous partageons Julien 🙂

Je n’ai pas expérimenté les techniques de plastification que tu évoques mais je me souviens parfaitement en fin d’année de maternelle et en CP – donc en 1985/86, ce qui colle parfaitement à la temporalité de diffusion du DA Jayce et les Conquérants de la Lumière en France – effectuer ces découpages avec mes camarades de classe.

Merci Julien de partager un peu de ton enfance avec nous 🙂

ayorsaint says:

Moi aussi j’ai joué avec des bouts de papier, vous êtes plus seuls les gars 😋

Nicko says:

Ah ah !

KissFan says:

J’aime beaucoup le rapprochement avec les petites voitures Hot Wheels dans ton article, Nicko… J’imagine que ces voitures sont toutes essentiellement constituées de métal… Le regret est donc d’autant plus vif que les jouets Wheeled Warriors n’aient pas bénéficié de ce matériau pour servir de carrosserie à tous ces étonnants véhicules… Oui, car au niveau des sculptures, ils sont incroyables et particulièrement rutilants avec la présence de peintures chromées. On retrouve également les aventures de Jayce dans les encarts Poche Junior du magazine Télé Poche… Insuffisant toutefois pour réviser la stratégie marketing de vente de jouets. J’ignorais que dans les étapes de conception de la licence, le nom de Jason avait pu être avancé… Est-ce pour ne pas risquer l’amalgame avec la popularité grandissante de Jason Voorhees, le tueur de la franchise Vendredi 13, que le nom a été corrigé par la suite ? Il y avait quand même pas mal de « Warriors » entre la fin des années 70 et le milieu des années 80, avec le film homonyme de Walter Hill, The Road Warrior qui est un autre titre du film Mad Max, ou encore The Dream Warriors pour le troisième volet des aventures de Freddy… Finalement, le côté horrifique des Monstroplantes ne dépareille pas parmi toutes ces licences.

Nicko says:

Merci beaucoup Pascal pour ta lecture 🙂

Je te rejoins pleinement concernant l’originalité des véhicules Wheeled Warriors. Le design général est remarquable, surtout lorsqu’on le contextualise dans le cœur des années 80. L’aspect futuriste et incisif sont des composantes esthétiques qui ont marqué cette période. Tu as parfaitement raison de souligner l’utilisation du chrome, un élément qui compense le manque de densité du plastique utilisé. En ce sens et selon ta remarque, des carrosseries en métal – à l’image des références Hot Wheels qui sont illustrées dans ma modeste production – auraient été les bienvenues. Là encore, les concepteurs se sont peut-être heurtés à des restrictions économiques comme sécuritaires. Je ne suis pas certain que d’aussi gros volumes en métal auraient souscris à des normes alors en vigueur. J’imagine spontanément le danger potentiel lorsque l’on pense le véhicule comme un projectile. Une piste à creuser.

Je pense avoir l’explication concernant la proposition nominative Jason. Une des œuvres fondatrices concernant la conceptualisation du support animé – au même titre que Mad Max ou encore Star Wars – est Jason et les Argonautes selon, entre autres, le prisme de la quête. Il est envisageable que le prénom Jason initialement avancé provienne de cette source. Rien n’est certain et ce n’est qu’une réflexion que je partage mais la piste est séduisante.

Ta remarque concernant l’omniprésence du thème « warriors » dans les années 80 est très pertinente Pascal. La tendance que tu soulignes avec intelligence illustre un des A.D.N stylistiques inhérents à la culture populaire de la décennie 80.

Merci de nouveau Pascal pour ton intervention 🙂

Gus says:

Ah que j’avais hâte de le lire cet article nom d’un slip.
Et je ne suis pas déçu.
J’ai tellement appris. Quelle chance tu as eu de pouvoir communiquer avec les personnes responsables de cette production de jouets.

J’aimerais quand même connaître tes sources sur l’apparition des sets en France. Car pour moi cela n’a toujours été qu’un mythe. Tout ce que j’ai pu lire à ce sujet (et il y a pas grand chose) ne m’a pas vraiment convaincu. Et les rares exemplaires de boites vu en vente sur les sites d’enchères m’ont paru vraiment trop beaux pour être vrais.
Si tu as plus d’infos à ce sujet je suis preneur.

Beaucoup de souvenirs et de sensations avec cette gamme et ce DA.
Je regardais tellement Jayce quand j’étais gosse que mon père m’appelait «Monstroplante».
Alors à l’heure où j’ai commencé à collectionner les jouets et à retrouver les véhicules (que je connaissais de noms et de réputations), je les ai tous acheté.

J’ai encore en mémoire la sensation de l’ouverture des colis de chaque nouvel arrivant. Encore aujourd’hui, même si la gamme est, et je te rejoins à ce sujet, novatrice mais largement perfectible, je suis toujours émerveillé par ces objets.

J’apprécie une fois de plus ton regard d’ensemble sur la gamme et sur le travail des créateurs de jouets. On ne parle pas assez de ces hommes et femmes et je souhaite te remercier pour eux, de mettre en lumière leurs noms et leur boulot.

Merci pour ta dédicace qui me touche et me renvoie aux souvenirs des «Instant Vintage» écrits sur quelques-uns de ces véhicules.

A noter aussi la présence d’une traduction française sur les boites Québécoises qui donne une saveur particulière en tant que collectionneur français à ces jouets mythiques malgré eux.

Nicko says:

Je t’en prie mon Gus, le plaisir de la dédicace était pour moi 🙂

Après nos échanges par mail, j’avais bien saisi que la licence Jayce et les Conquérants de la Lumière te tenait à cœur. D’où la démarche de te dédier ma modeste production. La question de la source est capitale à mes yeux et j’attache énormément d’importance au fait de remonter le plus loin possible – en amont – avant de publier une information. En ce sens, j’ai eu la chance d’être en contact direct avec Bob Rosas, lequel m’a transmis des éléments/datations concernant la gamme Wheeled Warriors mais également des concept arts, notamment pour la licence Attack Pack.

Ceci dit, la source concernant la distribution française de la gamme Wheeled Warriors n’est pas Bob Rosas. Les informations proviennent précisément du fils d’un ancien employé de Mattel. Au premier trimestre de l’année 1986, un showroom Mattel avait été organisé à Paris avec, entre autres, un stand estampillé « Les Conquérants de la Lumière », sans le dénominatif Jayce j’insiste. Dans cet emplacement étaient exposées des boites U.S. Wheeled Warriors – dont Forcair, Blindair et Dyskor (orthographié avec un y) – dotées de stickers de reconditionnement. Un premier, présent sur la face avant du rabat, reprenait le code couleur et la typographie concernant le logo du DA avec toujours l’inscription « Les Conquérants de la Lumière ». Le backbox des boites comportait également un autocollant, lequel indiquait l’interchangeabilité des éléments amovibles pour les véhicules. Il était également précisé que tous les modèles de la gamme ne seraient pas disponibles en France. Enfin sur les côtés des packagings se trouvait un sticker mentionnant la conformité du contenu vis-à-vis des normes de sécurité françaises.

Toujours selon le fils de cet employé, Mattel avait conclu l’exclusivité des ventes avec les Galeries Lafayette et un premier test de commercialisation avait été réalisé à Paris en 1986. Donc il y a bien eu des jouets « Les Conquérants de la Lumière » qui ont circulé dans la capitale à cette période. En très petite quantité, c’est une certitude et probablement nulle part ailleurs dans l’Hexagone. Cette dernière remarque reste à confirmer.

Enfin sur le stand « Les Conquérants de la Lumière » du showroom de Mattel étaient présents des petits sachets en plastique individuels contenant le pilote de Armed Force (Forcair) ou bien un Monster Minds (les petites masses organiques vertes apparentées à un cerveau et commercialisées avec les véhicules maléfiques). Ce format spécifique était clairement promotionnel et faisait office d’échantillonnage destiné à être distribué.

Lorsque les premières boites Mattel Wheeled Warriors comportant les stickers de reconditionnement « Les Conquérants de la Lumière » ont fait surface – de mémoire – à la fin des années 2000, beaucoup ont cru à des customs. Il est vrai que c’était assez surprenant, surtout qu’auparavant, tout le monde s’accordait à dire que nous n’avions pas eu sur le territoire Hexagonal des jouets Jayce et les Conquérants de la Lumière et qu’ils n’avaient été distribués qu’aux U.S. ainsi qu’au Canada (sous le dénominatif en français littéral Les Véhicules Guerriers). Un réflexe compréhensible car si uniquement quelques boites ont été commercialisées à Paris – dans un point de vente exclusif – et selon une configuration de test (donc avec peu de quantité et sans certitude d’une quelconque pérennité de la gamme), il était évident que l’immense majorité de notre génération ne pouvait avoir le moindre souvenir de ces jouets dans les rayons.

Effectivement, il y a eu quelques Instant Vintage évoquant la gamme Wheeled Warriors. Je garde ToyzMag dans le cœur et j’ai toujours une pensée pleine d’affection pour Greg. Par ailleurs, je te rebaptise officiellement MonstroGus à compter de ce jour ! 😀

Gus says:

Merci pour toutes ces infos. J’aurais du en choper un quand j’en avais l’occase.
MonstroGus ^^ Merci j’adore.

J’adorais les Attack Pack. J’en ai eu une palanquée. Les design étaient terribles. Vivement que tu nous bricoles un truc là dessus ^^.

Nicko says:

Oui, il faudra que je partage ces concept arts Attack Pack dans le magazine. Quand je vois la quantité de travaux que je dois encore peaufiner et publier, je me dis que ce n’est pas pour tout de suite malheureusement. Je pense spontanément à la seconde partie du dossier Captain Power et les soldats du futur, aux productions G.I.Joe en cours, celles concernant les Rock Lords etc… Sans compter les autres documents conceptuels et promotionnels que je souhaite également mettre à l’honneur. Il faudrait des journées de 48h.

Nan, mais quel talent ! Nicko tu découvres toujours des trucs absolument dingo. J’adore le travail que tu fournis depuis tant d’années ici et sur d’autres sites auparavant (grosse pensée pour ToyzMag, bien entendu).
C’est assez bizarre car malgré un âge qui colle parfaitement avec Jayce (j’étais en CM1 lors de la première diffusion), je n’ai jamais vu (ou remarqué) les jouets de l’époque. Je ne les ai découvert que dans les années 2010. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir simuler des histoires de Jayce (surtout des Monstroplantes) avec d’autres jouets et d’avoir poncé mon album Panini.

Un grand merci donc pour ce retour en enfance très instructif !

Nicko says:

Tu me surestimes vraiment beaucoup mon Ju mais merci pour ton enthousiasme 🙂

En fait je connaissais depuis longtemps l’existence du premier dénominatif Jason pour le portage animé de l’œuvre mais je n’avais pas de documents sous la main qui contiendraient éventuellement cette trace. Et c’est en parcourant mes archives que je suis tombé sur cette petite affiche promotionnelle également retrouvée sur eBay il y a peu. Le vendeur qualifiait dans sa description le prénom Jason comme une erreur d’impression, ce qui n’est pas vraiment le cas. C’est plutôt corrélé à une mauvaise coordination entre les périodes conceptuelles et promotionnelles.

Par ailleurs, je crois que tout ce que nous faisons aujourd’hui dans le magazine, c’est en très grande partie grâce à ToyzMag. Greg m’a donné une chance, celle de pouvoir publier mes travaux. Je lui en serai éternellement reconnaissant. Et si un jour la machine ToyzMag se remettait en route, il pourra compter sur mon aide bénévole, ce qui ne m’empêchera pas de rester en parallèle fidèle à FulguroPop.

Comme toi Ju, je garde un souvenir impérissable de l’album Panini que j’ai complété durant mon enfance. L’œuvre Jayce et les Conquérants de la Lumière c’est finalement une frustration propre à toute une génération. Cette frustration a été d’autant plus notable que nous avons été élevés – si j’ose dire – aux produits dérivés, lesquels ont cruellement manqué dans l’Hexagone concernant la licence créée par Mattel.

ayorsaint says:

Pour moi Jayce c’est surtout le souvenir génial du générique sur lequel tu as d’ailleurs fait un super papier dans FulguroZik.
Je me souviens aussi avoir reproduit les véhicules en Lego avec mes petits moyens mais l’imagination si fertile de l’enfance.
Les véhicules sont quand même sympa visuellement mais peu jouables d’après le témoignage de Julortk. C’est surtout l’absence des vrais persos qui me paraît préjudiciable à tout succès commercial.

Nicko says:

Merci mon Aurel pour ta lecture et ton message 🙂

Je te rejoins de manière formelle, le générique de la série animée Jayce et les Conquérants de la Lumière, qu’il soit en version originale ou bien française, est fantastique. Il méritait bien un FulguroZik spécialement dédié. Nous pouvons ajouter un point commun supplémentaire à la liste interminable de ce qui nous rapproche Aurel. Je me souviens parfaitement avoir confectionné en Lego la voiture du Docteur Gang visible dans la série animée L’Inspecteur Gadget. Et elle était transformable comme la version télévisée ainsi que son portage officiel par Popy/Bandai !

À titre personnel – et tout en respectant pleinement la sensibilité de Julien – je trouve que les 8 véhicules régulars Wheeled Warriors proposent quand même de nombreuses interactions possibles. Selon le prisme de la modularité, de l’interchangeabilité mais également de l’imaginaire. L’originalité sans conteste des design suggérait des batailles épiques.

Sur le plan marketing, il est évident que la dimension de fidélité entre un support animé et ses produits dérivés (ou inversement) est cruciale. En ce sens, la licence Wheeled Warriors constitue un véritable cas d’école.

VixyVixen95 says:

Hier, j’ai reçu mon colis. Un joli Saw Boss (Diskor) en très bon état, un des jouets que j’ai longtemps voulu. Du coup j’ai voulu voir si il y avait une sorte d’engouement qui pouvait traîner sur internet (le site wheelies ayant sauté), et je tombe sur cet article !
Dieu que c’est fichtrement bien écrit et me donne le même ressenti !
Pour l’avoir entre les mains maintenant, je trouve que c’est une gamme qui aurait pu être incroyable si meilleure communication de la part de Mattel. Pour un vieux jouet, je le trouve super détaillé, original et l’interchangeabilité en est la force (notamment dans la pub où on voit la carrosserie d’un des véhicules de la Lightning Force au-dessus de celle d’une autre).
Par contre, le point négatif, c’est la combinaison de l’anime, qui a certes, posé un background, mais oui, beaucoup trop tard…
Il y a des choses dans les jouets, quasi inexistants dans la série, par exemple les espèces de AT-AT de l’univers WW, BeastWalker et TrailBlazer, qui servent à prendre un véhicule sur le dos. Dans la série, ils servent à rien. Pourquoi faire d’ailleurs si les véhicules roulent plus vite et sont quasi tout terrain ? Au même tarif que la Battle base, que Herc sort de temps en temps, mais là aussi, pourquoi faire quand son vaisseau, Gloire de L’univers, fait déjà tout ?
J’ai l’impression que Mattel est venu accoster la team Chalopin-Saban-Lévy en mode “Ok on a ça, on sait pas comment promouvoir, on veut des résultats positifs, vous avez 4h, bisous!!” *jette les jouets sur la table*…
Le pire, c’est que la série a un potentiel fou, et a déjà des grosses références à Star Wars (Herc est littéralement Han Solo, que ce soit l’attitude ou même les vêtements) qui mérite d’être approfondie.
J’ai les dvd chez moi, et la série n’est pas aussi top que dans mes souvenirs, c’est extrêmement répétitif, les héros souffrent de nombreux clichés (J’adore Jayce, mais c’est le cliché du héro trop parfait…), les Monstroplantes, hormis Diskor, sont bêtes à manger du foin, les aliens sont tous humains ??? C’est pas parce que ces gens ont une gemme au milieu du front que ça en fait forcément des aliens, surtout quand c’est la seule caractéristique qui les différentie de notre espèce…
L’interchangeabilité aurait pu être un atout, surtout chez les méchants, style Diskor qui décide de lancer une fusion avec Terror Tank, pour avoir un véhicule hybride avec la carrosserie du Terror Tank, qui se voit la scie Circulaire en plus de sa tête de plante carnivore. Ce sont pas les idées qui manquent…
Bref, je pense que cette série mérite un reboot sans trop dénaturer la base, et quand on pense à certains reboot excellent style He-Man, She-Ra, ou encore la suite des Cités D’or (fait par des fans de la série en plus) pourquoi ne pas essayer ?
Je suis personnellement, au taquet si quelqu’un a l’idée de vouloir se lancer dans le projet, même essayer d’avoir l’aide de Chalopin, qui sait !! (Je suis déjà en train de faire mon propre poster, la frustration d’avoir peu de goodies parle, lol)
Il restera plus qu’à se frotter à Mattel qui a vite tendance à nier les choses quand une gamme marche pas trop :’)

Bisous d’une Wheelies !

Nicko says:

Un commentaire très aiguisé, drôle, de la part d’un esprit éclairé 🙂

Au-delà du plaisir de ta lecture, je souscris à la quasi-totalité de tes remarques. La gamme Wheeled Warriors, aussi cheap soit-elle par bien des aspects, n’en reste pas moins extrêmement originale, détaillée et surtout jouable. On regrettera cependant le côté « creux » des véhicules regulars. Du métal aurait été le bienvenu, au moins pour les châssis.

Le potentiel d’un reboot est bien là mais je pense que Mattel garde en mémoire la gifle économique que la gamme Wheeled warriors a généré. Alors rien n’est certain mais si des communautés de fans assez conséquentes se créent, pourquoi pas. Là où je te rejoins moins Vixy, c’est lorsque tu évoques la qualité de reboots comme ceux de He-Man ou She-Ra. J’ai eu beaucoup de mal avec ces révisions modernisées, malgré des qualités notables bien entendu. She-Ra, la Princesse du Pouvoir a bercé une partie de mon enfance mais le nouveau DA à la sauce Netflix, c’est totalement indigeste pour moi, essentiellement en termes de design.

D’autre part, je reste à ta disposition pour tout projet en lien avec la licence Jayce et les Conquérants de la Lumière. Si je peux apporter une aide, aussi infime soit-elle, et bien je le ferai avec plaisir.

Merci encore Vixy pour ton intervention très qualitative 🙂

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *