FulguroPop

Le magazine de la Pop Culture

Rapports entre sujets sans rapport

Greatness is a transitory experience. It is never consistent. – Frank Herbert
Tout cela me laisse penser qu’il ne faut pas renoncer à faire les Jeux les plus populaires possible. – Amélie Oudéa-Castéra


L’affiche de Dune 2021 traduite en chakobsa, et la traduction en affiche des JO 2024
(tokidokiyuki, Ugo Gattoni/Ville de Paris)

Deux sujets qui ne vont pas ensemble, mais qui se présentent ensemble c’est-à-dire au même moment, peuvent-ils aller ensemble tout de même ? On pense au chakobsa et à Coubertin, donc à la conlang fabriquée pour Dune: Part two, et aux JO enlevés par Paris grâce au forfait calculé de Los Angeles. On pourrait s’amuser à parler de la langue des Fremens comme d’une langue planétaire, et du français comme celle du village olympique, en convoquant la notion de « village planétaire » pour lier la sauce. On pourrait chercher l’analogie entre la séquence de l’arène ou la chaleur d’Arrakis, et les nouveaux jeux du cirque, ou le succès comparé des jeux d’été et des jeux d’hiver. D’ailleurs, c’est peut-être là que se devine le rapport le plus fondamental, celui de la popularité comme on dit d’une culture populaire, en plus de celui du langage, où l’on pressent en se trompant qu’il faudra bien évoquer le langage corporel…


Dune en 1984 et Dune en 2024, ou de la continuité intéressée dans le merchandising
(Anderson and Garland, SFAN Media LLC)

Commençons par le populaire, donc par acheter ou non son 2-pack Stilgar/Sishakli, et sa peluche de Phryge ordinaire/handicapée, à se demander en tout cas si l’ampleur du merchandising n’est pas le signe d’une parenté : beaucoup de choix et pas le choix à la fois, c’est-à-dire entre 12 figurines chez McFarlane Toys dans le premier cas, mais rien ne rappelant par exemple les mini-séries des années 2000, et entre 215 produits officiels sur le seul site officiel des JO, mais rien ne risquant d’évoquer une quelconque candidature ratée. On peut chercher les cartes postales de « Paris 2012 », il en reste au fond noir sur Institut avec Laure Manaudou – première porteuse française de la flamme en 2024 avant le sportif en claquettes Jul – on peut aussi chercher un Sardaukar articulé datant de 1984, réputé le plus couru de cette gamme soudain réévaluée, et déjà copiée par Super 7 dans sa collection « ReAction » pour amateurs de plagiat. Tout cela renvoie au langage du portefeuille mais pas seulement, car c’est aussi celui de la variation et de la nostalgie, voire de la nostalgie par anticipation, du fait de vouloir emporter un souvenir de ce qui ne dure pas – film appréhendable dans sa seule continuité, concours sportif s’arrêtant à la remise des médailles. C’est le langage de l’après-coup, de ceux qui refusent finalement le présent, ou ne s’en contentent pas, et de ceux qui veulent les satisfaire en cherchant trop souvent à ne faire que du profit. Et pourtant, le chakobsa est incompréhensible, mais il meuble comme les tronches de Mos Eisley meublaient la « cantina », et pourtant, les jeux ne sont pas donnés à tout le monde, mais les tickets pour l’athlétisme à 680 euros ont tous été vendus…


La campagne 2012 et la mascotte 2024, ou du bon usage de la marque Paris
(176rwin, Doudou et Compagnie)

Où se situe le populaire, quand le prix d’une place de cinéma atteint 7,24 euros en moyenne selon le CNC, contre 8,20 chez UGC avec une carte 5 places sans les week-ends, et 14,60 chez Gaumont/Pathé sans réduction ? Où se situe le populaire, quand on annonce 185 km de routes réservées à l’élite accréditée, 14 ponts fermés à Paris, et un QR code obligatoire pour aller chez soi en quartier classé « Silt » ? On verra bien tout cela à la télé – ça laissera du temps pour se demander pourquoi les Américains n’ont pas réussi à mondialiser leur football, et Kenner à vendre ses « Starting Lineup » en Europe, ou pourquoi les « Sportstars » ont fait leur temps, et si l’esprit du football le vrai est comme celui des JO, une apparence de fraternité devant des nationalismes excités par l’émulation. Ça laissera du temps, aussi, pour se demander pourquoi Frank Herbert, contrairement à Tolkien avec son sindarin, n’a pas jugé bon d’enrichir d’une langue structurée son monde, peut-être exhaustif sans cela ou laissé tel quel à l’appréciation de ceux qui ont de l’imagination, et si le fait de pouvoir le faire justifiait de le faire, quel que soit le talent du couple Peterson – qui l’avait suffisamment prouvé avec l’invention du dothraki. D’ailleurs, le chakobsa existe vraiment, il a été parlé dans le Caucase mais ce n’est pas celui qui nous intéresse, et le sport existe vraiment, il est pratiqué dans les gymnases communaux et sur les gazons jaunis – mais ce n’est pas celui qui permet aux étudiants de garder leur chambre pendant l’été, ni de passer du canoë-kayak à un salaire annuel de 270 000 euros…


Londres 2012, Paris 2024
(CBS Interactive Inc., Régis Hector/Opinion Internationale)

Le français n’est pas la langue officielle des JO car ce n’est pas la seule – l’autre étant bien entendu l’anglais – ce qui fait qu’un « grand témoin de la francophonie » veille au grain qui pourrit un peu plus à chaque édition. Le chakobsa n’est pas la langue officielle de Dune car il y en a beaucoup d’autres – les sœurs du Bene Gesserit maîtrisant le langage corporel pour ne pas le nommer – mais une adaptation est toujours le résultat d’un certain nombre de choix. Ce qui résiste n’est pas lié à ces à-côtés significatifs, et pour combattre l’inutile et l’oubli qui se tiennent par la main, en rongeant la nouveauté comme un acide, il reste les médailles et les produits dérivés, vecteurs matériels de la popularité. Il faut pourtant, pour éviter le danger du casque gaulois qui n’a de sens qu’acheté et porté au Parc Astérix, que ces traces acquises soient tout à la fois représentatives et partageables. On pourra toujours se demander ensuite ce qu’il reste des colifichets du bicentenaire de la Révolution française aux couleurs républicaines, ce qu’il restera des nouveaux Miraitowa et Someity, et ce qu’il reste de Frank Herbert dans la figurine pourtant réussie de l’empereur Shaddam IV.

 

À lire/voir sur Dune ou relire/revoir ici même : Dune 2021, ses figurines, son jeu de plateau

2 réponses à “Edito : Parlez-vous un langage populaire ? Par Nicolas F.”

  1. Avatar de Blaster

    Quelle fougue, quelle verve, un édito qui en jette !
    Merci Nicolas pour cette contribution enlevée.

    1. Avatar de Nicolas

      Merci d’avoir accueilli ce texte ici, à un nombre presque égal de jours entre la sortie de Dune 2 et le début des JO !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *