G.I.Joe : la guerre civile Cobra dans les comics des années 80

J’ai déjà évoqué dans un précédent article la rivalité qui a opposé, dans les années 80, deux grands méchants de G.I. Joe : Cobra Commander et Serpentor.  Dans les comics scénarisés par Larry Hama (qui a aussi signé la plupart des filecards des jouets Hasbro), les deux leaders s’affrontent pour le contrôle de Cobra Island.

Cobra Island ?

Cobra Island a été créée par le Pr Appel dans le comics n°41. Elle mesure 13 km2 et se situe au milieu du Golfe du Mexique. C’est sur cette île qu’installe son organisation avant la chute de sa base principale de Springfield où dans le n°49 des comics Mindbender crée un super soldat en mélangeant l’ADN de plusieurs guerriers et stratèges prestigieux de de l’histoire humaine. Cependant Serpentor est évacué vers Cobra Island où il prend vite la tête d’une faction au sein de Cobra. L’opposition avec Cobra Commander se déroule pendant plusieurs numéros du comic book avec moult tentatives ratées d’assassinat et d’embuscades, jusqu’à ce que Cobra Commander, laissé pour mort dans une attaque contre le QG de G.I. Joe, décide de changer de vie. Toutefois l’un de ses Gardes pourpres, Fred VII prend sa place et débarque sur Cobra Island. Malgré les doutes de Serpentor (qui pensait avoir envoyé le Commander à une mort certaine), seule la Baroness l’a percé à jour et est au courant de la supercherie.

 

Déclenchement des hostilités

Les deux leaders ne sont manifestement pas de valeur égale, Fred est bien moins intelligent et vicieux de Cobra Commander, mais il se trouve une alliée de choix en la personne de la Baroness rétrogradée par Serpentor au profit de Zarana. La Dreadnok remplace ainsi l’aristocrate comme chef des opérations à New York où la nation souveraine de Cobra Island a établi un consulat (voir G.I. Joe Special Missions #2, octobre 1987). De plus, si Serpentor a percé à jour l’imposture de Fred, il ne peut la rendre publique car ses actions l’ont rendu populaire auprès des troupes (en raison notamment de missions dangereuses dans lesquelles Serpentor l’avait envoyé encore une fois à une mort quasi-certaine).

Il faudra attendre l’été 1988 pour que la guerre civile n’éclate dans le n°73 de la série écrite par Larry Hama. En effet, alors qu’une cérémonie officielle est organisée sur Cobra Island pour célébrer le succès de la mission d’espionnage du Strato-Viper, Serpentor et Fred se chamaillent de nouveau.

 

 

Des coups sont échangés et les deux chefs se brouillent définitivement, plongeant l’île souveraine de Cobra dans la guerre civile.

Les forces en présence

Cobra Commander, assisté de la Baroness, conserve le contrôle d’une bonne partie des soldats et des Vipers (dont les Tele-Vipers et les Techno Vipers). Il s’appuie sur une flotte aérienne de Mambas et sur de l’artillerie mobile avec des Maggots (Multi Cobra et les Worms/Vermine, leurs pilotes) et des ASP. Il contrôle l’aéroport. Zartan, sa soeur Zarana et les Dreadnoks (Matamores) constituent sa garde rapprochée. Il dispose d’une flotte de véhicules sous-marins BUGGS pilotés par des Secto-Vipers.

Serpentor s’appuie sur le Dr Mindbender et ses armées robotisées de B.A.T (Crabes en VF) ainsi que sur Croc Master, et sur Xamot et Tomax et leur Garde pourpre. Il dispose de plusieurs blindés HISS, d’hélicoptères FANG et d’avions d’attaque au sol de type Rattler (Ferrailleur).

Une unité de reconnaissance des G.I. Joe commandée par Lt Falcon et composée de Tunnel Rat, Spirit, Dial Tone, Gung-Ho et Sneak-Peek, a également été déployée sur l’île pour tenter de retrouver les données volées par Cobra.

 

Phase 1 de la guerre civile Cobra : avantage Cobra Commander

Malgré des forces de qualité (Crimson Guard) et résilientes (les BAT), Serpentor subit une lourde défaite.

 

Il se replie dans le cargo échoué au nord de l’île, mais ignore que Fred et la Baroness disposent d’un atout énorme : l’un des BAT de sa garde rapprochée est équipé dune caméra espion.

Pour éviter un siège long, Serpentor envoie Mindbender négocier avec les Américains.

Il leur rendra les données techniques volées par le Strato-Viper en échange de leur aide dans le conflit. L’argument politique est tout trouvé : les Etats-Unis avoir préfèrent avoir pour voisin une monarchie constitutionnelle qu’une dictature fasciste.

Sur le porte-avion USS Flagg, les Joe sont contraints d’obéir au général Hollingsworth.

Phase 2 de la guerre civile Cobra : les Joes entrent en scène

Avec l’entrée en jeu de G.I.Joe, l’équilibre des forces va s’inverser. Voici la carte des opérations. Au nord, Serpentor est coincé dans le cargo échoué, Cobra Commander contrôle l’essentiel de l’île qu’il dirige depuis le Quartier général Cobra à l’ouest du Volcan. Il a positionné une compagnie d’infanterie renforcée avec des Maggots et des ASP en protection.

Les forces de G.I.Joe prépositionnées sur l’île reçoivent incrédules leurs nouveaux ordres. Leur mission : prendre la tour de contrôle de l’aérodrome.

 

D’autres éléments G.I. Joe vont aussi débarquer pour appuyer les forces de Serpentor qui mènent une guerre d’attrition contre l’armée que dirige la Baroness et qui l’encercle.

 

 

Serpentor profite de l’ouverture d’un nouveau front pour contre-attaquer et briser le siège du cargo.

 

Sa sortie est couronnée de succès, la Baroness est faite prisonnière et utilisée comme bouclier humain par Serpentor.

 

Le mépris de Serpentor pour la convention de Genève fait hésiter G.I.Joe.

Hawk est d’ailleurs obligé de suivre les ordres, mais rappelle que ses hommes ne sont pas tenus d’obéir à Serpentor. Ce double commandement exaspère le stratège Cobra.

 

 

Phase 3 de la guerre civile Cobra : l’intervention de Destro

Destro demeure neutre dans la guerre civile, son armée d’Iron Grenadiers profite de l’affaiblissement des deux factions pour prendre le contrôle de l’aérodrome.

 

Cobra Commander évacue avec les Drednoks, mais se trouve séparé de ses forces. Sans nouvelles de Cobra Commander, Zartan décide d’effectuer un repli tactique.

 

 

Phase 4 de la guerre civile Cobra : la fin de Serpentor

 

Destro établit sa tête de pont à l’aéroport.

 

Chacune des factions de Cobra doit tenir compte du nouvel équilibre des forces. Fred se replie vers son QG.

G.I. Joe continue de servir Serpentor et profite de sa supériorité technologique pour éliminer les défenses radar de Cobra.

 

Cobra Commander, enfin Fred VII, est complètement dépassé.

Face à l’inertie de Fred, désemparé en l’absence de la Baroness, Zartan se décide à agir et abat Serpentor d’une flèche. Le parallèle avec le maître du clan Arashikage est évident pour l’assassin caméléon.

Dénouement

La mort de Serpentor provoque un retournement de situation, Mindbender se rallie à Cobra Commander.

 

Les Joes sont invités à se retirer prestement de l’île.

Destro obtient la libération de la Baroness en échange du retrait de ses troupes. Il a rempli pas mal d’objectifs dans l’opération : sauvé la Baroness, effectué une reconnaissance de Cobra Island, testé ses nouveaux matériels et surtout appris que le casque Cobra Commander dissimulait un imposteur.

A l’insu de Fred VII, Mindbender a fait conserver dans la glace le cadavre de Serpentor.

De retour aux USA, le Pentagone, enfin un groupement de généraux appelés les Jugglers (Jongleurs), accuse Hawk et toute l’unité G.I. Joe d’avoir agi sans autorisation officielle.

Les Joes deviennent des fugitifs, mais ça c’est une autre histoire.

 

7 comments

Cobra says:

Merci pour cette review sur l univers gijoe que j apprécie énormément
J ai appris pas mal de trucs grâce à toi

Je t’en prie. Je prends beaucoup de plaisir à relire mes comics.

Ludosith says:

J’adorais les comics Marvel Gi Joe,celui qui me manque le plus c’est le numéro 55 ( Unmasked )
Je me souviens d’un dessin à la fin ou l’on voit Destro assis par terre dans le metro en train de faire la manche avec son masque et Cobra Commander qui passe devant lui

Un numéro culte dont je parlerai prochainement dans un nouveau dossier consacré au Commander.

Ludosith says:

Ha génial ! J’ai hâte de voir ça 🙂

KissFan says:

Pour moi qui ne suis pas familiarisé avec l’univers G.I. Joe, j’ai lu cet article avec plaisir. Les personnages de cet univers semblent tellement nombreux que j’ai l’impression de plonger dans un crossover comme celui des Guerres Secrètes que je lisais dans les années 80 (le style de comics, tant les dessins que le découpage se rapprochent, c’est typique du comics 80’s). Sur quelques dessins, on voit des personnages touchés par des tirs. Les morts sont réelles dans ce comics? La tonalité changerait par rapport à l’anime diffusé dans le Club Do’.

Oui, Pascal, le comics tirait à balles réelles et les blessés comme les morts (un sujet régulièrement évoqué) sont aussi réels. Il arrive cependant que certaines morts ne soient que temporaires comme ici avec Cobra Commander.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *