FulguroPop fait son top : nos séries préférées des années 80

Retour vers le futur aujourd’hui ou plutôt plongeon dans le passé. On se penche sur les séries qui ont bercé notre enfance et que certains d’entre vous n’ont peut-être même jamais vues. Mais logiquement, en tant qu’amoureux de la culture pop vous avez dû en entendre parler ici ou là. Autant, le top des années 90 que vous découvrirez bientôt n’a pas fait émerger, à mon sens, de nombreuses pépites. Autant, les années 80 sont un vivier de séries coup de cœur sans grande prétention scénaristique (en comparaison avec les monuments actuels) mais au combien divertissantes.

La Team A, plus connue dans notre beau pays sous le nom de L’Agence tout risques c’est vraiment… incontournable. Humour, action, jolies filles, gros véhicules, muscles, typé années 80 au possible. Le cocktail détonant pour finir sur la première marche. Si on ajoute à cela le look inimitable de Barracuda alias Mister T. et la folie douce de Looping, on ne peut plus résister à se refaire un petit épisode. J’ai essayé et franchement ça passe… Je dis pas que je binge watcherais une saison en un week end, faut pas pousser, mais c’est agréable à reparcourir.

Suit une série que je ne connais que très peu mais dont on m’a tellement souvent venté les mérites, Mariés deux enfants. L’humour décapant est à l’honneur ici me semble-t-il mais je laisse les connaisseurs développer en commentaires. Moi je vais me concentrer sur Christina 😉

Ex aequo à la troisième place avec deux séries que je connais par contre sur le bout des doigts. Tout un tas d’initiales. V d’un côté et X-Or de l’autre. Deux styles très différents mais avec un point commun, les extra terrestres. Je les ai revues il y a quelques années et en tant que madeleines de Proust, j’ai vraiment kiffé. V est plus facile à appréhender car le côté feuilleton donne envie d’en voir plus quand la formule épisodique de X-Or peut lasser à force. Mais dans les deux cas, la magie opère encore. Que je redécouvre les reptiles humanoïdes ou les T REX, l’horreur et la fascination que je ressentais enfant au visionnage font toujours partie de moi alors que mon fils est mort de rire en les voyant. Le cerveau enregistre des émotions de façon tout à fait étonnante… Par contre la transformation de X-Or et la gestuelle de son interprète agissent encore sur lui comme sur moi plus jeune, preuve de la classe absolue de Kenji Oba, du design de son armure et de son rollersky.

Il y a tant d’autres séries cultes estampillées 80’s que je vous laisse les faire revivre le temps d’un commentaire ci-dessous. Car comme disait le vieux sage, le discord c’est bien, les commentaires c’est mieux 😉

Ayorsaint

6 comments

Hachiman says:

Mariés, 2 enfants. Un hymne à l’amour avec un grand A comme dans Al Bundy.
Une série qui se voulait aux antipodes des conventions. Un joli doigt d’honneur aux moralistes en tout genre.
Bref, une série anti-conformiste qui a su nous captiver pendant 11 saisons centrée sur le clan Bundy et son leader Al, célèbre pour avoir marqué 4 touchdowns dans un seul match et vendeur de chaussures pour subvenir aux besoins de sa tendre et douce Peg’ et ses enfants…😁

ayorsaint says:

Exactement comme l’ami Julortk je n’ai jamais vu Mariés deux enfants dans les années 80 et je n’ai jamais pris la peine de rattraper le retard. Mais vous me donnez envie entre tous

Julortk says:

Pouah le vaste sujet. Très dur de choisir. Pour sélectionner, j’ai mis les séries aux quelles je jouais quand j’étais gamin.

L’Agence Tous Risques, un classique de chez classique. Pas de sang, pas de mort malgré des millions de coups de feus à la mitraillette. On pouvait s’amuser sans être gore ni crédible. Son équipe hétéroclite parfaitement équilibrée, son van emblématique, et son scénario quasiment copié collé d’un épisode à l’autre.

MacGyver. Agent d’une fondation Phœnix dont je n’ai jamais compris le but, il partage pas mal de chose avec l’Agence Tous Risques, à savoir être envoyé pour régler un soucis et se retrouver comme par hasard dans un endroit avec tout le matériel nécessaire à disposition pour des créations dingues. La particularité de MacGyver, de son prénom Angus, est d’être un non violent ou du moins de ne pas aimer les armes à feu. Avec une machine à café, il faisait un porte avion. Autre petite particularité, souvent, il s’adressait directement au spectateurs par le biais d’une voix off pour expliquer certaines choses. Bref, un must.

En 3eme, une série qui n’a pas fonctionné, qui a eu très peu d’épisodes mais qui néanmoins a marqué mon esprit et dont j’essayais de reproduire le gimmick principal. C’est Manimal. 8 episodes en comptant le pilote, je crois même qu’elle est classée dans les pires séries. Donc oui, je respirais comme le héros lorsqu’il se transformait en faisant bouger les mains de la même façon.

Je n’ai pas mis Starsky et Hutch qui techniquement est Dee’s années 70. Et il y a de la place pour 26000 mentions comme le Magicien, l’Homme qui tombe à pic, les 2 font la paire, Magnum. Oui, vous l’aurez deviné, beaucoup de série d’action pour moi.

De plus, j’ai raté de nombreuses séries, ne captant ni la 5 et la 6 avant le milieu des années 90 ( donc mariés 2 enfants, supercopter ou K2000 dans les années 80, c’est sans moi).

ayorsaint says:

Manimal on a exactement le même vécu avec cette série. Petit j’adorais je ratais jamais une diffusion. La panthère et l’aigle trop bien c’était génial avec des yeux d’enfants.
merci pour ce souvenir

C’est dingue, je ne me rappelle pas de ce que j’ai voté, mais je souscris au top intégralement. J’avais eu beaucoup de mal à me limiter à trois titres.
Merci Aurél !

ayorsaint says:

De rien
toujours un plaisir de tenir cette rubrique 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

Star Wars Acolyte : Récap de l’épisode 4 Jour (S01E04)

Retour au présent, enfin en 132 BBY, pour suivre le quatrième épisode de Star Wars…

A Première vue : Alien, xénomorphes dans la brume

Dans le premier film Alien, le 8ème passager de 1979, quand l’équipage du Nostromo explore l’épave…

Star Wars Acolyte : analyse de l’épisode 3, Destin (S01E03)

Pour ce troisième épisode de The Acolyte, on part 16 ans en arrière. Un flashback…