Anneaux de pouvoir – analyse express de l’épisode 3 (S01E03)

Allez, on reprend le chemin de la Terre du milieu pour un nouvel épisode de Rings of Power diffusé sur Amazon Prime Video.

On récapitule les premiers éléments pour ceux qui en auraient besoin. La série se sépare en quatre histoires plus ou moins liées : Galadriel, rongée par le besoin de se venger de Sauron refuse de rejoindre Valinor et se retrouve avec un humain inconnu sur un radeau en pleine mer; Elrond est parti chez des potes nains dans la Moria pour obtenir de l’aide pour un méga projet de Celebrimbor; une jeune Harfoot a trouvé un homme étrange dans le cratère creusé par une météorite et un Elfe et une humaine sont confrontés au retour du mal dans le sud-est de la Terre du milieu.

On retrouve donc pour un troisième épisode Arondir prisonnier des orcs. Ceux-ci ont capturé des humains des villages qu’ils ont attaqués précédemment. Ils portent un masque en forme de crâne comme l’orc qu’a décapité Bronwyn à la fin de l’épisode 2. Les orcs échangent sur la pénibilité du travail au soleil (dont ils protègent par des toges, des casques et tentures tendues au-dessus d’eux) et invoquent ce qui pourrait bien être leur maître actuel, Adar. Son nom sert d’ailleurs de titre à l’épisode. C’est un personnage original de la série. Arondir est enchainé et placé parmi les esclaves.

Galadriel se réveille avec Halbrand à bord d’un navire humain à destination de Numenor. Détail à noter, les voiles des navires numénoréens rappellent les ailles du casque des gardes de la citadelle du Gondor.

 

 

On découvre pour la première fois ce royaume perdu, la future Atlantide d’Endor avec cette civilisation humaine issue des humains qui se sont battus contre Morgoth au premier âge. Les Elfes opèrent une distinction récurrente depuis le début de la début de la série entre les hommes auxquels on peut se fier et les autres en fonction de leur comportement lors du premier âge, on verra par la suite que ce passé héroïque ne préjuge pas du comportement à venir des humains. Galadriel explique que les Numenoréens se sont déjà éloignés (et méfiants) des Elfes quand se déroulent les événements de la série, sans qu’elle même sache pourquoi. Le plan montrant Halbrand s’arrêter un bref instant devant une forge de Numenor intrigue car il fait partie des personnages que les fans ont commencé à lister comme candidats possibles en tant que Sauron déguisé. Dans l’oeuvre de Tolkien, Sauron se présente aux Numénoréens sous les traits d’Annatar, l’envoyé des Dieux, distributeur de présents. L’habilité diplomatique dont Halbrand fait preuve devant la cour de Numenor surprend et laisse penser que les apparences peuvent être trompeuses.

Mais c’est cette cour qui pose le plus de problème chronologique. On apprend qu’Ar-Pharazôn y sert de chancelier sous la régence de la reine Tar-Miriel.

 

The Lord of the Rings: The Rings of Power
Númenoreans Kemen (Leon Wadham), Queen Miriel (Cynthia Addai-Robinson), Pharazộn (Trystan Gravelle), Elendil (Lloyd Owen), Eӓrien (Ema Horvath) and Isildur (Maxim Baldry).

 

Or Pharazôn et Miriel ont vécu à la toute fin du deuxième âge (vers 3300 DA). Bien après que les anneaux furent forgés (vers 1200 DA). C’est pourtant bien une indication temporelle volontaire que donnent les showrunners et une sacrée surprise pour moi qui pensait que l’histoire s’étalerait sur la totalité du deuxième âge.

C’est aussi ce qu’on peut déduire du nom du capitaine du vaisseau numénoréen qui a sauvé Halbrand et Galadriel, Elendil. La série se déroule donc à la fin du deuxième âge avec l’Elendil de la légende, roi d’Arnor et père d’Isildur, qui combattit Sauron et périt à Dagorlad.

Son fils est tout de suite identifié comme cadet dans la marine de Numenor. Notez que plusieurs personnages pourraient porter ces noms à travers les siècles. La scène montre d’ailleurs un marin appelé Imrahil comme le prince de Dol Amroth (dans les romans), mais la coïncidence qui met aux prises quatre personnages de la fin du troisième âge est trop improbable (et ce d’autant plus que Turmiel elle-même souligne que le nom d’Elendil est inhabituel). Notons enfin, pour accréditer l’idée qu’Halbrand pourrait être Sauron qu’il vient du sud, une région de la Terre du milieu ou Pharazôn capture le Seigneur du mal quelque temps avant la chute de Numenor.

A partir de là, la série se crée une cinquième branche narrative autour d’Isildur (avec sa soeur Eärien et son frère Anarion, un autre personnage créé pour la série) et de ses envies éloignées du service militaire.

Retour chez les Harfoots qui préparent leur migration par des rituels qui montrent les risques de leur vie nomade et secrète. L’étrange homme tombé du ciel se révèle involontairement à la tribu en perturbant la cérémonie rituelle. Il pourrait pour le coup aussi bien être un des Istari vu le bazar chronologique de la série. En effet, les magiciens (Saroumane, puis Gandalf, Radagast et les deux magiciens bleus) n’ont été envoyés par les Valars qu’au troisième âge, mais au point où on en est…
Pour le coup j’apprécie le choix de faire des Harfoots ces créatures qui vivent cachées depuis un millénaire, cela accrédite l’idée que les Hobbits n’étaient pas connus auparavant. En effet chez Tolkien eux aussi n’apparaissent qu’au troisième âge, mais là on a une explication crédible à la présence d’un peuple leur ressemblant dans une région cohérente avec leurs origines littéraire malgré une époque un peu trop avancée.

On a d’ailleurs un aperçu de l’organisation de leur société et de leurs caravanes migratoires.

L’épisode se poursuit par l’identification d’Halbrand avec le roi perdu des terres du sud et la confirmation que les Numénoréens redoutent la rencontre avec les Elfes pour des raisons qui restent à déterminer.

Par les yeux d’Arondir on perçoit enfin les brûlures du soleil sur la peau des orcs. Un phénomène dont ne souffrent pas le warg que les orcs lâchent  contre les prisonniers révoltés dont un autre Elfe, Hano. Arondir est conduit à Adar. Le chant des orcs qui accompagne cette rencontre rappelle le jeu vidéo Shadow of War. L’apparence d’Adar, embrumée à la fin de l’épisode, fait d’ailleurs penser à certaines représentations de Sauron dans ce jeu vidéo ou dans le précédent, Shadow of Mordor.

Blaster
A suivre

2 comments

Ram Dam Area says:

Nom d’un chien, c’est une sacrée analyse hyper documentée que tu nous proposes ici. Je t’avoue que je n’y connais pas grand-chose à la mythologie qui entoure le Seigneur des Anneaux. Je n’ai vu que les films mais jamais je ne me suis intéressé à la lecture des œuvres de Tolkien. Pour le téléspectateur lambda que je suis, ça passe crème et rien ne choque puisque je ne connais pas les différentes périodes.
Quoi qu’il en soit, merci pour ta belle analyse.

sith says:

Finalement, si j’ai bien tout compris, pour un inconditionnel de Tolkien, c’est un vrai cauchemar cette série ! 🙄

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *