FulgurAnime : Saint Seiya Hades Sanctuary

On est en 2003, le dernier épisode TV des Chevaliers du Zodiaque au Japon, c’est la victoire contre Poséidon en avril 1989. 14 années (un peu moins pour nous du coup) c’est long, très long… L’attente valait-elle le coup ? Je vous répond tout de suite.

L’Anime

Mettons nous déjà bien d’accord, je ne vais aborder que la partie Sanctuaire du chapitre Hades. Ce qui se passe ensuite au Royaume des Enfers, ça s’appelle Inferno et j’en reparlerai peut être dans un prochain épisode… Ou pas. Ici, il est question de l’attaque du Sanctuaire par un groupe de Spectres d’Hadès et surtout par les Renégats. Les Renégats, ce sont les chevaliers d ‘or tombés au combat lors de la bataille du sanctuaire contre les Chevaliers de Bronze. Il s’agit donc de Saga, Camus, Shura, Aphrodite et Deathmask. Et puis, il y en a un sixième mais chut… pour ceux qui n’ont pas vu. Quand je visionne ces épisodes, j’ai la chance d’avoir déjà découvert le manga qui a été traduit entre temps. Et cette partie devient instantanément ma préférée, surclassant même la fameuse montée des marches par les Bronzes. Pourquoi ? Parce qu’enfin, les Chevaliers d’Or sont au centre de l’action, les protagonistes principaux. On les a un peu regrettés lors de la Bataille d’Asgard, on n’en pouvait plus de les voir se tourner les pouces pendant l’arc Poseidon et enfin ils entrent en scène. Et quelle entrée ! Déjà, pour une fois, Kurumada prend le temps de nous expliquer pourquoi ils ne sont pas encore intervenus et ont laissé les Bronze se taper le sale boulot et ça tient à peu près la route. C’est loin d’être toujours le cas quand il doit rattraper une incohérence ou un flou. Et puis surtout ils vont nous faire la démonstration de toute l’étendue de leur pouvoir et on ne va pas être déçus (rendez vous dans la partie La Fin pour les spoilers comme toujours).

Ensuite, question technique, pour l ‘époque c’est carrément une claque. C’est les début du mélange 2D/3D et de la CGI. Bon aujourd’hui ça pique un peu et j’ai toujours préféré la 2D classique. Mais au moins les attaques des chevaliers envoient des effets visuels vraiment sympas et la vitesse d’animation est très correcte. Quand on pense que dans la partie Inferno, on aura l’impression de voir le manga colorisé case par case, c’est le jour et la nuit. Niveau graphique c’est excellent, le travail d’Araki est respecté à la lettre et tout fan ne peut que se retrouver aux anges.

La fin

Je ne vais pas me contenter de vous parler de la fin puisque de toute façon, ce n’est pas vraiment la fin de cet arc mais plutôt la passerelle vers le royaume des enfers. Je vais plutôt insister sur tous les points qui font de ce passage de Saint Seiya un vrai morceau de bravoure, qui a fait entrer l’œuvre dans la légende des mangas. Ici, on aura rarement vu du fan service aussi réussi. Et je ne parle pas de fan service pour ado boutonneux avec grosses poitrines et poses suggestives hein. Je parle de faire plaisir aux vrais fans d’une œuvre en leur offrant ce dont ils ont toujours rêvé. Mais même comme ça, beaucoup se sont foirés lamentablement. Kishimoto, c’est bien à tit que je pense avec la quatrième grande guerre ninja… Non, ici vous allez avoir droit à Mü qui combat enfin. Et quel combat face au magnifique Spectre Myu du papillon ! Vous allez bouffer du Aiolia surexcité, du Milo vengeur et plus acéré que jamais. Et que dire de Shaka… qui nous avait déjà ensorcelé lors de la bataille du sanctuaire et qui va encore monter d’un cran. Et puis, revoir Camus, Shura et surtout Saga en anges déchus réincarnés et venus purifier leurs âmes, c’est beau. Mais j’ai bien entendu gardé le meilleur pour la fin. Shion, l’ancien grand pope revient aussi et affronte Dokho son pote de la précédente Guerre Sainte.

Mais on ne parle pas du vieillard assis devant sa cascade aux cinq pics, non ! On parle d’un Dokho rajeuni grâce au pouvoir qu’Athéna lui a légué 200 ans auparavant, lui permettant de rajeunir à ses 18 ans. La plus grosse claque reçue en lisant Saint Seiya sans aucun doute. Un seul regret dans l’anime, on ne nous parle pas de la barrière instaurée autour du château d’Hadès permettant de diviser par dix la puissance des ennemis qui oseraient s’y attaquer. Par conséquent, Aiolia and co ont l’air de chatons inoffensifs, certes face au terrifiant Rhadamanthe du Wyvern, mais c’est quand même abusé.

Le générique

L’extrême opposé de Pegasus Fantasy. Là où ce dernier nous déchirait les oreilles avec des riffs de guitare électrique et des cris aigus, ce nouveau générique, intitulé Chikyuugi est une mélopée envoûtante et mélancolique. Déjà ému de retrouver mes chers Saints en anime, difficile au premier visionnage de ne pas sentir les larmes monter aux yeux. Et puis, il colle tellement bien à l’ambiance de ce chapitre qui sera plus dramatique encore que les autres.

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, mon cœur de fan a parlé et je ne suis pas certain de pouvoir être totalement objectif avec cette œuvre. Bien trop en manque de bravoure et sevré de cosmo énergie pendant tant d’années, j’ai sûrement eu du mal à déceler les défauts de ces 14 épisodes. Mais franchement, il serait dommage de bouder son plaisir et de ne pas s’offrir une dernière dose de 7ème sens avant de raccrocher une bonne fois pour toute non ? Non ! Car Lost Canvas est venu depuis rebattre toutes les cartes et nous offrir encore plus. Mais ça, ce sera pour un prochain numéro de FulgurAnime.

 

Ayorsaint

8 comments

julortk says:

Ha la partie Hades. Pareillement, je l’ai de ouverte en manga avant sa mise en anime. Elle ne sera pas ma partie préférée malgré de vraies qualités mais aussi, pour moi, de vrais gros défauts.
Si aujourd’hui ça pique un peu les yeux, déjà à l’époque où je suis sur des forums spécialisés Saint Seiya, ça râle beaucoup, notamment sur Seiya revêtant son armure.
Je ne suis pas objectif sur cette partie car elle commence encore avec le défaut qui me faisait enrager quand j’étais gosse. Je suis Taureau, enfant, tu rêvais que ton chevalier soit génial. Voilà, je suis taureau. Le seul gros baléze, celui qui perd tout le temps, celui qui n’a qu’une seule attaque qu’il répète encore et encore. Là, encore, il sert de faire valoir. Le seul qui est mort contre un pauvre spectre.
Surenchère aussi dans les sens: hop, on en rajoute un, le 8eme. Je ne parle même pas des armures cachées sous des capes ou sous d’autres armures.
Je n’ai pas aimé le fait de faire revenir Saga et les autres morts pour se « venger »
Heureusement, le scénario est un peu différent et bien amené. Il est un peu différent entre le manga et l’anime, mais pas de beaucoup.
Il y a des moments géniaux et tant attendus : Mu en action, la Balance en action, la double Athéna Exclamation avec l’intervention des Bronzes sur une musique superbe, Seiya et son abnégation sans limite ( et ça, ça me t’emplissait d’admiration envers lui à l’époque), des nouvelles armures,
J’adore le générique aussi.

Pour moi, ça reste quand même derrière la bataille du sanctuaire et même derrière Asgard et ses méchants géniaux. Surtout à cause de la suite car Inferno, en manga ou en animé, il y a beaucoup trop d’incohérence et de trucs que je n’aime ( on en parle du prout ? ). Mais je garde ça sous la main pour la prochaine. Jusqu’au mur des lamentations, après en manga en tout cas, je trouve le final réussi

elcaballerodelcancer says:

Aldébaran et Rasgado rule!! Moi, j’adore Aldé!! Une classe folle sous ses airs faussement bourrins et un chevalier au sens de l’équité absolu … Peut-être le plus humain des douze. Un capital sympathie incroyable… Et quelle puissance!!

ayorsaint says:

Inferno est surtout totalement degueulasse en termes d’animation. Concernant les incohérences, l’oeuvre en est remplie dans tous les arcs, pas plus pour cette partie Hades je trouve…
Toi qui est du Taureau tu as dû kiffer Lost Canvas alors j’imagine pour ce qui est de ce chevalier.

L’arc Hades est superbe et même avec la 3D/CGI çà passe car pour une fois n’est pas trop décalé à mon goût.
Dommage que Deathmask et Aphrodite qui ne deviennent intéressant qu’à la fin.
Les 2 parties suivantes m’ont toujours provoqué des montées acide de l’estomac.
Concernant Lost Canvas il est tellement dommage qu’il est bidé (anime) au Japon car l’histoire est vraiment bien et pour en revenir aux 2 plus mal aimés Or, avaient une put&# de classe.
Saint Seiya est et restera mon oeuvre préférée \o/

ayorsaint says:

Je parlerai de Lost Canvas un de ces quatre c’est tellement comme ça que devrait être tous les spin off…

Ah j’ai regardé cet arc en entier avec mon fils sur Netflix. On est tombé d’accord sur le côté relou des pleurs et du blabla (le gros défaut de Saint Seiya), mais on a passé un moment sympa tout de même.

elcaballerodelcancer says:

Quelle claque à l’époque!! L’attente en valait la peine… Je me souviens que j’étais parvenu à me dégoter les DVD en VO à l’époque et j’avais vraiment pris mon pied. Visuellement et musicalement parlant, ça en jette un max… Ils ont eu la très très bonne idée d’utiliser les musiques orchestrées par Maître Yokoyama du CD Saint Seiya : Meiou Hades Juuni Kyuu-hen sorti en 1990. Et puis Inferno et Elysion ont pris le relais avec les déconvenues que l’on connait (je retiendrai quand même le très chouette générique de ces deux chapitres). Peut-être à cause de ces suites moins bien réalisées, je n’ai jamais trop accroché à cet arc et son protagoniste principale (dont l’histoire est beaucoup plus intéressante et mieux amenée dans Lost Canvas) ni aux Spectres (bien que Rhadamanthe soit badass au possible, je le reconnais)… Concernant Hadès, j’ai eu beaucoup plus de plaisir à suivre les aventures de Tenma (et de Manigoldo évidemment!!! 😉 ) contre cette entité divine… Punaise, que les Gold sont tops dans cette série!! Merci beaucoup pour l’article, noble chevalier du Lion!!!

ps: Viva los Caballeros del Cancer!! (Sage, Manigoldo et DeathMask… Deathtoll peut aller se faire ébouillanter, faut pas pousser bobonne quand même!!)

ayorsaint says:

C’est sûr que les cancers ont le beau rôle dans Lost Canvas…
Mais en fait ils sont tous bien dans Lost Canvas c’est plus équilibré.
Enfin… Ilias déchire tout le monde quand même 🤘

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Star Wars Acolyte : Récap de l’épisode 4 Jour (S01E04)

Retour au présent, enfin en 132 BBY, pour suivre le quatrième épisode de Star Wars…

A Première vue : Alien, xénomorphes dans la brume

Dans le premier film Alien, le 8ème passager de 1979, quand l’équipage du Nostromo explore l’épave…

Star Wars Acolyte : analyse de l’épisode 3, Destin (S01E03)

Pour ce troisième épisode de The Acolyte, on part 16 ans en arrière. Un flashback…