FulguroPix : Rocket League (Psyonix 2015) – Des bolides footeux

 

Si vous désirez créer un jeu vidéo à succès, faîtes comme Psyonix, choisissez parfaitement vos ingrédients. Dans le cas de Rocket League, la composition est simple mais redoutable. Prenez le thème sportif le plus populaire au monde, celui du football. Incorporez-y des véhicules de course à la place des joueurs et vous obtenez un jeu à la fois original, technique et amusant.

La société de développement Psyonix a lâché en 2015 sur le marché du jeu vidéo sa petite bombe vidéoludique avec le titre Rocket League. Initialement disponible pour les joueurs de PC et PS4, le jeu sera porté en 2016 sur Xbox One et en 2017 sur Nintendo Switch.

Le succès sera rapidement au rendez-vous avec une communauté de joueurs toujours plus grande. Des tournois ainsi que des sites regroupant les fans vont rapidement voir le jour.

 

 

Concepts et gameplay

Rocket League propose donc de jouer des matchs de foot futuristes en 1VS1 jusqu’en 4VS4, avec ou sans bots. Chaque bolide peut être customisé à volonté : roues, antennes, couvre-chefs, boost d’accélération, drapeaux, stickers animés etc… De nombreux véhicules sont disponibles avec des mises à jour régulières qui garantissent un contenu actualisé.

Sur le plan technique, différentes manipulations plus ou moins complexes vous permettront de dribler les adversaires ou encore de faire des passes dans l’optique de marquer des buts. Attention, Rocket League est un jeu plus compliqué qu’il n’y parait. Les fameuses « aériennes », ou contrôle de la balle dans les airs grâce à un boost, sont extrêmement difficiles à réaliser. Les joueurs les plus doués excelleront dans une forme d’art à part entière : le freestyle.

Si le besoin s’en fait sentir, vous pourrez toujours détruire le véhicule de l’adversaire en lui fonçant dessus. Pas de cartons rouges, tous les coups sont permis ! Par ailleurs des options spécifiques vous permettront de modifier, entre autres, le design des ballons ou encore la gravité de ces derniers. Le challenge est ainsi constamment renouvelé.

 

 

Modes et variantes

Les choses auraient pu en rester là mais Psyonix a été particulièrement créatif concernant les possibilités de jeux relatives à Rocket League. En effet, des modes secondaires sont disponibles afin de jouer des matchs de basket ou encore de hockey sur glace, toujours en utilisant des véhicules.

Dans un esprit très Mario Kart, vous pourrez également obtenir des bonus d’attaques dans des rencontres de type rumble afin de malmener vos adversaires. Des téléportations ou encore des captations de balle via des pics acérés seront possibles.

Enfin, des matchs privés seront également disponibles pour jouer entre amis. Rocket League est bien plus qu’un simple jeu de sport, c’est un véritable univers.

 

 

Culture et références

Psyonix a très intelligemment introduit dans son jeu Rocket League différentes références culturelles populaires. Ainsi, lorsque vous marquerez des buts, l’explosion déclenchée dans la cage de l’adversaire pourra prendre la forme d’une chauve-souris en hommage à Batman. Plusieurs modèles de Batmobile seront d’ailleurs jouables.

La licence Jurassic Park sera mise à l’honneur avec une explosion de but libérant un T-Rex. La célèbre jeep du premier film pourra être utilisée. Des bannières seront aussi disponibles.

Le thème S.O.S Fantômes ne sera pas en reste avec une Ecto-1 jouable. Un Bibendum Chamallow apparaitra dans les cages lorsque vous marquerez.

La thématique DC Super Heroes est également représentée avec notamment des roues Flash et Wonder Woman. De nombreux autres items feront références à des superhéros. Enfin, toujours sur le plan culturel, des musiques qualitatives à tendance électro agrémenteront les rencontres sportives.

 

 

Epilogue

Rocket League est un titre multijoueur plutôt technique. Les néophytes du ballon, dont je fais partie, trouveront toujours leur compte avec un matchmaking online en fonction des niveaux de chacun. Le chat textuel accessible durant les affrontements permettra de chambrer les adversaires à grands coups de « Quel arrêt ! » ou encore de « C‘était pas loin… ».

Si vous souhaitez acquérir Rocket League, comptez un budget avoisinant la vingtaine d’euros. Une somme accessible pour un jeu bénéficiant de mises à jour constantes. Le petit protégé de Psyonix semble avoir encore de beaux jours devant lui.

En attendant de vous rencontrer sur Rocket League, je vous donne rendez-vous d’ici peu afin de découvrir ensemble d’autres perles vidéoludiques. Merci à tous pour vos lectures. Cette production est spécialement dédiée à Sixelar et Jess, Clemboss13, LetoSB, Asalaryan, Flo Bossart et AlixLtr

6 comments

Alix says:

Un très bon résumé du jeu ! Bravo Nicko 👊

Nicko says:

Merci mon petit Alix ! 😀

Flo Bossart dit N4irolf_974_ says:

Super article Nicko des Bwahs !!
Merci pour la dédicace.

Nicko says:

Avec plaisir Flo ! 😀

Leto says:

Un article de qualité 😉

Nicko says:

Merci Mathias ! 1 point de plus dans ta moyenne.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

FulguroPop fait son top : nos jeux préférés de l’ère 8 bits

Après les reines de l’ère 16 bits on s’attaque à leurs grandes sœurs de l’ère…

FulguroPix : one life S01E11 sur Robocop VS The Terminator sur SNES

A ma gauche, accusant 3 films et quelques genoux flingués : ROBOCOP. A ma droite,…

FulguroPop fait son top : nos jeux vidéo préférés de l’ère 16 bits

L’ère des 16 bits. Tout un pan de ma vie. Un âge d’or. Les magazines…