Marvel – Countdown to Avengers : Endgame – Thor, The Dark World

Mesdames et Messieurs. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne ? Avec cet article je comble le retard que j’avais sur les sorties Marvel au cinéma, qui nous conduisent de la Phase 1 à Avengers : Endgame. La mauvaise ? Aujourd’hui, nous allons parler du second film consacré au dieu du Tonnerre : Thor, The Dark World.

 

 

Nous retrouvons tous les acteurs du premier film. La réalisation est cette fois confiée à Alan Taylor, à qui nous devons quelques épisodes de Game of Thrones, Sex & the City ou Terminator Genisys. The Dark World est sorti chez nous le 30 octobre 2013 au cinéma, et honnêtement, il n’était pas nécessaire de le faire.

 

 

 

L’histoire est assez simple. Jane Foster, la love interest du premier film est atteinte d’un mal ancien, qui force Thor à la conduire sur Asgard. En parallèle de cela, une race d’elfes noirs qui souhaitent faire baigner les Neuf Royaumes dans les ténèbres, refait surface et s’avère être une énorme menace pour Asgard. Afin de les vaincre, Thor devra faire appel à son cher frère/ennemi Loki.

 

 

 

Honnêtement, rien que résumer le film est d’un ennui… Alors que dire de prendre simplement du temps pour le regarder. A mes yeux, c’est tout simplement le plus mauvais des films du MCU, toutes phases confondues. On sent que Taylor ne sait pas mieux gérer la puissance du personnage que Branagh avant lui dans le premier volet. Alors on vient s’embourber dans une romance foireuse avec Natalie Portman, qui est encore une fois le gros point faible du film.

 

 

 

Sur les presque deux heures de film, ce que l’on appréciera le plus, ce sont les quelques minutes où intervient Loki. Eventuellement Darcy et le docteur Selvig. Mais pour le reste ? C’est creux, c’est plat, c’est ennuyeux. On avance légèrement sur l’intrigue globale du MCU – les gemmes de l’Infini – mais voilà. Le mal est fait.

 

 

 

On a du spectaculaire, avec des effets spéciaux qui tiennent la route. On a de l’humour, avec Selvig qui perd les pédales et les interventions de Darcy. On a des scène touchantes et épiques, comme le sacrifice de Fryda et ses funérailles. On a même droit au petit clin d’oeil geek avec la présence de l’être de pierre que Thor affronte dans ses premières aventures dans les comics. Mais il manque quelque chose… Comme les Trois Guerriers, qui font de la simple figuration. Comme Lady Sif, qui devrait être le véritable amour de Thor, mais qui est reléguée à un plan si lointain qu’on ne la remarque presque pas.

 

 

 

En fait, ce n’est pas qu’il manque quelque chose. C’est simplement qu’il y a quelque chose en trop. Quelqu’un. Jane Foster. J’ai l’intime conviction que s’il devait y avoir un troisième volet dans lequel elle n’interviendrait pas, et que l’on remplaçait cette romance par une pure Bromance, on aurait quelque chose de totalement différent et de beaucoup plus efficace. Mais nous parlerons de tout cela quand nous aborderons Thor : Ragnärok.

 

 

Mais ce n’est pas le film qui sera traité dès la semaine prochaine. Oh, non. La semaine prochaine, on se penche sur ce que le MCU nous a offert de meilleur sur ses dix ans d’existence et qui nous permettra d’oublier le session de cette semaine : Captain America – The Winter Soldier !

Ji-Day

2 comments

Vivement la semaine prochaine. Les seuls points positifs de ce film c’est le guerrier de pierre qui rappelle le premier comics de Thor et la scène post-générique avec le Collectionneur et l’annonce des pierres d’infinité.

ayorsaint says:

Vite vite le winter soldier. Tout est quasi parfait dans ce film…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *