Star Wars The Bad Batch : Analyse express de l’épisode 10

Le début de l’épisode évoque l’impérialisation des mondes de l’ancienne Confédération des systèmes indépendants. Le monde choisi est l’ancienne capitale de la CSI : Raxus (Raxus Secundus), une planète déjà aperçue dans The Clone Wars comme siège du sénat de la Confédération et évoquée dans divers livres, comme Tarkin, comme objectif politique primordial pour le jeune Empire galactique.

Le refus de se soumettre du Sénateur Avi Singh provoque un soulèvement vite réprimé par les Clone Troopers sous commandement féminin. On se demande vraiment d’où sortent tous ces officiers impériaux fanatiques quelques semaines après la fin de la guerre des clones.

 

Cet avant-propos est le prétexte à une nouvelle mission pour le Bad Batch qui se transforme en groupe mercenaire avec Cid comme broker. Omega restée sur Ord Mantell, la Clone Force 99 se retrouve confrontée au dilemme  de devoir libérer un ancien séparatiste. On retrouve la thématique d’anciens ennemis qui font cause commune (comme dans Rebels). Encore une fois, la description de l’Empire naissant constitue un point très intéressant de l’histoire. Plus que les compétences tactiques de Hunter et de sa bande qui reproduisent la ruse de Han Solo (puis de C-3PO qui fera la même chose quelques instants après) pour faire diversion et tendre une embuscade aux Stormtroopers sur Endor.

Le recours à des armes non létales pendant toute la mission est une nouveauté intéressante pour la Clone Force 99 et dénote un parti pris éditorial somme toute prévisible chez Lucasfilm en l’absence de droïdes de combat à dégommer.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *