FulguroTube : “Elle n’a pas souffert, du tout, du tout” (Hibernatus)

 

En ces temps compliqués, je vous suggère une petite parenthèse de bonheur sous le signe de l’humour. Le rire est curatif, il soigne notre esprit, apaise nos angoisses et il constitue finalement un prétexte pour nous retrouver. Aujourd’hui j’ai choisi de faire référence à un acteur comique qui a bercé mon enfance et j’imagine la vôtre.

Louis de Funès m’a accompagné durant mes années d’école primaire, de collège et même de lycée. Pour la petite anecdote, j’avais un cahier de brouillon spécialement dédié à cet acteur dans lequel je compilais tous les documents que je pouvais trouver le concernant. Coupures de presse, photos issues de programmes TV, interviews, à l’image d’une jeune fan, je connaissais Louis de Funès sur le bout des doigts.

Encore aujourd’hui, je garde en mémoire certains dialogues de ses films. Je vous propose pour ce nouveau numéro de la rubrique FulguroTube un petit retour sur l’œuvre Hibernatus sortie dans les salles en 1969.

 

 

Edouard Molinaro va réaliser un film qui est en fait l’adaptation d’une pièce de théâtre datant de 1957. Le scénario, vous le connaissez tous : un homme, retrouvé emprisonné dans les glaces du Pôle Nord, a miraculeusement survécu. Véritable phénomène médiatique, il s’avère que cet hiberné (Paul Fournier joué par Bernard Alane) est un parent de l’épouse à Hubert Barrère de Tartas (interprété par Louis de Funès).

S’en suivra une série d’aventures rocambolesques afin de préserver la santé psychologique comme physique du survivant des glaces. Afin de nourrir ce nouveau numéro de FulguroTube, j’aurai pu, avec une certaine facilité, extraire la scène quasi finale du film HibernatusLouis de Funès laisse littéralement exploser une colère fleurtant avec la folie.

Nous gardons tous en tête cette séquence exceptionnelle où nous avons découvert que les hommes pouvaient aller sur la Lune avec un insecte (je rigole seul en écrivant ces lignes). Non, j’avais envie de vous surprendre d’une certaine manière en prélevant une autre scène de l’œuvre cinématographique Hibernatus.

 

 

Il s’agit en effet, et vous l’aurez peut-être deviné en lisant le titre de cette production, de la séquence où l’hiberné demande à de Tartas la nature du décès de sa femme. Ce dernier, se faisant passer pour veuf et surpris par la question, élabore spontanément une histoire aussi improbable que drôle.

Et Louis de Funès oblige, l’interprétation est à la hauteur de la scène : exceptionnelle. Plusieurs éléments contribuent à la réussite de cette séquence. D’abord les postures, de Tartas est assis face à l’hiberné qui lui se tient debout. A l’image d’un élève qui n’a pas la réponse face à son professeur qui l’interroge, de Tartas devra improviser et créer une véritable issue de secours.

Justement, examinez bien le jeu d’acteur de Louis de Funès après que la question concernant la nature du décès de sa femme lui ait été posée. C’est du grand art : son regard se disperse de part et d’autre de la pièce, feignant avec justesse cette idée de construire de toutes pièces, dans l’urgence, une histoire justificatrice. Louis de Funès c’est aussi les grimaces, la gestuelle, les mouvements qui amplifient, qui renforcent, les mots.

Bernard Alane est également très bon en interprétant parfaitement la surprise, la stupeur, la crédulité, ce qui rend d’autant plus réussie, d’autant plus drôle, la prestation réalisée par Louis de Funès. Génialissime.

 

 

Le film Hibernatus c’est aussi le plaisir de retrouver à l’écran l’immense Michael Lonsdale dans le rôle du professeur Loriebat. Un autre talent qui nous a malheureusement quitté cette année. Il faut également citer l’élégante Claude Gensac, éternelle épouse de Louis de Funès à l’écran.

J’espère vous avoir redonné un peu le sourire malgré la période difficile que nous traversons. Je vous laisse en lien ci-dessous la séquence à laquelle j’ai fait référence dans ce papier. Je vous donne rendez-vous lundi prochain dans votre rubrique FulguroTube. Merci à tous pour vos lectures. Cette production est spécialement dédiée à Jérôme alias Cobra083.

 

6 comments

Le regretté Michael Lonsdale était formidable dans ce film visionnaire. Quand on pense aux progrès accomplis en quelques décennies, c’est toujours aussi étourdissant. Le parallèle avec Captain America m’a toujours amusé à propos de ce film. Très bon choix, mon cher Nicko.

Nicko says:

Merci Ju pour les pistes que tu évoques. Je ne connais quasiment rien de Captain America et j’en ai bien honte. Tiens, je vais me faire hiberner avec un slip ! Lorsqu’on me retrouvera, des siècles plus tard, je serai le témoin d’un temps passé, le “vestige slipal” de toute une époque ! 😀

Cobra083 says:

C’est un immense plaisir que cette dédicace Nicko, merci encore pour le geste.

“Elle a explosée mais n’a pas souffert …” l’art de marier l’abominable à la dédramatisation extrême, cela crée un décalage si gros, que ça en devient comique… c’est tellement bien fait. Encore une fois tu nous prouves que le meilleur ne date pas d’aujourd’hui, et Mr de Funès reste et restera une image de l’humour familial, un humour qui nous rassemble, et comme tu le soulignes… on en a besoin de nos jours !

Je salue ton effort Nicko pour adapter tes productions à l’air du temps, tu es à l’écoute du monde qui t’entoure, et cela te permet une justesse de ton et de sujets.

Nicko says:

Je t’en prie Jérôme, le plaisir est pour moi 😀

Louis de Funès est indétrônable, incomparable, inégalable. Je ne peux pas dire mieux. C’est un acteur unique, un véritable génie de la gestuelle. Je suis tellement heureux d’avoir grandi avec ses films. Ma sensibilité à l’humour vient probablement de là.

Ma volonté Jérôme, à travers ma participation à FulguroPop, est uniquement de faire du mieux que je peux. Je n’ai aucune autre prétention que d’essayer de donner le meilleur de moi-même. Alors le résultat vaut ce qu’il vaut, mais j’espère encore progresser au point de devenir possiblement un jour divertissant, instructif et agréable à lire.

Merci encore à toi pour ta présence 🙂

Nicko says:

Lol 😀

Et le Pôle Nord, ça vous dit rien le Pôle Nord ?!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *