Hommage : Bye Bye et Merci Monsieur Roger Carel

Quand le rédac’chef de Fulguropop m’a demandé ce midi de faire un billet sur la disparition de l’immense Roger Carel, j’avais depuis de longues minutes déjà les yeux embués depuis que j’avais appris la nouvelle… Voix magique de tant de personnages (dont la liste prendrait tout la page du site) : Z6-P0, Astérix, Kermit, Winnie l’ourson, Benny Hill, Kaa, Hinkel (le dictateur) ou encore Alf, Mickey, Maestro, le capitaine Caverne…

Je ne pensais vraiment pas être littéralement ému aux larmes par une telle annonce, à laquelle somme toute on s’était quelque peu préparé : Roger Carel avait 93 ans et n’avait doublé ni les derniers Star Wars, ni le dernier Astérix… Consécration d’ailleurs à propos de l’irréductible Gaulois, Carel avait eu droit, sur le tard en 2014, à son nom en tête d’affiche d’un long métrage avec le Domaine des Dieux. Juste récompense après une carrière bien remplie de près de 60 ans, forte de milliers de voix ayant bercé des générations et des générations de gamin.e.s, cinéphiles et fans en tout genre ! Roger Bancharel dit, Carel avait commencé sa carrière tôt. On raconte que Charles Chaplin lui-même a voulu que ce soit lui qui le double lors de la sonorisation française du Dictateur en 1968, preuve d’un talent incontestable et d’une voix remarquée, notamment chez Disney ! Outre le serpent Kaa (à qui il faut faire confiaaaaaance dans le livre de la Jungle) Roger Carel « fait » Jiminy Cricket dans Pinocchio, Pongo dans les 101 dalmatiens, etc… etc…

Et ce palmarès, qui intronise de facto Roger Carel au Panthéon des doubleurs, nous en avons toutes et tous un petit coin dans nos mémoires internes auditives. Roger Carel aimait prendre des dizaines de voix différentes, parfois au sein d’un même programme qu’il pouvait transformer en vrai festival, comme dans le Muppet Show (pensez : c’est la même personne qui fait la voix aigue de Kermit et enchaîne avec la voix caverneuse qui déclame « Et maintenant, les cochons de l’espaaaaaaaace » !) ou encore Benny Hill, où l’on n’entend (presque) que lui !

Il était en effet un temps, télévisuel et cinématographique, où les versions multilingues étaient techniquement inexistantes. Les doubleurs VF étaient certes nombreux mais leurs voix revenaient sans cesse, sur la plupart des projets. Ils enchainaient les séances de doublage dans les studios de Saint-Ouen ou Boulogne- Billancourt. Qu’il s’agisse de films, séries ou animés (du Japon ou des autres pays), on pouvait finalement les entendre du soir au matin, de Docteur Snuggle à Il était une fois l’Homme ! De la diffusion hertzienne à la videocassette VHS…

Carel se plaisait, lors des rencontres avec les fans auxquelles il avait pris goût sur le tard, à raconter de savoureuses anecdotes à propos du célèbre obsédé sexuel britannique, diffusé le dimanche à 20h sur la troisième chaîne dans les années 1980 : non seulement il doublait quasiment à lui tout seul toutes les voix du Benny Hill show (y compris parfois féminines !) mais il inventait du texte, « franchisait » les gags (pas toujours du meilleurs goût) et ajoutait même parfois des dialogues sur des scènes à l’origine muettes, pour être un peu mieux payé (les doubleurs étant rémunérés à la ligne !).

Lors de la Star Wars Réunion de 2005 au Grand Rex (voir photos), il avait raconté comment il parvenait à placer, sur le temps d’ouverture des lèvres d’un acteur disant « yes Sir » en V.O. : «  A VOS ORDRES MON ADJUDANT CHEF ! » Fou rire assuré de la salle. Car Carel, avant d’être un virtuose du doublage, était avant tout un acteur né, un comédien hors pair, avec un vrai sens comique qui transparaissait y compris lors de ses apparitions en tant que lui-même. Il avait joué d’innombrables pièces au théâtre, quelques seconds rôles courts mais marquants au cinéma (on peut revoir par exemple Papy fait de la Résistance), participé avec bonheur à plusieurs Jeux de 20 heures… Revoyez-le rencontrer pour la première fois au Rex Anthony Daniels (merci à Patrice Girod !) : il aurait pu faire du stand-up !

Toujours au cours de cette venue mémorable, j’avais eu l’idée de lui demander une signature sur l’histoire racontée en 33 tours et avais pu échanger avec lui sur les disques Adès, précurseurs des produits Disney/Lucasfilm bien avant le rachat du second par le premier. Il m’avait dit que Lucien Adès réécrivait tous les dialogues pour toucher des droits d’auteur et que c’est pour ça que les histoires racontées dans les disques pouvaient différer assez nettement de celles des films…

Nous avions aussi parlé de son doublage du Muppet Show dans lequel se retrouvent tous les héros de la Guerre des Etoiles (comme on disait à l’époque). Il n’avait réalisé que trop tard qu’il n’avait pas pris tout à fait la même voix que dans les films pour Z6-P0… Anthony Daniels m’avait confié de son côté qu’il avait regretté a posteriori que ce fut sa voix et non celle de Carel qu’on entendait dans l’ancienne attraction Star Tours de Disneyland Paris (Daniels avait enregistré son texte phonétiquement).

Avec la mort du comédien, disparaît une très grande voix, un monument sonore bienveillant qui va résonner longtemps dans nos têtes, rejoignant dans les étoiles les Philippe Dumat, Serge Lhorca, Francis Lax ou Micheline Dax (ou plus récemment, Patrick Poivey) qui ont bercé notre enfance… Il avait côtoyé les plus grands par ce biais du doublage : la bande à Goscinny, Uderzo, Morris ou Pierre Tchernia via les longs métrages adaptant les BD franco-belges (Astérix en tête), les fans français de Star Wars, de centaines de dessins animés ou séries cultes…

Ironie ou paradoxe : Carel cessa son activité de doubleur au moment même où Disney (pour qui il avait si longtemps œuvré) rachetait Lucasfilm. Ce fut du coup Jean-Claude Donda, déjà familiarisé avec le droïde de protocole dans la série animée Clone Wars, qui se chargea de reprendre le flambeau ;se permettant au passage, dans le Réveil de la Force, de glisser une subtile allusion à son nom (« je suis C-3PO, jadis Z6P0 »), comme pour boucler la boucle… Donda ne démérite pas, bien au contraire, même si toute une génération a grandi avec celle du « maître » Carel, avant de pouvoir commencer à entendre les voix originales des acteurs, à partir de la fin des années 1990…

roger carel

Nous nous souviendrons longtemps de cette voix déclamant, dans notre saga favorite :

  • Mon premier emploi a été la programmation des treuils à circuit binaires qui sont très voisins du vaporateur de Monsieur
  • Loué soit le grand concepteur : ce bain d’huile est une bénédiction ! J’ai les jointures si oxydées que je peux à peine bouger !
  • Je m’appelle Z6P0 : interprète des données cyborg. Et voici mon équipier D2R2 !

Nul doute que même censée venir d’un droïde, c’est une voix de Jedi !

Bye Bye et merci Roger Carel !

9 comments

Cobra083 says:

Encore une part de notre enfance et même plus qui s’en va vers les étoiles, mais sans la guerre cette fois-ci. Roger Carel pour moi comme pour beaucoup c’est c3po, Maestro et Metro, Kermit… nos dessins animés n’auraient pas été ce qu’ils sont sans ces doubleurs irremplaçables.
Toutes mes condoléances vont à sa famille, bon voyage Mr Carel.

Nicko says:

Je m’associe de manière absolue à ton message Jérôme. Au mot près. Merci à Antoine pour l’article.

jp says:

Une page se tourne dans le monde des acteurs voix. Il en reste encore quelques uns de cette époque, mais le temps fait son office. Direction les étoiles et toutes nos condoléances à sa famille.

jp says:

Et bel hommage de la part de Fansolo et de l’équipe.

MF says:

Merci pour lui, il méritait bien cet hommage. Quelle carrière !

KissFan says:

Merci Fansolo pour ce bel hommage. J’avais conscience du grand âge de ce formidable comédien à la voix magique. Mais savoir qu’il nous a quitté lui aussi, après avoir imprégné tant d’œuvres de son doublage exceptionnel, ça fait mal au cœur. Je retiendrais notamment son interprétation de Malmoth dans l’animé Clémentine, à contre emploi des nombreux rôles sympathiques qu’il a mythifiés, la preuve qu’un grand talent peut jouer un éventail spectaculaire de rôles.

chris says:

Je me rassure en pensant que 93 printemps, c est un bel exploit et une vie bien remplie.
j’espère qu il en a savouré chaque seconde avec ses proches.
j ai une phrase en tête de l Empire Contre-attaque qui me fait toujours sourire : “mais, mais, mais attendez ! ça c est bien eux !” ou “Quel homme impossible !” Quelle voix !

GeneralMadine says:

Merci pour ce bel article Antoine et Merci à Monsieur Carel pour les beaux souvenirs sonores qu’il nous laisse.

Ryuzo says:

Bon nombre des personnages qui se seront exprimés via ses cordes vocales, pourront dire qu’à cette annonce ils restent sans voix.

Très beau billet 🙏.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

Star Wars Acolyte : Récap de l’épisode 4 Jour (S01E04)

Retour au présent, enfin en 132 BBY, pour suivre le quatrième épisode de Star Wars…

A Première vue : Alien, xénomorphes dans la brume

Dans le premier film Alien, le 8ème passager de 1979, quand l’équipage du Nostromo explore l’épave…

Star Wars Acolyte : analyse de l’épisode 3, Destin (S01E03)

Pour ce troisième épisode de The Acolyte, on part 16 ans en arrière. Un flashback…