Star Wars Black Series : Review de Krrsantan par Blaster

C’est parti pour la review (en souffrance depuis quelques semaines) de la figurine Star Wars Black Series de Krrsantan. Elle est actuellement en promo sur Amazon si elle vous intéresse.
La boîte, encore intégralement en carton – ça fait bizarre d’alterner les waves de cette façon, est plus grande que d’habitude et augure d’une figurine massive.
La bio ne se borne pas à décrire le synopsis de la série dont le personnage est issu. Ici on ne revient pas sur Le Livre de Boba Fett.
Merci de nous épargner cette douleur. Le personnage est bien plus intéressant de cette façon. Notez que c’est la seconde figurine Black Series pour Krrsantan après le version comics Black Krrsantan.
Cette dernière avait laissé un très mauvais souvenir aux fans. Elle transpirait le cheap : redéco minable d’un sculpt daté de Chewbacca (2014), accessoires en plastique vaguement doré.
A l’ouverture, de la boîte, c’est le soulagement. Bon, on savait déjà que la figurine serait un sculpt original.
Krrsantan était peut-être un gladiateur, mais ce n’est pas un lutteur. La conception de la figurine lui interdit tout mouvement un peu extrême. Même si on connaît les limites des articulations des Black Series, cette fig est encore plus restreinte de ce point de vue. A cela trois raisons : la sculpture de la fourrure, l’épaisseur des membres et bien sûr ce fichu harnais très seyant, mais peu pratique quand il s’agit de lever les bras. Alors pour pointer une arme longue, je n’en parle même pas !
Le paintjob sur la fourrure est un peu à l’arrache, mais les détails métalliques de son anatomie comme les coups de poings américains électriques greffés.
Malgré ses défauts, Krrsantan marque un jalon essentiel pour la gamme Black Series en introduisant une nouvelle base pour les futures figurines de Wookiees non longilignes.
Ouf. Il était temps.
Blaster
A suivre

1 comment

Fansolo says:

Il a l’air d’en imposer le poilu ! Je trouvais déjà le Gamorrean imposant… pas très DD cette masse de plastique mais bon…
Bravo et merci pour cette belle revue !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *