FulgurAnime : L’Attaque des Titans saison 4 partie 4. Enfin la fin !

Merci !

Je ne sais pas à qui je dois adresser ce merci pour ne pas avoir dénaturé la fin imaginée par Isayama. Peut-être à Isayama lui même. Peut-être aux studios Mappa. Peut-être à quelqu’un d’autre… Peu importe. Je connaissais la fin du manga pour l’avoir lue il y a un an de cela. Cette fin avait fait couler beaucoup d’encre en divisant les fans. A tel point qu’Isayama avait concocté 8 pages additionnelles pour la sortie du dernier manga relié. Mais là encore, ce ne fut pas du goût de tout le monde. Alors quand la durée conséquente de ce dernier épisode fut annoncée et qu’en plus de cela, la nouvelle tomba qu’Isayama avait collaboré avec les studios Mappa, la toile s’est enflammée. La fin allait-elle être modifiée ou y aurait-il des rajouts ? J’ai beaucoup espéré que ce ne soit pas le cas pour deux raisons. La première, c’est que cette fin m’avait comblé. La seconde c’est que même si ce n’avait pas été le cas, je considère qu’il faut respecter la vision de l’auteur même si elle ne nous convient pas.

L’autre grande attente était bien sûre liée à l’adaptation de ces derniers chapitres en animation. Mappa allait-il continuer sur sa lancée en termes de qualité visuelle et auditive ? La tension et les émotions véhiculées par ces dernières pages seraient-elles au rendez-vous sur notre écran ? La réponse est un grand oui. J’ai eu la gorge serrée à plusieurs reprises. Les combats sont à couper le souffle. Même en sachant ce qui allait se passer j’ai frémi pour nos héros face à leur situation désespérée. Les effets visuels et sonores sont géniaux. Sur ces points là, c’est une vraie masterclass. L’oppression est constante pendant toute la première partie et nous prend aux tripes. Seul petit regret, pourquoi avoir mis les pages bonus d’Isayama en petites vignettes sur le générique de fin ? On ne voit pas bien ce qui s’y passe, alors qu’elles sont essentielles. Je vous invite à vous plonger dans le manga pour les apprécier à leur juste valeur.

Reste bien sûr à parler de l’histoire, car c’est bien là l’essentiel. Il faut d’abord dire que la compréhension n’est pas immédiate. Tout ne sera pas limpide pour un grand nombre d’entre nous et un second visionnage est à conseiller à tous ceux qui seraient restés sur leur fin. Ceci étant dit, même après plusieurs visionnages, il reste des zones d’ombres. Et surtout, de nombreux points ne sont pas tranchés et restent à l’appréciation de chacun. C’est en partie pour cela que cette fin est si clivante. C’est en cela que moi je la trouve géniale. Car je m’en suis fait ma propre interprétation depuis le temps. Parfois aidé par certaines analyses trouvées ça et là, je dois le confesser. Les différents allers retours temporels ou dimensionnels sont assez lourds à ingurgiter en une seule fois. En plus, je reviens sur ce que j’avais dit lors de mon précédent article, la dilution de cette saison 4 en quatre parties sur trois ans n’aide pas vraiment. Mais si on prend le temps de tout bien analyser et de tout remettre à sa place, l’œuvre est d’une cohérence folle. Et cette fin est un régal pour tout un tas de raisons qui me poussent à spoiler.

SPOILERS

Le plus grand tour de force d’Isayama, à mon sens, c’est le traitement réservé à son héros. J’ai détesté Eren tout au long de l’œuvre. Enfant désobéissant et tête à claque. Adolescent perdu, capricieux et puéril. Adulte porté par une vengeance aveugle et apparemment infondée. Il était insupportable et jamais capable d’endosser des habits trop grands pour lui. Avec cette fin, Eren devient le personnage le plus complexe qu’il m’ait été de rencontrer fictivement. En effet, il avait tout vu, tout compris et il savait que pour obtenir ce qu’il voulait, il devait non seulement éradiquer 80 % de la population mais aussi laisser la liberté à ses amis de venir le tuer. Une liberté feinte puisqu’en réalité il ira jusqu’à leur fabriquer de faux souvenirs adaptés à la psychologie des uns et des autres et à la relation particulière qu’il entretient avec chacun. Ceci afin qu’ils trouvent en eux la force de le supprimer sous sa forme de Titan originel. Condition sine qua non à l’accomplissement de ce qui a toujours été son but ultime : l’éradication des Titans. Pour cela il a dû se transformer en démon ultime afin d’offrir au monde une nouvelle chance. L’attaque des Titans : définitivement l’œuvre la moins manichéenne possible ?

Il restait également à définir qui allait se charger de la douloureuse tâche. Mais qui d’autre que Mikasa pour cela ? Après l’avoir transformée en midinette incapable d’accepter l’évidence pendant toute cette saison 4 (à mon grand regret dans un premier temps), Isayama va définitivement ancrer et encrer Mikasa dans la légende des personnages féminins. Elle va se débarrasser de ses chaînes, là où son ancêtre Imir avait échoué durant 2000 ans et va faire ce à quoi elle était destinée depuis sa naissance. C’est elle, le bras armé d’Eren. Mais ce n’est pas le seul personnage qui va accomplir sa destinée. Le bout du chemin est atteint pour chacun des membres de l’escadron. Armin finit par embrasser son rôle de remplaçant du major Erwin de façon magistrale. Il va devoir faire des choix difficiles et s’y tiendra jusqu’au bout. Jean devient le héros qu’il devait être à son corps défendant et épousera sa bien aimée. Reiner se réconcilie avec lui-même et sa mère. Annie retrouve son père et tient sa promesse. Promesse tenue aussi pour Livai qui fait la peau de ce putain de poilu une bonne fois pour toutes et pourra regarder son mentor dans les yeux quand il le retrouvera. D’ailleurs, que dire de Livai qui finit en morceaux. Lui le plus grand guerrier de ce monde, invalide. Il est le témoin de ce qu’est la guerre. Il sera le porte parole, l’ancien combattent près à transmettre aux générations à venir. Le porte étendard de l’essentiel devoir de mémoire.

Car on est bien d’accord, il n’y aura pas eu de twist final à la hauteur de ceux des précédentes saisons. Moi le premier, je l’espérais et il n’est pas venu. Mais, l’Attaque des Titans, est-ce que c’était vraiment ça ? Et l’anime n’était-il qu’une grande démo technique ? N’était-ce pas plutôt, finalement, un magnifique pamphlet pour dénoncer la guerre ? Et dans le même temps, une ode à la liberté ? Par conséquent, le twist final ne résiderait-il pas dans cette façon qu’Isayama a eu de se jouer de nous en nous faisant croire à un récit plein de rebondissements jusqu’au bout. Un récit où toutes les questions posées trouveraient une réponse à la fin dans un dernier grand revirement unissant le tout ? Pour finalement nous servir un énième récit contre la guerre et pour la liberté… Oui ! Mille fois oui !!! Mais de quelle façon !!! Le voyage est plus important que la destination, encore une fois. Et quel incroyable voyage il nous a offert là. Un voyage qui se termine dans la peau d’un oiseau, capable d’observer de tout là haut ce que l’espèce humaine se borne à reproduire de plus bas. Un oiseau qui se propose de donner une chance de repartir de zéro… Mais comme l’Attaque des titans est définitivement une œuvre faite pour mettre son lecteur en position inconfortable de l’aveu même de son brillant auteur, le cynisme des dernières pages vient nous rappeler que tout n’est définitivement qu’un éternel recommencement…

 

Je terminerai en vous léguant ici des pages exclusives à l’édition colossale du manga. Ultime pied de nez d’Iasayama à tous ses lecteurs. Nos trois héros vivant dans notre dimension sortent d’un cinéma et ont fini de voir cet épisode (qui fut d’ailleurs un temps destiné au grand écran). Mikasa, l’amoureuse de l’amour est aux anges et émue. Armin le geek est déçu de ne pas avoir eu de réponses à toutes les théories échafaudées. Et Eren, en tant qu’Isayama de papier, leur dit qu’ils ont passé un super moment tous ensemble et que c’est bien là l’essentiel. Je me range à cet avis et je termine cet article en remerciant Maître Isayama pour tous les moments passés en compagnie de son œuvre depuis des années. Un titanesque merci…

 

Ayorsaint

1 comment

Lanace says:

J’attendais de finir la série pour lire ton article et je me joins à toi pour remercier le créateur de cette œuvre extraordinaire.
C’était complètement ouf, je me demandais comment il finirait son récit et même si certaines zones d’ombres, comme tu dis, persistent il n’en reste pas moins que le voyage fut magnifique.
A chaque saison, j’étais sur le cul. Comment avait-il pu penser à l’avance à tout ce qui allait se passer? Les ponts qui sont faits avec les saisons précédentes m’ont retourné, je ne sais plus quel superlatif utiliser !
C’était incroyable de maîtrise, de virtuosité et de grâce.
Une masterclass.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *