Hasbro – G.I. Joe Classified Series : Review de Destro

Aujourd’hui je vous propose de découvrir la troisième figurine de la première wave G.I. Joe Classified Series : Destro. Notons qu’il s’agit de la seule figurine Cobra (et encore) de la wave.

Autant vous prévenir d’emblée, on touche là, pour moi, au bijou de la gamme 6″ de Hasbro. Le premier méchant de la série frappe fort avec un hommage vibrant et réussi à la figurine vintage de 1984.

Comme prévu le site Internet gijoe.com développe la bio du perso qui se limite à quatre pictos de compétence sur la tranche de l’emballage.

 

On note que le premier méchant vendu par Hasbro dans la gamme G.I. Joe Classified, n’est pas membre de Cobra. Sa nouvelle bio ne mentionne même pas ce client des industrie M.A.R.S. La filecard originale de 1983 évoquait le fait que MARS fournissait l’essentiel de l’équipement militaire de Cobra et parfois fournissait ses ennemis si l’affaire était juteuse. Un point gommé dans la version raccourcie concoctée en 2020 et dont on croit trouver trace dans ces énigmatiques « missions de trahison ».

J’ajoute que Destro fut mon premier vrai personnage Cobra en 1987 puisque auparavant j’avais eu deux figurines Action Force sur carte Palitoy/Meccano. Une vraie madeleine de Proust, donc.

L’artwork est signé Oliver Barrett.

C’est beau, mais venons-en à la figurine.

Le passage de Destro au format 6″

Destro a toujours été un personnage massif. Il toise Cobra Commander dans le dessin-animé et les comics et porte sur son torse puissant un médaillon rouge fidèlement reproduit ici.

Je ne suis pas fan de la chaine en plastique qui rigidifie l’accessoire et contraint les poses. A la limite, je crois que j’aurais presque préféré un médaillon sculpté.

Comme sa musculature, l’essentiel de la silhouette vintage est reproduite avec talent par Hasbro. On reconnaît bien les codes couleurs, les armes et les accessoires.

Les couleurs noires et rouge originales sont agrémentées de quelques détails gris pour évoquer les coutures et les différentes matières de la tenue. Les genouillères grises rompent l’uniformité de la tenue, mais j’aurais préféré conserver le noir sur l’intégralité du pantalon.

Je regrette l’absence de chrome sur le casque. Il est vraiment dommage que ces peintures aient quasiment disparu des produits Hasbro. Un regret que je formule régulièrement pour les jouets Star Wars et qui valait aussi pour les jouets G.I. Joe précédents.

Notez qu’un seul des avants-bras de Destro dispose désormais d’un armement. En effet, les grenades fixées au bras gauche ont disparu, restent seuls les roquettes du bras droit. Snif.

 

Des accessoires un peu light

 

Je ne suis pas totalement fan du pistolet laser (qui rappelle plus celui de Xamot et Tomax que l’accessoire vintage de Destro), mais le flingue doré qui se loge dans le holster de cuisse fait bien le job, même si je ne suis pas totalement fan du mode de fixation de ce dernier.

Destro a abandonné son sac-à-dos vintage pour un attaché-case ressemblant à celui des jouets Rise of Cobra (2009) et Pursuit of Cobra (2010).

destro

Je pense que le couvercle supérieur est censé représenter des liasses de devises, mais pas de manière convaincante. La partie inférieure abrite un terminal informatique très années 80.

La force de l’hommage à la figurine vintage en ferait presque oublier la qualité des nouveaux jouets Classified Series. Destro bénéficie de toutes les améliorations et articulations des figurines 6″ actuelles de Hasbro. J’adore les doubles charnières aux coudes et aux genoux. Les hanches sont bien conçues et particulièrement innovantes également. Du tout bon !

Au final, cette version 15 cm de Destro ne déçoit pas. C’est même à mon sens l’une des figurines phares de la jeune gamme Hasbro. Un très joli coup et un must-have pour tous les amateurs de G.I. Joe.

 

 

 

Blaster
A suivre

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *