Critique : Bumblebee, enfin un film Transformers regardable

Enfin, oui enfin !  J’ai enfin vu un film Transformers qui ne me donne pas le mal de mer ou l’envie de zapper. Il aura fallu du temps car, après cinq films à la sauce Michael Bay, Paramount et Hasbro ont enfin vu la lumière avec Bumblebee.

Les quinze première minutes sont bien barrées et raviront les nostalgiques de robots G1, le reste est vraisemblablement destiné en enfants de 10-15 ans mais peu importe. C’est la cible démographique et, pour une fois, le studio arrive à toucher deux générations avec ce film, c’est déjà pas mal et bien plus que je ne l’aurais cru.

John Cena campe un officier du Sector 7 bien plus crédible que John Turturro. Oui, ça me fait mal d’écrire ça, mais rien ne sert de se voiler la face. Il préfigure même ce que pourrait être un personnage récurrent du Hasbro Cinematic Universe s’ils étaient tenté par un vrai crossover avec G.I. Joe (dont le reboot avec Snake Eyes en tête d’affiche laisse songeur). Il camperait un Duke bien cool.

bumblebee

Le côté meugnon de la relation entre Bumblebee et sa propriétaire (Hailee Steinfeld juste en grease monkey) est à mille lieues de l’atroce performance de Shia Laboeuf et du traitement sexiste habituel des personnages féminins.

On est dans un vrai film, pas dans une pub pour l’US Air Force et ça fait du bien. Certes, c’est assez limité comme divertissement, mais cela fonctionne. On apprécie tout particulièrement la bande-son qui nous fait voyager dans le temps. On devine, bien entendu, le calcul de Paramount et de Hasbro désireux de surfer sur la vague nostalgique de Stranger Things, mais on s’en fiche.

J’ai passé un bon moment de cinéma avec mon fils et c’est déjà pas mal pour une matinée d’hiver…

6 comments

ayorsaint says:

Si Bay n’est plus aux commandes ceci explique cela. L’un des réalisateurs qui dessert le plus hollywood.
Comparer le film à stranger things tu pouvais pas me donner plus envie d’y jeter un oeil alors que c’ est tout juste si je savais qu’il était sorti.

Oh, la comparaison est juste dans l’exploitation du filon nostalgique. ça s’arrête là.

jp says:

Moi non plus, je n’aime pas les films de Bay. Pourtant récemment j’ai regardé “No pain no Gain”, film qui ne me tentait pas auparavant, et j’ai été surpris de trouver ce film bien plus intéressant qu’un transformers, les 2h de film sont très bien passées. Beaux boulots des comédiens et scénaristes pour les répliques et scènes absurdes.

jp says:

Alors, je te rejoins sur ce film. Idem, nous avons passés un bon moment en famille. J’ai été très content concernant la scène de début (très G1) . Par contre, je note des incohérences si le film essaie de se rapprocher de ceux sortis auparavant, en particulier le 5eme Last Knight.
Un ou 2 passages passages qui m’ont fait penser à men in black, je laisse ceux qui ne l’ont pas vus encore voir de quoi je parle dont un qui peut choquer certains petits enfants.

Ah oui, c’est vrai, tu as raison pour MIB.

jb says:

C’est vrai que , sans être un grand fan des transformers, la bande annonce faisait déjà plus envie que ces prédécesseurs. A l’époque même les pubs de la citroen c4 transformer étaient plus lisibles que les scènes d’action des films de Michael bay.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *