A première vue : Gandalf le blanc et Gandalf le gris

Comme tous les films, la trilogie des films Le Seigneur des Anneaux est loin d’être parfaite. Certaines choses sont abordées de façon très rapide, voir incompréhensible. C’est notamment le cas du retour de Gandalf en passant de Gandalf le gris à Gandalf le blanc.

 

Petit rappel, en passant par les mines de la Moria, la communauté de l’anneau est poursuivie par un Balrog de Morgoth et s’ensuit un affrontement entre ce démon du feu et Gandalf. Un affrontement qui semble se terminer par la chute des 2 protagonistes dans les profondeurs de Khazad-Dûm. C’est dans le film suivant que nous apprendrons que le combat a continué des profondeurs jusqu’au sommet pour finir sur la victoire de Gandalf en haut du sommet Zirakzigil. Gandalf le gris disparait et laissera sa place à Gandalf le blanc. Mais que s’est il réellement passé ?

 

 

Tout d’abord qui est vraiment Gandalf ? Pour cela il faut aller chercher dans les différents textes de Tolkien sur le monde du Seigneur des Anneaux car la lecture seule des livres ne permet pas de répondre à cette question. Gandalf, de son vrai nom Olórin est Istar (un magicien) faisant parti des Maiar, des êtres créés pour aider à la construction du monde. Il est envoyé sur la Terre du Milieu pour lutter contre le mal et particulièrement Sauron et prendra l’apparence d’un vieillard avec un bâton et des vêtements gris. Une couleur qui ne reflète pas l’étendu des pouvoirs du magicien mais plutôt son rang au sein des 5 Istars envoyés en terre du milieu : Saroumane le blanc, Gandalf le gris, Radagast le brun et Alatar et Pallando les mages bleus.

 

 

Dans le combat contre le Balrog, Gandalf malgré sa victoire perdra la vie. Il sera ressuscité par Eru Ilúvatar, le plus grand dieu de l’univers qui le promuera au rang de magicien blanc et le renverra sur la Terre du Milieu pour poursuivre sa lutte contre le seigneur des ténèbres. En résulte cette scène ou Gandalf peine à reconnaitre ses anciens compagnons et à se souvenir se son ancienne incarnation tant il sera marqué par cette mort et cette rencontre. Nous avons bien affaire à Gandalf mais pas tout à fait non plus. Ce n’est plus vraiment le même personnage. Et son évolution est assez bien marquée, ses différentes hésitations font place à une certaine assurance. Le coté un peu en retrait de la version grise disparait au profit de qualités de leadership dus à son rang de mage blanc. Rang précédemment occupé par Saroumane qui est en quelques sorte renié pour son association avec Sauron. Malgré leur statut quasi divin, en prenant apparence humaine, les Istars et même les Maiar deviennent sensibles à la corruption. Pour preuve le fameux Balrog combattu est un ancien Maiar corrompu par Morgoth, le premier Seigneur des Ténèbres.

 

 

Ceci n’est qu’un minuscule exemple de la complexité du monde inventé par Tolkien, un monde incompréhensible si on se limite aux films ou aux livres. Un monde d’un intérêt certain qui demande un réel investissement pour en comprendre l’ampleur.

4 comments

jp says:

Merci pour toutes ces informations. Je n’aurai pas la patience de reprendre la lecture des différents romans, j’ai voulu reprendre le premier seigneur des anneaux en lecture (j’avais lu le retour du roi avant la sortie du film, pas la patience d’attendre la sortie), et j’ai préféré arrêter tellement je trouvais le déroulement lent avec trop de descriptions.

Olivier says:

J’ai pour projet des les relire mais en vo cette fois. Ca risque d’être compliqué.

Je les relis une fois par an en VO, en général je commence en décembre. Je trouve que la météo est parfaite pour la communauté de l’anneau.

La résurrection de Gandalf donne au lecteur et ai spectateur la vraie dimension divine du personnage. Les Istari sont certes des divinités secondaires, elles n’en sont pas moins des personnages mystérieux que le lore Tolkien n’explore pas toujours de manière claire.

La mission de Gandalf est essentielle dans la lutte contre le mal et le gentil magicien amateurs de tabac et de feux d’artifice cache un pouvoir insoupçonné. Je serais curieux de voir gandalf le blanc affronter un balrog.

jp says:

Ca finirai en Hadoken et Game over pour Balrog 🙂

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *