Monster Force : A la découverte d’une licence oubliée

Notre pop culture française a eu la chance d’être alimentée par de nombreuses productions américaines et japonaises (mais pas que), et cela continue encore aujourd’hui. Certaines de ces productions sont restées bloquées à l’entrée de nos frontières, comme pour le dessin animé Skeleton Warriors (1994) qui n’a été distribué qu’en Angleterre et en Italie. Et d’autres ne sont même pas parvenues à aller jusque là ou en tout cas n’ont pas convaincu nos chaînes TV ou celles de nos pays voisins. C’est le cas du dessin animé Monster Force de 1994. Dans cet article je vous propose de découvrir cette licence (inconnue ou oubliée) aux crocs acérés.

Monster quoi ?

Les Monstres d’Universal font partie intégrante de la pop culture, et pourtant ils ont déjà pour certains atteint le centenaire. En effet quand on parle Universal Monsters, on parle de films d’horreur produits par Universal Pictures entre 1923 et 1960. Lors des décennies suivantes, ils ont été source d’inspiration auprès de beaucoup, notamment dans l’industrie du cinéma (Hammer Film Productions & co), du comics ou même du jouet. Cette influence perdure encore de nos jours. Et c’est sur ces fondations que va se poser Monster Force.

Ce dessin animé a été diffusé aux États-Unis en 1994, à partir du 2ème trimestre exactement. Il a la particularité d’être produit par Universal Cartoon, filiale d’Universal Pictures, et est composé d’une saison de 13 épisodes.

L’histoire se déroule sur Terre, dans un avenir proche. On y suit un groupe de 4 adolescents : Luke, Tripp, Lance et Shelley, mené par le Docteur Reed. Ils comptent également dans leur rang le Monstre de Frankenstein. Ils sont la Monster Force. Il est important de noter que Luke est le Wolfman, et que son nom complet est Luke Talbot. Je reviendrai sur ce personnage un peu plus bas. Leur mission est de combattre les créatures de la nuit, à savoir les (autres) Monstres d’Universal, avec Dracula en tête, la créature du lac, la momie, etc. Pour cela nos héros sont équipés d’armes, d’armures et de gadgets high-tech.

À l’instar de nombreux dessins animés de l’époque, celui-ci va également donner naissance à une gamme de jouets (elle aussi inconnue ou oubliée).

Ci­-dessous le dossier de presse du programme TV Monster Force :

Les Monster Toys

C’est Playmates Toys qui sera aux manettes de la gamme. Il faut savoir qu’en 1994, la gamme des Tortues Ninja, la plus importante du catalogue de Playmates en terme de références et de vente, s’essouffle de plus en plus. Playmates recherche donc activement des nouveautés. Et comme pour Skeleton Warriors, Monster Force est un candidat sur lequel Playmates va miser.

La gamme est composée uniquement de figurines, elles sont au nombre de 7 : 5 Monster Force et 2 Creatures of the Night. Ci-dessous une photo issue du cardback, qui présente l’ensemble des personnages de cette unique wave.

Et devinez qui a eu en charge les sculpts ?

Je vous le donne en mille, les sculpts sont réalisés par Anaglyph Sculpture, notamment Scott Hensey. Anaglyph est déjà habitué à travailler avec Playmates Toys (Tortues Ninja et la même année Skeleton Warriors). Ici encore il frappe fort. Ci-après une photo du sculpt cire et final de la créature du lac noir, publiée par Scott Hensey lui-même sur son Instagram.

Le dessin animé, comme la ligne de jouets ne trouvera pas son public. Cependant Playmates avait prévu une seconde wave avec 2 nouveaux personnages (Shelley et la momie HoTep) ainsi que 4 véhicules. Les prototypes avaient été présentés à la Toy Fair 1995.

Loup y es-tu ?

Depuis mon enfance, je voue une certaine passion pour le loup-garou et les médias regorgent de films, lectures ou jeux-vidéos sur le sujet. Ce monstre fantastique m’a toujours plus fasciné que les autres et mes recherches de jouets s’y référant m’ont amené à découvrir dans les années 2010 la gamme Monster Force et sa licence.

Je vous propose d’analyser 1 des blisters (et son personnage) que j’ai en ma possession.

Le personnage présenté ici est Luke Talbot, il est le Wolfman et fait partie de la Monster Force. Et oui, certains monstres font partie des good guys, c’est le cas ici du loup-garou et du monstre de Frankenstein.

Les plus cinéphiles relèveront le nom « Talbot ». C’est en effet le nom du personnage principal, Lawrence Talbot, du film The Wolf Man de 1941 d’Universal Pictures. Luke est en fait ici le petit-fils de Lawrence Talbot et traîne avec lui la malédiction de sa famille. Un épisode du dessin animé reprend même des passages du film en version animée. Le lore des Monstres d’Universal est extrêmement présent. Mais je ne vais pas tout détailler ici (je garde ça pour plus tard).

Revenons-en à notre blister.

La face avant suit la forme d’une main de monstre empoignant le logo Monster Force et sur la droite nous retrouvons la tête du Wolfman.

Comme vous pouvez le constater, nous avons ici le personnage du loup-garou dans sa bulle avec de nombreux accessoires, des chaînes, un fusil à proton neutralisant (coucou la gamme Ghostbusters), un pad à ranger dans son étui et un support d’environnement pour venir y poser la figurine. Ce dernier élément est d’ailleurs mis en avant comme Bonus. En effet la particularité du cardback se manifeste par un décor qui peut être découpé et inséré à l’arrière du support. On a ici une figurine faite pour jouer mais aussi être exposée.

On retrouve sur le cardback, outre le décor à découper, d’autres éléments récurrents de l’époque :

Le pitch sous forme de transmission mémo, la gamme à collectionner et la carte COMPAD FILE bien sympathique avec croquis et données du personnage.

Tous les personnages de la gamme bénéficieront du même traitement en terme de blister et de quantité d’accessoires.

Vous l’aurez compris, je trouve personnellement cette gamme très réussie, riche en accessoires et de très bonne qualité.

Autour de la licence

Il y a encore beaucoup à dire sur ce dessin animé et sa gamme de jouets.

L’une d’entre elle, avant de conclure, est que Marv Wolfman a œuvré au développement des histoires de la série. Marv, au-delà de porter le nom de Wolfman est avant tout connu pour être scénariste de comics mais surtout papa du héros Marvel : Blade (avec Gene Colan). Dans les années 90, Marv va se tourner vers l’animation et la télévision et aura donc un rôle majeur dans l’écriture des histoires de la Monster Force.

En conclusion

Malheureusement le dessin animé n’a pas trouvé son public. Cette licence avait pourtant du charme et de l’ambition, elle partage plusieurs points communs avec les Skeleton Warriors, mais à cette époque d’autres productions ont déjà le lead (Tortues Ninja, X-Men, Batman TAS), et des productions récentes ou nouvelles vont monter en puissance comme les Power Rangers Mighty Morphin (août 93), Wild C.A.T.S (octobre 94) ou encore Spider-Man TAS (novembre 94).

Malheureusement la série ne sera pas reconduite et la gamme de jouets sera oubliée et remplacée par d’autres mastodontes de l’époque.

J’espère que cette production sur une licence non distribuée chez nous vous aura plu. Il se peut que la Monster Force refasse une apparition dans d’autres articles…

Merci pour votre lecture !

10 comments

KissFan says:

Voici un article qui fait bien plaisir! La gamme Monster Force de Playmates confirme tout le bien que je pense de ce producteur de jouets, heureux bénéficiaire de la licence Tortues Ninja ! Sur Eternia Antique, dans mon propre topic collection, j’ai évoqué cette gamme … et bien sûr l’animé associé en soulignant mes épisodes coups de cœur. Si ce dernier avait bénéficié d’une réalisation plus enlevée, peut-être aurions nous obtenu une vraie pépite de l’animation américaine des années 90. Bien sûr, dans le topic Skeleton Warriors, pas question de passer sous silence les squelettes qui prennent vie dans l’épisode Dark Deception. Et citer Marv Wolfman, c’est bien sûr avoir à l’esprit sa fantastique contribution au comics Le tombeau de Dracula, tout à fait dans le thème.
Comme toi Blondin, j’adore la figurine du Loup-Garou dans la gamme Monster Force … Je l’expose à l’état loose, la petit encart soigneusement découpé au verso du blister, sur ma tablette de bibliothèque dédiée aux Tortues Ninja (et pourtant, je n’ai aucune tortue inspirée des monstres Universal, mais l’échelle coïncide!). Un grand regret que la gamme n’inclut pas Shelley même si comme tu l’indiques, elle était prévue … Elle rejoint la trop longue liste des personnages féminins oubliés dans leur déclinaison plastique.
Merci pour ton article Blondin qui valorise parfaitement les qualités de cette licence. 🍻

Blondin says:

Merci à toi Pascal pour ta lecture et ton retour. Je suis complètement en phase avec les contributions que tu apportes. Marv et Tomb of Dracula, c’est un must have ! Il y a encore tellement à dire et même à découvrir sur cette licence, j’ai déjà quelques prochaines idées à partager pour d’autres articles 😉
Et concernant Shelley, comment ne pas la lier au triste sort de Talyn et sa déclinaison plastique qu’on aurait tellement aimé avoir aussi…
J’aime beaucoup ton dernier émoticône, au plaisir de se croiser pour parler jouet autour d’une bonne pression (avec modération bien sûr 🍻)

Benjamin says:

Jamais entendu parler.

Blondin says:

Et bien content de te l’avoir fait découvrir.

Toykitch says:

Ca fait plaisir de voir un peu de gammes qui sortent un peu du lot!
Alors j’en ai pas,mais comme toi j’ai du découvrir la gamme début 2000 grâce aux magazine de toys US,c’est une gamme vraiment sympa,le mélange TMNT/Universal Monster fonctionne bien,merci pour l’article

Blondin says:

Merci à toi Toykitch pour ton retour.
Playmates Toys + Anaglyph = Toys « coup de cœur »

Lanace says:

Merci pour la découverte Blondin 🙏🏼
C’est une gamme qui m’est complètement inconnue, tout comme beaucoup qui vont lire cet article comme tu l’indique.
Les monstres de la Universal sont intemporels et traversent les décennies. Ils restent des archétypes sur lesquels se reposent nombre de productions artistiques.
J’ai souvenir d’un dessin animé (le croque monstre show) qui convoquait ces personnages mais rien à voir.
L’idée de découper un décor pour accompagner les personnages était le genre de petit plus qui plaisait aux gamins de l’époque.
Tout comme Skeleton Warriors, j’imagine que les parents ne se jetaient pas sur ces jouets à l’imagerie horrifique.

Blondin says:

Merci mon Lanace pour ta lecture 🙏
Les Monstres d’Universal ont tellement inspiré le cinéma de genre et ne parlons pas des déclinaisons plastiques, je pense notamment aux Monster High de Mattel (dédicace à Vixy). Les pauvres parents de 94 ont été servis en plastique horrifique entre Monster Force et Skeleton Warriors 😉… Mais ça reste pourtant soft à côté de la gamme Aliens de Kenner de 92 👽 et ces 4 waves…

Très chouette article, bien documenté comme je les aime. C’est hyper plaisant à lire et j’ai appris plein de choses. Bref, le weekend commence bien. ^^

Blondin says:

Cool, ça fait plaisir, merci Julien pour ton commentaire et ravi de rejoindre l’équipe 😉

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *