Gastronogeek : l’interview de Thibaud Villanova

Alors que les fêtes approchent et qu’on se demande 1°) ce qu’on va bien pouvoir (se faire) offrir et 2°) ce qu’on va bien pouvoir manger, FulguroPop apporte la réponse à ces deux questions existentielles grâce à Thibaud Villanova.

Thibaud est l’auteur passionné des livres de recettes Gastronogeek.

 

FulguroPop : Peux-tu nous présenter le projet éditorial qui se cache derrière Gastronogeek ?

Thibaud Villanova : Bien entendu ! Gastronogeek c’est un pont entre gastronomie et pop culture : depuis 2014, je crée des livres de cuisine et je publie des vidéos pour montrer comment on peut s’inspirer des références les plus cultes et aussi les moins connues pour cuisiner des plats funs, sains et faciles à cuisiner.
L’idée pour moi c’est de vulgariser la cuisine pour ceux qui considèrent que c’est trop compliqué, et d’ouvrir un chemin vers les cultures de l’imaginaire à ceux pour qui elles sont inconnues. C’est aussi l’occasion de partager mes 2 passions avec d’autres passionnés !

FulguroPop : Peux-tu nous parler de tes derniers ouvrages ?
Thibaud Villanova : Alors en cette fin d’année, je suis très fier de publier chez Hachette Heroes « Les Banquets d’Astérix™ », le livre de cuisine officiel Astérix. Pensé comme un Gastronogeek, avec beaucoup d’astuces, d’informations et d’illustrations, ce livre renferme 40 recettes toutes inspirées des tomes de la célèbre saga : on y découvrira des recettes hommages au célèbre Tour de Gaule, autant qu’aux nombreux voyages faits par Astérix et Obélix. Les lecteurs pourront donc retrouver ma version du Gâteau à l’Arsenic d’Amonbofis ainsi que d’autres recettes en inspiration comme les Délices de Fécarabos pour Astérix et les Jeux Olympiques, le Glouglou en goguette pour Astérix et la Grande Traversée etc.

Je viens aussi de sortir en exclusivité pour la Fnac le Gastronogeek Ultimate, un best of de 120 de mes recettes, auxquelles on a ajouté 5 recettes exclusives dans la thématique jeux vidéo : il y aura donc des recettes hommage à Zelda, The Witcher, Far Cry, Sonic et Fallout. C’est un ouvrage de collection, de 256 pages, avec une fabrication dédiée, un vrai collector, mais utile pour les lecteurs qui ne savent pas quel gastronogeek choisir !

FulguroPop : Jusqu’ici les cultures de l’imaginaire dans lesquelles tu puisais l’inspiration pour tes recettes étaient très marquées par des auteurs anglo-saxons ou asiatiques. Avec Astérix, tu investis un champ nouveau pourquoi n’avait-il pas été exploré plus tôt ?
Thibaud Villanova : Oh ! C’est autant une question d’opportunités que de tempos dans les projets. Bien que Gastronogeek fonctionne depuis son lancement, je considère à chaque ouvrage que le suivant peut être le dernier, c’est pourquoi je sélectionne les licences avec lesquels j’évolue ou les grandes thématiques que je vais développer avec soin.

Aussi, si j’ai été biberonné avec Astérix et Tintin, la pop culture que j’affectionne le + est résolument anglo saxonne : c’est pourquoi j’ai commencé par ça, les références que je connaissais le mieux, celles qui m’ont aidé à me construire.

Enfin, Astérix c’était autant une volonté perso qu’une opportunité : je crois qu’après les succès du Star Wars Cantina et des Gastronogeek, c’était plus facile pour nous de négocier avec les éditions Albert René, disons que nous avions de bons arguments, tant sur le terrain du professionnalisme, que sur celui de l’artistique et de l’engagement. Astérix c’est un monstre de la pop culture française, il m’a fallu du temps pour le dompter et je crois avoir réussi.

FulguroPop : D’autres auteurs européens ou français (Jodorowsky, Jules Verne…) pourraient-ils rejoindre Goscinny dans ce panthéon gastronomique pop ?Thibaud Villanova : Je bosse depuis quelque temps sur Jules Vernes, et j’ai grandi en lisant Pratchett, Moorcock, Conan Doyle, Agatha Christie, Tolkien et Gaiman. Je ne sais pas si un ouvrage autour de leurs œuvres botterait mon éditeur, ni même si le public serait au rendez-vous mais j’adorerais. J’ai eu la chance de rencontrer plusieurs fois Michael Moorcock il y a quelques années, qui sait si des recettes tirées d’Elric lui plairait !

FulguroPop : Depuis ton premier ouvrage en 2014, as-tu noté une évolution sur la perception de ton travail et de la pop culture en général chez les éditeurs, les libraires ou les lecteurs ?
Thibaud Villanova : C’est une question pointue et ma réponse va sonner assez orgueilleuse mais je crois qu’avec Gastronogeek, on a fait du jamais fait et du jamais vu avant, nulle part. On a réuni une équipe de photographes, une direction artistique et une maison d’édition totalement tourné vers la gastronomie et la grande cuisine et on les a dirigé vers la Pop Culture : on a été préfacé par un grand maitre (Thierry Marx) et adoubé par des vieux de la vieille du milieu geek français comme Marcus.
Les éditeurs par la suite se sont en effet montrés plus intéressés par mes projets de livres, bien que je reste fidèle à Hachette Heroes qui m’a permis de montrer ce que je savais faire en matière de projets pop culturels avec ma participation au Geektionnaire Star Wars, à la collection de livres Assassin’s Creed, aux différents jeux que j’ai pu concevoir etc…
Pour les libraires, je crois que les ouvrages marchent bien chez eux, donc j’essaie pour eux, pour l’éditeur et surtout pour mes lecteurs de ne pas baisser en qualité, d’être toujours plus exigeant et de pousser toujours plus loin le concept. Je crois que la perception de ce monde là n’a pas trop changé concernant mes livres : mon équipe et moi faisons un travail de qualité et de passion, on essaie de rester dans les standards d’exigence que j’ai imposé dès le départ et j’espère que ca continuera à plaire !

FulguroPop : D’une manière générale quels sont tes projets ?
Thibaud Villanova : Alors plusieurs livres : un ouvrage Gastronogeek mais destiné au 8-12 ans qui sortira en milieu d’années et un ouvrage sous licence, dont je ne peux pas parler pour l’instant.

Je bosse aussi à fond sur ma chaine youtube (abonne-toi ^^) et j’essaie de poursuivre le rythme d’une recette tournée/montée/diffusée toutes les semaines.
Je prévois aussi d’autres formats de vidéos beaucoup plus liés à la Pop culture et à ces références cultes.
En dehors de tout ça, j’ai la chance d’être associé à Geek-art , une marque que je contribue à faire vivre avec mon cher ami Thomas Olivri : mon travail avec Thomas consiste à lui trouver de nouvelles licences et de nouveaux thèmes autour desquels produire des œuvres en sérigraphie ou autres. On travaille particulièrement avec Ubisoft depuis plus d’un an et avec Capcom depuis peu, je peux d’ailleurs te dire qu’on réserve sur notre store une surprise de taille avec une sérigraphie assez dingue autour d’une grosse référence de chez Capcom justement.

Merci à Thibaud pour sa disponibilité et sa passion.

Blaster
A suivre

1 comment

ClaraBaffe says:

Très sympa et interessant, merci pour cet article !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *