Thrawn : de l’univers étendu au canon Star Wars

Le retour de Thrawn dans les publications Star Wars a permis à une nouvelle génération de fans de découvrir l’étrange officier impérial à la peau bleu.

Thrawn : un personnage original

Le grand amiral Thrawn a été créé en 1991 par Timothy Zahn. L’auteur de best-sellers sort en effet au début des années 90 une série de trois romans (L’héritier de l’Empire, La bataille des Jedi et L’ultime commandement) dans lesquels la jeune Nouvelle république affronte un baron de l’Empire. Situés 5 ans après les événements du Retour du Jedi, ces romans se distinguent pas la qualité de l’écriture et l’introduction de personnages essentiels de ce qui s’appelait alors l’univers étendu de La Guerre des étoiles.

Les premières éditions portent d’ailleurs ce sur-titre. On ne parle pas encore de Star Wars, ou très peu. Il faudra en effet attendre l’offensive marketing de 1995 (avec la sortie des jouets Hasbro et l’arrivée massive de publicités pour la restauration THX des films en VHS) pour que la marque internationale Star Wars s’impose dans les conversations en français.

Thrawn : un personnage coup de cœur

Thrawn est également original car, dans un Empire profondément habité par un sentiment anti non-humains, Zahn a décidé de faire de son personnage un Chiss à la peau bleue et aux yeux rouges. Un habitant des confins de la galaxie qui a connu une carrière fulgurante dans la flotte impériale.

De nombreux personnages introduits par Zahn dans ses trois premiers romans Star Wars connaissent un succès immédiat et se taillent un place de choix dans l’univers étendu jusqu’au rachat de Lucasfilm par Disney [lire notre dossier] : Mara Jade « la main de l’Empereur », les Noghri dont Ruhk, Borsk Fey’lya le Bothan… Mais Thrawn demeure sans conteste de le champion de ce concours de popularité. Son raffinement, son intellect et le mystère de ses origines lui ont permis de se créer une place de choix dans le cœur des fans. Le personnage a connu une longue postérité, principalement, voire quasi exclusivement, sous la plume de Timothy Zahn qui a narré par le menu les origines et la postérité de Thrawn, avant et après sa première trilogie.

La consécration

Disney l’a bien compris et l’a donc intégré à son canon avec pas moins d’une série TV (Star Wars Rebels) et deux romans (Thrawn et Thrawn Alliances). Les deux romans ont opportunément été confiés à Zahn qui complète et surtout établi dans le canon la back story de son personnage fétiche. Chose rare le premier de ces romans a fait l’objet d’une adaptation en comics en début d’année. Au final, peu de romans Star Wars ont connu cette consécration. A part Shadows of the Empire (un projet pluri média de 1996) et Splinter of the Mind’s Eye (le premier roman de ce qui allait devenir l’univers étendu), seule la trilogie de Thrawn avait eu cet honneur chez Dark Horse Comics.

C’est pourtant la série TV produite par Dave Filoni, Star Wars Rebels, qui a relancé le personnage et a intégré dans le canon plusieurs éléments introduits dans les livres de Zahn comme Ruhk, le capitaine Pellaeon et les croiseurs Interdictor.

 

Les romans Thrawn en mode canon

Depuis donc trois ans que Thrawn a fait son retour dans Star Wars, il est intégré au canon. Zahn a dû adapter l’histoire de son personnage aux aventures narrées dans la Prélogie et la série The Clone wars.

Les deux romans sont toutefois très inégaux. Le premier, intitulé Thrawn, est bien vu et bien écrit. Le sujet, notamment la formation des officiers impériaux et la dimension politique de leur avancement tient bien la route. L’ouvrage s’égare un peu dans l’histoire secondaire d’Arlinda Pryce, mais cette contribution au canon Star Wars s’explique. Le second roman, Thrawn Alliances, n’a pas toutes ces qualités et on se lasse parfois à sa lecture de ses allers-retours entre le passé et le présent, entre la guerre des clones et les prémices de la guerre civile galactique. On pressent toutefois que l’exercice n’est pas dénué d’intérêt tant il semble poser les bases de ce pourra être la transition entre la trilogie originale et la postlogie. Un vide qui reste à combler et qui commence à s’incarner dans les détails distillés via les parcs d’attraction ou les séries TV à venir comme The Mandalorian.

 

Parmi tous les ajouts de Zahn, ces romans auront permis l’ancrage de Thrawn dans le canon en utilisant, lui aussi, les éléments déjà recyclés par Filoni. Ainsi, la manœuvre Marg Sabl que Thrawn met en œuvre au tout début de L’héritier de l’Empire aurait ainsi été inventée par Ahsoka Tano.

La boucle est bouclée.

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *