Star Wars Acolyte : analyse de l’épisode 3, Destin (S01E03)

Pour ce troisième épisode de The Acolyte, on part 16 ans en arrière. Un flashback de 44 minutes assez différents de la façon dont ces explications historiques sont traitées habituellement par les séries Star Wars. En effet, dans The Mandalorian, par exemple, ils apparaissent ponctuellement pour donner des éléments biographiques importants à propos de la façon dont Grogu a survécu à l’Ordre 66, ou du trauma subi par Din Djarin pendant la guerre des clones. Dans Le Livre de Boba Fett, ils émaillaient le récit pour faire le lien entre les deux vies du héros et expliquer ses nouvelles dispositions d’esprit. Dans Andor, ils donnaient de la consistance à la quête initiale (et vite abandonnée) du héros. Dans Obi-Wan Kenobi et dans Ahsoka, les flashbacks faisaient le lien avec la prélogie et la série The Clone Wars.

Ici, les show runners ont décidé de consacrer un épisode complet (sur un total de 8 pour la saison) au passé d’Osha, Padawan défroquée, dont la soeur jumelle, Mae mène une quête vengeresse et sanguinaire. L’histoire se concentre donc sur les jours et les heures qui ont conduit au départ d’Osha et au vain et terrible incendie déclenché par sa soeur jumelle pour l’éviter.

De ce point de vue, on n’a pas grand chose à attendre de cet épisode, ce qui présente un léger souci quand on remarque que Destin est le plus long des épisodes diffusés jusqu’à présent. Sa valeur ajoutée réside probablement plus dans ce qu’il révèle de la société galactique d’avant la chute de la République.

Mae et Osha vivent avec leur mère au sein d’une communauté de sorcières isolée sur Brendok. La traduction française retenue, “communauté”, reflète mal le sens du terme anglais, Coven. Le mot, dérivé de la racine latine puis française qui a donné couvent, décrit une réunion de sorcières. Il existe donc des sociétés d’utilisateurs de la Force qui cohabitent avec les Jedi. Leur approche philosophique diffère de ces derniers. Elles voient la Force comme un tissage, un fil qui relie le destin de tous les être vivants et qu’on ne peut “tirer”, c’est-à-dire utiliser à son profit sans implication néfaste pour les autres. On voit ici le sujet de querelle  avec les Jedi. Ce thème précis avait été évoqué dans un roman de l’univers étendu, Trêve à Bakura.

L’épisode met aussi en lumière la question de la juridiction républicaine et les limites territoriales qui pourrait s’imposer aux Jedi. Un sujet qui rappelle évidemment la situation de l’espace Hutt dans La Menace fantôme.

Osha, curieuse et fascinée par les Jedi, ressemble au jeune Anakin Skywalker découvert dans ce film d’ailleurs. Son intégration tardive dans l’Ordre Jedi amplifie l’impression de déjà vu. L’ajout d’un détail sur la création sans père des deux jumelles par leur seule mère via une manipulation de la Force est un autre point commun avec Anakin. Tout cela incite à voir Mae et Osha comme des précurseurs du futur élu Jedi. Chacune représentant une part de l’ambiguïté du héros déchu, et surtout formant un équilibre à deux. D’ailleurs Mae ne revendique-t-elle pas qu’en fait elles ne font qu’un ?

Je ne suis pas sûr que cet épisode ait été particulièrement nécessaire. Après deux épisodes efficaces, cette pause vient de toute évidence casser le rythme. Je ne suis pas non plus complètement convaincu par le costumes et les décors. Pour des réfugiées, nos sorcières sont bien logés et habillées. Les dialogues, notamment dans le cadre des relations familiales sentent le navet. Pourquoi gaspiller un épisode entier sur ce flashback longuet et peu efficace ?

 

On verra ce que nous réserve la suite la semaine prochaine. Il vaudrait mieux que la série reprenne son cours normal.

8 comments

ayorsaint says:

Je vais passer sur le sujet du wokisme qui ne mènera à rien…
Au delà de ça, il n’y a surtout pas grand chose qui nous est raconté alors que pourtant on aborde tout un tas de points qui auraient pu être intéressants.
J’ai l’impression, en regardant cette série (et d’autres), de corriger la copie d’un élève qui nous lance plein de sujets intéressant sans jamais les développer. J’ai envie de mettre au stylo rouge dans la marge » A DÉVELOPPER » . Qui sont ces sorcières ? Pourquoi les Jedis sont-ils après elles ? Comment et pourquoi a-t-on pu créer deux Anakin jumelles alors qu’on le disait unique ? On répondra peut-être à tout ça ensuite (j’en doute…) mais en tout cas cet épisode est indigeste et en même temps ne fait pas du tout avancer l’histoire puisque tout ce qui y est narré, on le pressentait déjà plus ou moins.
Pour en revenir aux enfants, je suis surtout navré de voir qu’aujourd’hui on présente à nos gosses les Jedis comme des inquisiteurs. Pour nous ils étainet des dieux. Puis des dieux qui ont fait des erreurs. C’était amené avec finesse et le propos nous touchait au plus profond car foncièrement humain. Qu’en reste-t-il à l’heure actuelle?

Ton analyse sur les deux sœurs qui représentent un peu les deux côtés de Anakin est intéressante mais je ne pense pas que ce sera ce qui a été retenu par la série. Malheureusement… D’ailleurs Yord fait également beaucoup penser à Anakin ado ou jeune adulte. On sent qu’on a voulu flatter les fans de la prelo.

Seb Ulba says:

Heu…flater les fans ? Non non cet épisode était tout simplement nul. Aucun rapport avec Star Wars. Allez, un wookie inutile, 4 jedi qui ne font rien, des sorcières d’on ne sait où, deux jeunes actrices sans talent, aucune ambiance SF… Bouhouhou c’est ça que Disney imagine être une série Star Wars ??????? Au moins, The Mandalorian respectait les codes.
Mon fils de 10 ans a fait son choix : il préfère LA GUERRE DES ÉTOILES : UN NOUVEL ESPOIR ! 😉

mindmaster says:

Ça prouve qu’il a bon goût, ou qu’il a bien été formé par son père 🙂 . Mon fils n’a pas encore 7 ans et est assez impressionnable (il a peur de Yoda alors qu’il ne l’a vu qu’en figurine ou en image), donc j’attends encore un peu pour lui montrer Star Wars, mais je commencerai évidemment par la trilogie originale (et m’en tiendrai là aussi longtemps que possible, d’ailleurs, navré pour les amateurs de la prélogie.)

Merci pour vos commebtaires les amis. Il est vrai que cet épisode fait réagir la communauté. Je ne suis pas convaincu que ce soit toujours pour les bonnes raisons.
Ce qui me frappe, outre les concepts sortis de nulle part et qui n’iront nulle part (bien vu, Ayor, l’analogie avec la copie), c’est la volonté apparente de réécrire Anakin comme un personnage christique.
Si des Sorcières ont pu manipuler la Force pour créera vie, le délire sur Plagueis devient moins délirant. Il est probable que ce soit l’issue de la série d’ailleurs. Auquel cas on aurait dû fan service effectivement.
A titre personnel je n’ai jamais compris la phrase de Shmi sur l’absence de père comme étant un signe d’immaculée conception. Be l’ai toujours prise comme ce que dirait une esclave victime d’un viol. Nous verrons bien.

mindmaster says:

Concernant Shmi et la conception d’Anakin, je me souviens qu’ils expliquent dans une BD post rachat par Disney (donc canon), que Palpatine avait projeté son corps astral sur Tatooine et s’était servi du côté obscur de la Force pour “ensemencer” Shmi. Il me semble d’ailleurs que cet extrait était présenté sur Fulguropop, mais je n’arrive pas à le retrouver.

Je ne me rappelle qu’un cauchemar de Vador quand il est sur Mustafar, il faut que je refasse le point sur ce sujet.

ayorsaint says:

Franchement le côté Christique de Anakin c’était bien le truc à ne surtout pas garder… Enfin bref…
TCW et son épisode sur le père avec ses deux enfants issus de la force était bien plus au point sur ce sujet

Tu parles du trio sur Mortis ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *