SilverHawks : poster préparatoire Rankin/Bass (Kenner 1986)

 

Nos licences de jeunesse réservent bien des surprises et certains trésors ne demandent qu’à être exhumés. Cette petite production sera donc l’occasion de partager dans le magazine un visuel promotionnel en lien avec un univers des années 80 qui me tient particulièrement à cœur, celui des SilverHawks.

Ceux qui me lisent depuis plusieurs années savent à quel point les coulisses de nos jouets d’enfance m’intéressent. Ces zones de l’ombre renferment des informations passionnantes, parfois surprenantes, mais qui ne laissent jamais indifférents les amateurs de déclinaisons plastique vintage.

Du conceptuel au promotionnel, il est capital de patiemment centraliser les informations qui permettent de mieux appréhender les jouets que nous avons connus durant les années 80. Je dis “patiemment” car les ressources font très souvent surface au compte-gouttes.

Qu’importe, la perspective de découvrir un nouveau document conceptuel/promotionnel est extrêmement motivante. C’est véritablement un moteur qui anime mes recherches au quotidien. Trêve d’introduction, entrons dans le vif du sujet à travers la présentation d’un superbe poster promotionnel estampillé SilverHawks. Pour l’occasion, je vais une nouvelle fois utiliser un déroulement linéaire des informations. Bonne lecture à tous.

 

 

Les zones promotionnelles reliées à nos gammes de jouets d’enfance sont fascinantes. Du traditionnel dessin animé au stickers en passant par les vêtements jusqu’aux produits alimentaires, les professionnels de la publicité ont redoublé d’inventivité afin de faire fructifier la notoriété de différentes licences.

Ainsi nous gardons tous en tête les fameux verres à moutarde Amora, certains DA créés après les lignes de jouets dédiés ou encore des autocollants à l’effigie de nos héros d’enfance, lesquels étaient présents au sein de différentes configurations.

Dans notre cas de figure, la cible visée étant des enfants, le matériel scolaire a été impacté de manière notable par différents logos devenus plus cultes les uns que les autres. Ainsi apparaissaient les fameux “clubs” où l’affiliation rendait possible l’obtention de gommes, stylos et autres trousses. Les Maîtres de l’Univers constituent un exemple qui a marqué les mémoires mais n’oublions pas Star Wars ou encore G.I.Joe, des licences qui ont donné naissance à des produits promotionnels comme des réveils, du linge de lit ou encore des patchs à coudre.

 

 

Parmi tous les objets promotionnels qui ont marqué notre jeunesse, précisément durant la décennie 80, un format – si j’ose dire – c’est imposé de manière populaire. Je fais référence au poster, peu importe ses dimensions, que l’on pouvait retrouver au sein de différents supports : par exemple dans les albums à collecter des images mais également dans nos packagings de jouets vintage.

Les exemples foisonnent et je ne me risquerais pas à proposer un listing exhaustif. Cependant je souhaiterais citer la licence BraveStarr et le concept du poster “king size” à reconstituer à partir de 4 modèles qui se complètent. Je pense également à nos chers Skeleton Warriors, aux véhicules M.A.S.K. ou encore aux SilverHawks.

En effet, les aigles d’argent sont immanquablement associés par les amateurs de la licence à un poster promotionnel que l’on retrouvait dans la plupart – mais pas dans l’intégralité – des boitages U.S. reconditionnés pour le marché européen. J’insiste, seul le format boite était concerné, en aucun cas nos cartes noires. Ci-dessous ce fameux poster promotionnel SilverHawks.

Celui-ci pouvait également se trouver auprès des revendeurs de jouets indépendants de la fin des années 80, précisément en tant que “cadeau” à distribuer aux enfants.

 

 

Ce poster propose des illustrations/informations recto et verso. J’ai choisi sciemment d’illustrer le côté qui est le plus impactant à mes yeux (l’autre face propose un pitch rédigé ainsi qu’un rendez-vous chez Dorothée les mercredis après-midi sur TF1), lequel comporte un artwork “handmade” et des photos de jouets. La dimension publicitaire est notable et la conjugaison avec des croquis “crayonnés” n’est pas anodine. C’est, d’une certaine manière, une référence en filigrane à la dimension animée de l’œuvre SilverHawks.

J’attire justement votre attention concernant le décor spatial mais surtout l’aspect collégial de cette illustration centrale. A la manière d’un panel, plusieurs éléments clefs propres à l’univers des aigles d’argent ont été mis en scène.

Il existe plusieurs autres posters promotionnels qui ont été déclinés pour la licence SilverHawks. Je ne vais pas tous les référencer dans cette production car ce n’est ni nécessaire, ni l’objet du sujet de fond. En revanche, je voudrais tout de même partager dans cette production d’autres posters dédiés aux aigles d’argent afin de développer certaines idées.

Ci-dessous un “poster” promotionnel spécifique au marché américain. On retrouve le visuel “handmade” précédemment évoqué avec un environnement galactique ainsi que des personnages en escouade, lesquels apparaissent assez dynamiques.

 

 

Pour être davantage précis, ce document est plutôt une page promotionnelle que l’on pouvait notamment retrouver dans les magazines TV aux Etats-Unis (d’où les guillemets précédemment utilisés). Ceci dit, je suis absolument convaincu que des jeunes bambins d’outre-Atlantique n’ont pas hésité à découper cette page pour en faire un poster à punaiser au mur de leur chambre.

La page/affiche a pour but de promouvoir la série animée mettant en scène les aigles d’argent. En ce sens, on retrouve les mentions Rankin/Bass Productions ainsi que LorimarTelepictures.

Si on souhaite parler réellement de poster, alors il faut se tourner une nouvelle fois vers le marché américain, précisément en ce qui concerne le format boite des jouets SilverHawks.

 

 

En effet, le poster promotionnel ci-dessus était fourni dans l’intégralité des boitages U.S. et partiellement dans les tirages reconditionnés pour l’Hexagone. Toutes les boites étaient concernées, des oiseaux king size au Sprinthawk en passant par le Mirage jusqu’au Sky-Runner.

La dimension promotionnelle est ostensible avec des photos illustrant les jouets SilverHawks de la série 1. Ceci dit, ce poster propose un verso avec un visuel “handmade” qui n’est rien d’autre que celui à la dimension spatiale et collégiale présenté il y a quelques lignes.

Cet artwork a été très utilisé et on le retrouve notamment sur la première de couverture d’un album SilverHawks destiné à accueillir des stickers. Celui-ci était distribué aux Etats-Unis par la firme Diamond. Comme mentionné précédemment, il existe bien d’autres posters/affiches promotionnelles destinés à supporter la licence des aigles d’argent. Pour autant, les trois documents que j’ai choisi de reproduire dans ce petit dossier me semblent suffisants.

Un élément commun les réunit, la présence de cet artwork “handmade” mettant en scène une partie de l’escouade des SilverHawks. Cette configuration stylistique me conduit à présenter un poster promotionnel qui appartient à la zone préparatoire de la licence des aigles d’argent.

 

 

Cet artwork, qui provient des archives de Rankin/Bass, est véritablement superbe. Il a été réalisé dans le courant de l’année 1986 par un artiste nippon, en l’occurrence TsuguyukiTsuguKubo. Ce nom n’est pas anodin lorsqu’on s’intéresse au triptyque animé SilverHawks, Cosmocats et TigerSharks.

En effet, ceux qui me lisent régulièrement dans FulguroPop ont pu (re)découvrir l’artiste Tsuguyuki Kubo dans le dossier vintage dédié à la carte AL.ES de Mumm-Ra. Cet illustrateur/designer travaillait durant les années 80 pour le studio japonais Pacific Animation Corporation, lequel a notamment œuvré sur le développement du DA Cosmocats mais également sur celui des SilverHawks.

Ci-dessous deux concept arts réalisés par Tsuguyuki Kubo pour le support animé des félins de l’espace. Le visage du leader des Cosmocats, Starlion, est sublimement représenté à travers un coup de crayon remarquable.

 

 

Tsuguyuki Kubo a majoritairement travaillé sur le premier épisode de la série animée des aigles d’argent, “The Origin Story” en V.O (1986). Parallèlement, de nombreux designers de l’ombre appartenant à la décennie 80 ont connu un même phénomène : plusieurs tâches de natures diverses leurs étaient confiées. Aussi, les productions Rankin/Bass ont très certainement mis à contribution Tsuguyuki Kubo afin de produire des visuels destinés à la zone promotionnelle de la licence SilverHawks.

Après ces quelques lignes de présentation, je vous propose un décryptage affiné de ce poster promotionnel aux accents préparatoires. Plusieurs éléments me paraissent intéressants selon cette idée de réalisation transitionnelle/provisoire.

En effet, lorsqu’on examine attentivement le poster, on remarque la présence de morceaux de scotch. Ces derniers semblent maintenir un fond réalisé à l’encre ou bien à la peinture. Sur celui-ci, les éléments scéniques (personnages, véhicules et environnements), qui apriori proviennent d’un autre support papier, apparaissent découpés et collés.

 

 

Ci-dessous une première mise en correspondance avec une partie des visuels définitifs précédemment illustrés. La posture du lieutenant Jonathan Quicksilver – imaginée par Tsuguyuki Kubo – n’est pas anodine puisqu’elle annonce celle du leader des aigles d’argent majoritairement représenté sur les posters promotionnels commercialisés.

On notera cependant sur le façonnage du Quicksilver par l’artiste japonais l’absence du bracelet au poignet gauche permettant une interaction à distance avec Tally-Hawk. Par ailleurs, ce dispositif n’est également pas visible sur le portage Star Comics du leader des aigles d’argent.

 

 

Il faut aussi mentionner l’absence du logo SilverHawks (une tête d’aigle dans un triangle) sur le torse de chaque représentation relative à Quicksilver. Pour rappel, une des versions early du leader des aigles d’argent avait été crayonnée avec une tête d’aigle sur le pectoral gauche.

 

 

Ci-dessous une deuxième mise en perspective soulignant la présence de Mon*Star sur la zone supérieure des deux artworks. La symbolique est aussi claire que forte : une menace qui plane littéralement sur l’univers et par extension sur les SilverHawks. On regrettera cependant sur le plan des proportions la trop grande longueur de la pointe située au sommet de la tête du Mon*Star par Tsuguyuki Kubo.

 

 

Autre élément à mettre en exergue sur le poster promotionnel réalisé par Tsuguyuki Kubo, la présence du Mirage à travers une mise en scène très dynamique. Le vaisseau spatial capable d’accueillir plusieurs SilverHawks est représenté avec une traînée (l’artwork étant en noir et blanc, on ne peut identifier l’hypothétique schéma multicolore de celle-ci). On retrouve le Mirage sur le poster promotionnel définitif des aigle d’argent avec des spécificités quasi identiques.

 

 

De nouveau à travers une grille de lecture symétrique, je souhaiterais évoquer la représentation du Hawkhaven sur le poster promotionnel en noir et blanc. Pour rappel, cette base spatiale fait office de repère pour les SilverHawks. Une déclinaison en jouet par Kenner était prévue pour l’année 1987. Les visuels sont rares et apriori le playset est resté à l’état conceptuel sur papier. Mais rien n’est certain et on peut au moins envisager l’existence d’un prototype.

 

 

Lorsqu’on examine minutieusement la représentation crayonnée du Hawkhaven sur le catalogue Kenner de 1987, on identifie une configuration proche du Château des Ombres par Mattel, avec une ouverture en deux parties refermables et verrouillables par deux attaches. Une poignée était également prévue sur le portage plastique du repère des SilverHawks, précisément au sommet de celui-ci.

Toujours selon un prisme matriciel avec le Château des Ombres, le Hawkhaven de Kenner devait comporter un ascenseur afin de passer d’un niveau à un autre.

 

 

Puisqu’on parle de repère, il me semble important d’évoquer celui de Mon*Star, une grande tour aussi détaillée qu’inquiétante. La version de Tsuguyuki Kubo sur le poster préparatoire est quasi identique à celle visible dans le support animé.

En revanche, la tour de Mon*Star – laquelle m’évoque fatalement la “Tour Maléfique” conceptuelle de l’œuvre Cosmocats (“Tower of Evil” en V.O) ou encore le repère des Mutants de Plun-Darr – n’apparaitra pas sur l’artwork des posters commercialisés.

 

 

Selon le même prisme comparatif, la planète Brimstar représentée sur le poster préparatoire de Tsuguyuki Kubo – avec un design quasi identique au portage animé – sera absente sur l’artwork définitif évoqué il y a quelques lignes.

D’autre part, la planète Brimstar crayonnée en noir et blanc est traversée par un rayonnement lumineux. C’est une habile référence à la capacité de mutation relative à Mon*Star.

 

 

Alors on pourrait souligner de nombreux autres éléments communs comme différents entre le poster crayonné de Tsuguyuki Kubo et l’artwork définitif évoqué tout au long de cette production. L’absence de Tally-Hawk d’un côté, la présence du Sprinthawk de l’autre, les personnages illustrés symétriquement etc…

De manière plus pertinente, j’attire votre attention sur un point qui me semble crucial. Le poster préparatoire en noir et blanc appartient à une temporalité où les chara-design ainsi que le background de l’œuvre SilverHawks étaient quasi définitifs. La dimension collégiale de la représentation, qui inclut davantage des éléments en lien avec Mon*Star, s’inscrit clairement dans une volonté promotionnelle qui a pour vocation de rendre visible en un coup d’œil l’univers des aigles d’argent.

D’un point de vue hypothétique, et selon les nombreux éléments constitutifs abordés tout au long de cette production, on pourrait penser que Tsuguyuki Kubo est à l’origine de l’artwork “handmade” présent sur les trois documents définitifs et commercialisés.

 

 

Aucune certitude mais c’est une piste aussi séduisante qu’envisageable. A titre personnel, je pense que notre artiste japonais est bien l’auteur de ce visuel que nous avons notamment découvert avec les jouets SilverHawks. Le coup de crayon, les design, les mises en scène, le style, tout converge en ce sens.

Pire, on pourrait même imaginer que les illustrateurs qui ont œuvré sur les Star Comics des aigles d’argent ce sont inspirés de la configuration collégiale du poster préparatoire de Tsuguyuki Kubo. En effet, la couverture du premier volume, “The Origin Story” – et parallèlement une page intérieure – offrent deux visuels avec un A.D.N commun significatif.

D’autant plus que la couverture est bien postérieure au poster en noir et blanc de Tsuguyuki Kubo puisqu’elle a été réalisée dans le courant de l’année 1987 par l’illustrateur Mike Witherby (avec un encrage de Jim Sanders III).

 

 

En dernière instance, je ne résiste pas au plaisir d’inclure un cliché de cartes noires SilverHawks, respectivement celle de Quicksilver ainsi que de Mon*Star, deux personnages mis particulièrement en avant sur tous les posters évoqués dans ce petit dossier.

Ces blisters européens que nous avons connus dans nos rayonnages français dès l’année 1988 ont un charme fou. Je ne cesse de répéter que le design épuré et quasi monochrome des black cards européennes met particulièrement en valeur l’action figure contenue.

 

 

Epilogue

Toutes les occasions sont bonnes pour évoquer la licence SilverHawks. Surtout lorsqu’il s’agit de présenter des documents de l’ombre appartenant à des zones préparatoires. En ce sens, la découverte du poster réalisé par Tsuguyuki Kubo a constitué une opportunité immanquable à mes yeux.

Au-delà du plaisir de l’analyse et du partage, cette production permet modestement de faire perdurer la flamme passionnelle que certains d’entre nous ont pour les aigles d’argent. A titre personnel, je reste un inconditionnel des périodes conceptuelles concernant nos jouets des années 80.

S’intéresser à ces coulisses préparatoires est, entre autres, un moyen de découvrir des visuels comme des noms, et j’insiste précisément sur ce point. Une œuvre est souvent le fruit de plusieurs artistes et il me semble capital d’en identifier le plus grand nombre possible afin de mieux appréhender nos licences d’enfance. C’est un véritable travail de fourmis mais avec de l’abnégation, de la constance et surtout de la passion, tout devient possible.

J’espère que cette petite parenthèse vintage fut agréable à lire. Rendez-vous d’ici peu afin de (re)découvrir ensemble nos gammes de jouets appartenant à la décennie 80. Merci à tous pour vos lectures. Cette production est spécialement dédiée à Vincent alias MF, Pascal alias KissFan ainsi qu’à Grégory Catieau.

8 comments

MF says:

Salut Nicko,

Merci pour la dédicace et ce bel article. J’ai aussi particulièrement apprécié ton papier sur Mumbo-Jumbo récemment (et je n’ai même pas pris le temps de te le dire dans les commentaires, honte à moi). Je suis ravi également de constater le retour de tes analyses de Rock Lords.

Continue de faire vivre les gammes oubliées ou injustement boudées, c’est toujours un plaisir de découvrir les coulisses de leur création.

Nicko says:

Merci beaucoup Vincent pour ton message 🙂

Lorsque je parle de la licence SilverHawks, certains noms résonnent en moi comme des évidences : Pascal, toi, Grégory Catieau, Greg Eche et quelques autres. Savoir que tu lis régulièrement mes papiers me comble et il n’y a absolument aucune obligation pour les commentaires. Ce n’est pas une nécessité, vraiment, même si j’adore interagir avec des passionnés. De plus, certaines interventions apportent du raisonnement et des idées très intéressantes. Sans compter les éléments contradictoires ou rectificatifs.

La licence des Rock Lords reviendra très bientôt dans FulguroPop, c’est certain. J’ai Sunstone à aborder, le dernier des Jewels puisque j’ai auparavant évoqué Solitaire et Flamestone. Ceci dit, il y aura d’abord du Sectaurs selon le prisme conceptuel. Des heures de lecture en perspective pour les amoureux des action figures à la sauce 80.

Merci encore Vincent pour ta présence très appréciée 🙂

Nicko says:

😀

jp says:

Que de lecture et découvertes. Au premier coup d’œil du dessin en noir et blanc, je ne remarquais pas tous les détails que tu cites plus haut. Tsuguyuki Kubo (dont je lis le nom pour la première fois) est un sacré artiste.

Nicko says:

Merci mon JP 🙂

Je suis toujours heureux de faire découvrir au lectorat des artistes qui ont contribué à faire vivre nos gammes de jouets d’enfance, d’une manière ou d’une autre. Tsuguyuki Kubo est un maître et son travail concernant la licence SilverHawks ou encore Cosmocats est remarquable. Les Germakian, Meskimen, Camp, Kubo, entre autres, sont rattachés pour l’éternité à la période Ted Wolf du milieu des années 80.

Clacla says:

Superbe, belle découverte pour moi, et pleind infos merciii

Nicko says:

Merci beaucoup Madame Starling ! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *