Livre de Boba Fett : Analyse de l’épisode 2 “The Tribes of Tatooine”

Le retour de Fennec Shand avec le survivant de l’équipe d’assassins vue la semaine dernière est assez graphique. Tout ces trajets à pied sur Tatooine me laissent songeurs cependant.

L’assassin fait partie de l’organisation Night Wind. Sans être très original, le nom me fait encore une fois penser (en plus du costume, cf la semaine dernière) aux Night Creepers.

Plusieurs choses me chiffonnent dans la scène de l’exécution simulée de l’assassin. D’abord, j’ai du mal à croire que tout le monde ne soit pas au courant de la mort du Rancor. Le bouche à oreille à dû fonctionner à plein régime autour des exploits de Luke. Ensuite, pourquoi Bib Fortuna aurait intégré un mécanisme déclenchant la trappe dans son trône ? Peut-être en faisait-il une sorte de prison pour ses opposants ?

Le détail du levier caché dans la gueule du Rancor sculpté est sympa cependant.

Au moins savent-ils désormais que le maire veut tuer Boba. Encore une fois je regrette que ce dernier soit si passif. Fennec Shand semble bien plus aggressive que lui et souvent plus efficace.

Retour donc à Mos Espa, le prisonnier en chaînes. Je reviens sur le problème des déplacements à pied. C’est dingue, rien que l’échelle de la ville rend improbable de la traverser de cette façon, alors qui se farcirait tout le trajet depuis le palais ? A moins qu’ils n’aient une sorte de zone piétonne super grande dans le centre de la ville (?!?!).

Je conçois que la ballade accentue l’effet western un peu léger jusqu’ici, mais c’est proprement ridicule à force. Ce n’est pas propre à cette série, à plusieurs reprises dans The mandalorian je me suis agacé de voir Din Djarrin atterrir loin de sa destination et finir à pied.

Tiens un passant (féminin probablement) avec un casque comme celui de Zuvio. Ils sont super fréquents finalement (plus que dans Le Réveil de la Force).

 

J’ai du mal à croire qu’une planète aussi mal famée que Tatooine dispose d’institutions pérennes et que les bâtiments officiels soient aussi bien entretenus.

L’intérieur est plus clean que l’astroport de Corellia. Faut pas déconner. D’une manière générale toute l’atmosphère classique de la trilogie originale semble avoir été remplacée par les décors et les costumes proprets des épisodes 1, 2, 3, 7, 8 et 9.

Et puis des fonctionnaires en uniforme ?

L’entrevue avec le maire Mok Shaiz se termine par une menace et un conseil. L’Ithorien dispose de la technologie déjà vue chez Filoni pour rendre intelligible son langage.

Ses gardes sont classes. Armure, uniforme, ils semblent mieux équipés et préparés que les gardes de Jabba cinq ans plus tôt.

Boba est confronté au problème que j’avais en tant que spectateur à la présentation de la série : comment passer du statut de chasseur de primes à celui de seigneur du crime ? A un moment j’ai cru que le plot de la série était de diriger Boba Fett d’un faux-cul (Mok Shaiz) à un autre (Garsa) en espérant comprendre comment gérer un syndicat du crime. heureusement, les Hutts sont revenus dans le game !

Bon, c’est sous la forme de jumeaux cousins de Jabba et avec des CGI qui font automatiquement regretter la marionnette du cousin de 1983. Mais au moins, leur arrivée à une certaine pompe, quelque chose d’oriental si cela a un sens ici.

Ils ont emmené Black Krrsantan avec eux. Un Wookiee féroce bien connu des lecteurs des comics Dr Aphra.

Dommage que la confrontation ne débouche sur rien de concret. Les mecs font demi-tour alors qu’ils ont fait le déplacement depuis Nal Hutta. Boba Fett espère que le problème est réglé, mais sans y croire vraiment. J’espère que la question de la permission requise pour tuer les Hutts sera abordée plus avant dans la série.

 

Eh bim ! Retour dans le bacta pour un nouveau flashback (flashbacta ?). Je ne sais pas si c’est l’araire (en bois!) qui me fait le plus rire ou l’organisation de la scène où Boba s’entraîne au Gaderffii.

L’arrivée du train blindé speeder permet à Boba d’exprimer son altruisme. Une qualité très bien dissimulée avant sa chute dans le Sarlaac.

 

Pour complexifier la situation sur Tatooine, on découvre que les Pikes refont une scène de western. Les showrunners veulent renouer avec cet aspect de la franchise et les gangs de swoop leur en donnent l’occasion rêvée.

Si en plus on peut faire plaisir aux fans en plaçant la Toshe Station… C’est encore mieux.

Surprise, Camie et Fixer sont aussi de la partie ! Si c’est pas du fan service, ça ! Boba qui débarque dans sa combi me fait penser au Caïd de la série Daredevil.

Si l’on met de côté le côté tonton gentil colon de Boba Fett, cette séquence de l’attaque de train est sympa. Enfin, faudrait quand même expliquer aux extras comment on tient un fusil si l’on veut rendre crédible le fait qu’ils snipent des cibles mouvantes à grande vitesse.

Le deal avec les Pikes est bien fichu, mais la scène d’après avec le gaspillage de l’eau est un non sens sur Tatooine (comme cela l’était déjà dans Mad Max Fury Road).

La posture de Boba rappelle encore Fisk. Je ne sais si c’est voulu, mais c’est flagrant pour moi.

La partie initiatique avec le lézard est un peu zarb, mais elle offre des scènes nouvelles sur Kamino et dans le Sarlaac.

On sait désormais aussi comment les Tuskens trouvent du bois et sélectionnent celui qui servira pour confectionner un Gaderffii (grâce à une sorte d’armurier qui rappelle celle de The Mandalorian, mais en plus participatif).

Et on sait comment Boba est passé du look de Wilson Fisk à celui de Fester Addams.

 

 

Blaster
A suivre

3 comments

sebastator says:

Tout cela reste assez “plan-plan” et en manque de rythme (les combats…) et je te rejoins sur ta comparaison avec les premiers épisodes de Mando.
Ce qui me fait peur, c’est cette manie de tout édulcorer qui transpire (à défaut des personnages : mais comment font-ils avec ce soleil ?) de plus en plus dans l’univers SW Disney. Tout est propret.
Peut-être qu’Obi-wan fera du macramé dans une grotte pour s’occuper dans sa prochaine série…
Un point positif cependant : donner une certaine profondeur aux Tuskens. Cela les sort de leur rôle de pilleurs et de chair à canon.
Mais bon… Je râle mais je serais au RDV mercredi prochain pour le prochain épisode, tant j’ai envie de voir ce casqué (qui ne le reste pas tant que cela) exister un peu dans l’univers filmé des SW !

Absolument. Même si je me dis qu’un Book of Fennec Shand aurait été plus intéressant.

Julortk says:

La bonne idée de cette série, c’est qu’on est avec les Tuskens. C’est intéressant pour moi car quand Anakin les massacre, ben, ça ne me touche pas vraiment. On ne les voyait que comme des êtres sans intérêt, voir horribles, immondes. Je trouve qu’à posteriori, ça donne plus de valeur à leur massacre par le Jedi.

Pour le reste, je suis en accord avec la critique. Quand on voit les innombrables chemins parcourus à pieds, on nage dans l’incompréhension. Pourquoi revient elle a pied avec le prisonnier ? Improbable.

Le gâchis de l’eau, bon voilà quoi.

Pour la propreté des lieux, j’en viens à penser que c’est volontaire pour marquer la chute de l’Empire ou des Hutt. Ça donne un petit sentiment de prospérité et du coup, d’amélioration des conditions de vie de la planète. Perso, je le prends comme ça.

L’attaque du train, j’ai mis du temps à comprendre le pourquoi du comment. Pourquoi le train attaque les Tuskens ( vu sa vitesse et son blindage,ils ne sont pas un danger).
La tactique de l’attaque laisse aussi songeur. Pourquoi rester sur les toits au lieu de rentrer dans les wagons ?
Et puis il y a tout le reste autour. Le train file à une vitesse de dingue mais tout le monde arrive à rester stable ou presque sur son toit. La vitesse n’empêche pas les Tuskens d’être présent le long de la route pour l’attaque ( on parle de plusieurs kilomètres minimum ). De même d’un coup, les snipers Tuskens arrivent à toucher leur cible alors qu’avant.

Bref, pour l’instant c’est sympa, mais faut pas trop creuser non plus sous peine de tout rendre un peu délirant ( comme la course de pods de l’épisode 1 où ça me sort du film à chaque fois tellement c’est bancal ).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire également

Star Wars Acolyte : Récap de l’épisode 4 Jour (S01E04)

Retour au présent, enfin en 132 BBY, pour suivre le quatrième épisode de Star Wars…

A Première vue : Alien, xénomorphes dans la brume

Dans le premier film Alien, le 8ème passager de 1979, quand l’équipage du Nostromo explore l’épave…

Star Wars Acolyte : analyse de l’épisode 3, Destin (S01E03)

Pour ce troisième épisode de The Acolyte, on part 16 ans en arrière. Un flashback…