Critique : Sans aucun remords avec Michael B. Jordan

Je vous propose de découvrir aujourd’hui un film création originale disponible en exclusivité sur Amazon avec Michael B. Jordan en tête d’affiche.

Sans aucun remords est un film d’action librement inspiré d’un roman de Tom Clancy. Michael B. Jordan y incarne un Navy Seal déployé en Syrie dont l’unité se retrouve mêlée à une opération de la CIA. Les conséquences de cette mission bouleverseront la vie de ces hommes et de ces femmes Premier conseil, laissez tomber la VF, la traduction est atroce et incohérente.

Si le scénario enchaîne les séquences improbables, les acteurs assurent. Outre Michael B. Jordan, on est heureux de retrouver Guy Pearce, mais aussi un autre des Quatre fantastiques (version 2015) : Jamie Bell.

Le roman sorti en 1994 marquait le début de la fin de l’oeuvre de Tom Clancy. Après les prouesses de Tempête rouge et des premières aventures de Jack Ryan (Jeux de Guerre, A la poursuite d’Octobre rouge, le Cardinal du Kremlin, Danger immédiat…), l’inventeur du techno-thriller s’essouffle avec cette backstory de John Clark, le super agent de la CIA spécialisé dans les opérations para-militaires. Dans le roman, le héros est un ancien Navy Seal pendant la guerre du Vietnam. Les similarités avec le film sont assez peu nombreuses si ce n’est qu’un drame personnel le conduit à mener une vendetta et in fine à rejoindre la CIA sous une nouvelle identité (de John Kelly à John Clark). Le personnage de Clark est déjà apparu à l’écran dans deux films des aventures de Jack Ryan : sous les traits de Willem Dafoe dans Danger immédiat (1994) et sous ceux de Liev Schreiber dans La Somme de toutes les peurs (2002).

L’intérêt du film d’Amazon est qu’il ouvre potentiellement la porte à d’autres productions du Ryanverse. La plupart des personnages principaux (à ce moment de la chronologie, Jack Ryan n’intervient que plus tard dans les romans) sont présents ou cités (Ritter joue un rôle important et Jim Greer est cité).

 

2 comments

Julortk says:

Ce n’est pas un film Amazon. C’est un film Paramount qui était prévu en salle mais Covid-19 tout ça, hop, les droits sont cédés à Amazon Vidéo.

Pas encore vu ce film donc je me suis arrêté au 1er de la critique.

Il faudrait faire un jour un débat sur la VO Et VF, ce serait marrant de voir les irréductibles de l’une s’écharper contre les ayatollahs de l’autre.

Ce serait une bonne idée, ça.

Merci pour la précision sur Paramount.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *