FulgurAnime Mini : Découvrez Nadia le secret de l’eau bleue

Cet épisode de FulgurAnime a un petit goût spécial car l’instigateur du projet ayant accouché de ce petit bijou n’est autre que ma deuxième référence absolue en matière de japanime : Monsieur Hayao Miyazaki (Studio Ghibli). Mais voyons voir exactement de quoi il retourne.

L’anime

On commence par l’évidence : la direction artistique. Quiconque a déjà vu un film de Miyazaki sera en terrain connu. L’anime a même été accusé de plagier Le château dans le ciel, c’est pour dire. Rien de plus logique puisqu’en fait les deux projets ont la même origine. Tout rappelle à n’en pas douter l’essence des films Ghibli dans ce domaine. Les rondeurs, les couleurs, le pastel, le rendu « estampes », tout est là et bien là. Pour un anime de cet époque (1990) on peut sans peine avancer qu’il fait partie du haut du panier et qu’il a vraiment bien vieilli. On peut féliciter Hideaki Anno et ses équipes pour le travail accompli.

Concernant l’histoire, impossible de ne pas relever aussi l’influence du génie de Miyazaki. Les thèmes abordées sont les mêmes que pour la plupart de ses créations mais on ne s’en lasse jamais. L’inspiration générale est celle d’un autre génie de son temps, Jules Verne, dont le roman vingt mille lieues sous les mers est la clé de voûte. Du Nautilus en passant par Nemo, l’hommage est très appuyé, on pourrait même parfois penser à une relecture du roman façon nippone. Voyage au centre de la Terre est aussi une référence. Mais les influences sont en réalité très nombreuses et universelles : la mythologie, les sciences, les arts, l’histoire, rien n’est laissé de côté. Mais ce qui va toucher le plus le fan d’animation japonaise, ce sont les deux références évidentes à deux piliers de la japanime. La première au travers du petit lion de Nadia qui rappelle sans mal Le roi Leo du génial Tezuka (Astro le robot). La seconde liée au design de Nemo qui est copié sur celui du commandant Bruno Global de la série Macross, pilier de l’anime façon mechas.

Le mot de la fin

39 épisodes de pur bonheur, un dépaysement total, un mélange de technologie et de nature comme le Japon aime nous en offrir et qui reflète tellement bien la culture du pays. Et puis, le mélange des cultures, en cette époque quelque peu troublée, fait du bien. Europe, Afrique, Orient, personne n’est oublié et tout ce beau monde évolue main dans la main au gré de l’histoire, quel vent de fraîcheur !

L’anime a reçu la distinction de « meilleur anime du siècle ». Nadia a dépossédé l’indétrônable Nausicaä (Nausicaä de la vallée du vent de Miyazaki aussi…) de son titre de meilleur personnage féminin en 1991. Tout est dit, mon avis importe peu après ça. Je ne saurais trop vous conseiller de vous procurer et de visionner la version non censurée, plus difficile à trouver mais au combien plus respectueuse du matériau original, une fois n’est pas coutume.

Je dédicace tout particulièrement ce numéro à notre cher Nicko, fan de Jules Verne devant l’éternel, de Vingt mille lieues sous les mers en particuliers (record du monde de relectures) et de Nadia par dessus le marché. Petit cadeau figurines spécialement pour toi aujourd’hui. Le Nautilus Soul of Chogokin. A bientôt mon ami.

Ayorsaint

6 comments

sebastator says:

HIdeaki ano = gunbuster et evangelion.
Un génie.

Julortk says:

S’il y a bien un animé que j’ai envie de revoir, c’est celui là. Je l’ai vu à l’époque mais je ne l’ai jamais revu. Pourtant, j’en garde un excellent souvenir.

Sindobad says:

Il y a quand même une dizaine d’épisodes très très moyens au milieu de la série (la partie sur l’ile “déserte”).
Personnellement j’ai découvert cette série récemment (1 an ou 2) et j’ai pas trouvé ça incroyable, j’ai pas du tout réussi à apprécier Nadia et son caractère lunatique

MacGivre says:

Je suis d’accord : quelques épisodes qui tirent beaucoup trop en longueur et le caractère de merde de Nadia. Mignonne mais chiante.
Je ne comprenais pas non plus pourquoi le commandant du Macross était dans cet animé.
Mais l’animé reste agréable à regarder, j’aime son côté aventure et SF/steampunk (?).

jp says:

Je me souviens de méchants pas si méchants, mais surtout du monocycle à moteur du garçon, engin du même style que j’ai ensuite pu revoir par la suite dan steam boy de OTOMO.

Ryuzo says:

Je lorgnais sur une petite statue de Nadia accompagné du lionceau que je trouvais magnifique, comme l’animé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *