FulguroPix : Mega Man X – Super Nintendo (Capcom 1994)

 

FulguroPix est plus qu’une simple rubrique vidéoludique. C’est devenu un point de rendez-vous où des amateurs de jeux vidéo échangent leurs souvenirs. Oui, l’affect est prépondérant dans beaucoup de domaines liés au passé. En ce sens, et selon cette sensibilité évoquée, il m’était impossible de ne pas vous parler du titre Mega Man X (Rockman X au Japon) que nous avons connu en France à partir de 1994.

Développé et édité par Capcom, ce jeu d’action/plateformes va gagner ses galons de notoriété essentiellement sous sa déclinaison Super Nintendo. C’est en tout cas sur cette console de salon que je l’ai découvert. J’en ai des souvenirs assez précis puisque j’ai acquis Mega Man X en 1995 par hasard, au détour d’un rayon de supermarché, alors que nous faisions les courses en famille. C’était dans un Auchan de mémoire.

Un grand bac était littéralement rempli d’exemplaires de Mega Man X au prix de 99 francs l’unité. Il s’agissait très certainement d’un déstockage qui m’avait d’ailleurs beaucoup surpris car, à l’époque, un jeu estampillé Capcom ce n’était pas rien. Me voilà donc avec une boite entre les mains et lorsque j’ai inséré la cartouche dans ma Super Nintendo, j’ai été immédiatement séduit, totalement absorbé par l’univers futuriste du titre.

 

 

Scénario et contextualisation

J’ai découvert la licence Mega Man au tout début des années 1990, probablement en 1991, avec le second opus. C’était un ami qui le possédait sur NES et j’ai dû y jouer en tout et pour tout deux fois chez lui. Je suis donc resté plusieurs années sans retoucher à un Mega Man avant d’acquérir, encore une fois fortuitement, la version X. J’ai donc redécouvert un personnage qui m’était familier mais dans un contexte différent. Le voici en quelques mots.

Le laboratoire du Docteur Light a été détruit. Cain, un scientifique et archéologue, va y retrouver un conteneur stocké depuis plusieurs années avec à l’intérieur un robot nommé X. A partir de celui-ci, Cain va créer des androïdes qui finiront par s’autonomiser et devenir une menace incontrôlable pour le monde.

X va alors intervenir pour tenter d’endiguer la volonté de domination et de destruction des androïdes dirigés par le terrible Sigma. Voilà un scénario intéressant qui pose les enjeux de manière claire et efficace.

 

 

Gameplay, mode et sauvegarde

Si je devais synthétiser le jeu Mega Man X en un mot, je dirais dynamique. Capcom oblige, la fluidité sera de rigueur avec de belles animations à l’écran pour un jeu destiné à une console 16-bits. X est très mobile. Le scrolling horizontal jalonné de sauts permettra de mettre à l’épreuve vos reflexes.

X sera capable selon la tradition d’utiliser un canon intégré à son bras gauche (même si dans le visuel ci-dessus il est représenté à droite) pour détruire les ennemis. Les compétences de celui-ci évolueront au fil du jeu en fonction des combats remportés contre les boss. Ainsi vous pourrez utiliser des projectiles basés sur des éléments comme le feu, l’air ou encore bénéficier des propriétés de la glace, de l’électricité etc…

Les rush ou aussi appelés dash constitueront une autre possibilité de déplacement, toujours dans cette idée de nervosité. Des wall-jumps seront également réalisables, apportant ainsi du relief à la progression. Certains passages incluront des modes de déplacements variés notamment à travers des chariots. Durant votre périple, vous pourrez récolter des réservoirs de tailles variables pour recharger votre santé ou bien des capsules pour allonger votre barre de vie.

Mega Man X est un titre où la progression est évolutive. X verra ses compétences se modifier tout au long du jeu, notamment au travers d’armures différentes. Chaque particularité sera associée à une couleur bien définie. Dernière précision, la configuration solo du jeu permettra des sauvegardes via un système de grilles avec des chiffres. Mais vous ne serez pas vraiment seul puisque Zero viendra à votre secours sporadiquement, même si c’est un PNJ.

 

 

Graphismes, esthétique et musique

Toujours selon la griffe Capcom, Mega Man X est un jeu que je considère comme très beau. C’est coloré et il y a une esthétique particulière avec des formes arrondies. L’univers futuriste très mécanique du background est finalement adoucit par ces lignes courbes.

En termes de décors, vous découvrirez des environnements très hétéroclites avec des particularités variables. Que ce soit sous terre, dans des eaux profondes, dans des cadres verdoyants ou en hauteur, votre progression prendra les allures d’une quête où les lieux se succèderont sans se ressembler.

Evidemment selon les décors, les thématiques seront parfaitement mises en avant. Sous terre, des chauve-souris mécaniques viendront vous attaquer, alors que des androïdes volatiles arriveront par les airs dans les plateformes surélevées. Un travail très pertinent a été réalisé concernant la faune et la flore.

J’évoquais précédemment la dimension dynamique du titre Mega Man X. Les musiques ne seront pas en reste avec des thèmes électro s’inscrivant parfaitement dans l’esprit futuriste du jeu. A titre personnel, certaines compositions résonnent encore dans ma tête via des sonorités très synthétiques.

 

 

Personnages antagonistes

Parler du jeu Mega Man X c’est obligatoirement évoquer les ennemis. Là encore le travail de Capcom est remarquable. Le relief sera de rigueur avec des opposants de tailles variables. Le design général sera très orienté vers la robotique.

Des gardiens intermédiaires seront présents avant d’arriver aux boss de chaque niveau. Pas moins de 8 créatures seront à affronter afin de récupérer leurs compétences. La thématique animale est omniprésente avec des êtres robotiques dont la structure pourra évoquer un mammouth, un caméléon, une pieuvre, un pingouin, un aigle etc… Avant chaque combat, ces êtres de métal vont exécuter des petites animations spécifiques parfois très drôles.

Pour vaincre aisément ces opposants mi-robots mi-bêtes, il vous faudra composer avec les différents projectiles de votre canon. Par logique, il sera globalement facile de déterminer que la le feu annihile la glace et inversement. Mais d’autres combinaisons seront plus délicates à trouver. Dans tous les cas, l’ordre dans lequel vous choisirez d’affronter ces boss sera déterminant ! Certains ne seront pas si faciles à battre.

L’ultime affrontement contre Sigma sera riche en rebondissements. Vous serez d’abord opposé à son canidé mécanique. Suivra la forme humanoïde de Sigma. Lorsque vous l’aurez vaincu, sa tête ira s’agréger à un gigantesque monstre d’acier. Ce sera le combat final.

 

 

Thématiques et références culturelles

Lorsqu’on parle d’un jeu sous licence Capcom, il est monnaie courante que les références culturelles soient nombreuses. C’est évidemment le cas pour Mega Man X qui suggère selon les éléments des ponts culturels plus ou moins évidents.

Assez spontanément et selon une sensibilité personnelle, X me renvoie à Astro, le petit Robot pour plusieurs raisons mais essentiellement de part son design qui suggère un enfant robotique. Ensuite l’asymétrie sur le plan de l’armement est un thème récurrent qui évoque différentes licences comme celle de Cobra ou encore BraveStarr.

De manière plus pertinente, il faut citer le personnage Vile dans Mega Man X, qui est le bras droit de Sigma. Ce robot que l’on rencontre au début de la progression présente un design très chevaleresque via notamment son casque. Il me rappelle assez spontanément Boba Fett de la licence Star Wars. A ce propos, lorsque vous affronterez Sigma dans l’acte final du jeu, il utilisera, durant sa forme humanoïde, un superbe sabre laser.

D’ailleurs avant d’affronter Sigma, vous aurez un boss intermédiaire à battre dont le design me rappelle celui du Dragon Walker dans la gamme de jouets des Maîtres de l’Univers. L’animation de la créature robotique à l’écran corrobore ce ressenti.

Enfin, vous aurez la possibilité d’obtenir une arme bonus cachée dans le jeu et qui fait référence à l’univers de Street Fighter. En effet, un hologramme du Docteur Light en tenue de Ryu vous assignera la possibilité de réaliser des Hadoken. La manipulation sur la manette sera exactement identique au gameplay original de Ryu. Cette insertion en lien direct avec Street Fighter me rappelle celles visibles dans Final Fight 2.

Les pont culturels sont encore nombreux dans Mega Man X. Je vous laisse le soin de les établir selon vos propres références et connaissances.

 

 

Epilogue

Mega Man X est un jeu qui a vraiment marqué beaucoup de gamers. Une fois la cartouche insérée dans la Super Nintendo, ça part au quart de tour. Les ennemis déferlent avec de gros sprites qui s’affichent à l’écran. Le ton est donné d’emblée : ça va déménager !

Les musiques accentuent encore une fois le dynamisme du titre. La difficulté de Mega Man X sera variable selon les niveaux et certains boss demanderont à la fois de la dextérité mais également de la stratégie, surtout dans le choix de l’arme avec laquelle vous allez vous battre. Dernière remarque : à la toute fin du jeu, après le ending et le staff listing, Sigma réapparaitra dans une petite séquence, indiquant ainsi qu’une suite est envisageable. Il y en aura même plusieurs.

Je garde un souvenir impérissable de Mega Man X et je pense ne pas être le seul. Aussi n’hésitez pas à me transmettre vos avis et ressentis dans l’espace des commentaires. Je serais très heureux de les lire et d’y répondre. Je vous donne rendez-vous très bientôt afin de (re)découvrir ensemble d’autres perles vidéoludiques. Merci à tous pour vos lectures. Cette production est spécialement dédiée à tous les amoureux de la licence Mega Man.

6 comments

ayorsaint says:

Chouette moment Nicko. Tu l’as très bien dit dans ton article mais je vais insister sur le gameplay du titre qui même aujourd’hui n’a pas pris une ride et met une jolie claque en termes de plateformer 2D. La musique qui me marque le plus dans ce jeu c’est celle du niveau d’introduction qui mettait une grosse claque directe dans son ensemble.
Dans mon top 5 Super Nintendo.

Nicko says:

Merci Aurélien 🙂

Comme toi, la musique au début du jeu est m’a vraiment marqué. Je l’ai clairement en tête.

Niveau actualité qui pourrait intéresser du monde, le développeur Vitor Vilela a modifié le fichier d’origine pour l’amélioré, sauvegardes, bouton de dash, ralentissements … je vous laisse suivre le lien de l’article (pour plus d’infos et pouvoir y jouer).
https://www.retrorgb.com/sa-1-patch-for-mega-man-x-released.html

Mega Man X – Prologue stage avec le chip son de la Mega Drive (YM 2612) pour montrer que quand on sait s’en servir il déchire.
https://www.youtube.com/watch?v=OQCya6yn73o&t=325s

ayorsaint says:

Je reviens poster un petit truc : Mega Man 11 est sorti l’année dernière. C’est un bien bel hommage à la série. Je le recommande vivement.

Thi_bô says:

Merci Nicko pour cet article.
J’ai découvert ce jeu à l’age adulte et il correspond tout à fait à l’idée que je me fais d’un “bon jeu” de Snes.
Un condensé de ce que cette console avait de mieux.
C’est indiscutablement un must have dans une collection de retro gaming.

Nicko says:

Merci mon Thibaud ! 😀

Je suis d’accord avec toi, le jeu cumule des qualités qui en font un incontournable pour les fans de jeux rétro. Comme mentionné dans le papier, j’ai vraiment eu ce jeu alors que ce n’était pas prévu, complètement par hasard. Un coup de chance qui m’a permis de le découvrir et d’en parler 25 ans plus tard.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *