FulguroPop

Le magazine de la Pop Culture

Nous continuons aujourd’hui notre petit chemin vers Avengers : Endgame avec ce petit article qui va aborder la suite directe du film que nous avons vu la semaine dernière : les Gardiens de la Galaxie Vol. 2. En effet, si l’on se réfère à la chronologie officielle du Marvel Cinematic Universe, ce film sorti le 26 avril 2017 se déroule donc juste après la fin du premier.

 

Toujours réalisé par James Gunn, nous retrouvons au casting tous les acteurs principaux du premier opus. Ainsi Star-Lord, Drax, Gamora, Nebula et Yondu conservent les mêmes visages. Ils sont rejoints par de nouveaux personnages : Mantis, incarnée par Pom Klementieff, Ego qui est joué par Kurt Russel et nous avons le droit au cameo de Silvester Stallone, qui joue ici un membre de l’ancienne équipe de Yondu nommé Starhawk.

 

 

L’histoire – malheureusement – est très simple. Trop simple, pour ne pas dire simpliste. Pour faire un résumé assez bref, Peter Quill découvre qui est réellement son père (Kurt Russel). Et s’il le met sur un piédestal, il réalise qu’Ego n’est en fait qu’une menace pour la Galaxie, et qu’il est en plus responsable de la mort de sa mère. Donc Star-Lord et les Gardiens l’éliminent. Fin.

 

 

Oui, je fais de nombreux raccourcis, mais malheureusement, il y a très peu de choses à sauver de cette suite qui s’avérait pourtant prometteuse. Tout ce qui rendait le premier film attrayant disparait ici au profit de niaiseries qui tournent autour de la famille. Je ne parle pas de l’effet de surprise, mais de tout le côté fun, décomplexé, loufoque, incroyable. Tout le mode “WTF” mais dans le bon sens du terme, ce n’est plus là.

 

 

Alors quand je dis “tout”, j’exagère – à peine. On a quand même un personnage qui parvient à tirer son épingle du jeu : Yondu. C’est le seul qui parvient à nous offrir une scène ultra-touchante, mais aussi la scène la plus bad-ass du film – la seule qui pour moi vaut le coup de regarder cette suite. Son sacrifice est juste hyper poignant, et permet de lever un peu le voile sur le passé de Quill – et par conséquent sur celui de Yondu. Cela explique la clémence du centaurien vis-à-vis de ce petit terrien qui ne fait que lui apporter des problème. Et la scène où il utilise sa flèche pour décimer son propre groupe qui l’a trahi est juste jouissive. C’est même lui qui va avoir la réplique la plus drôle avec son “I’m Marry Poppins, Y’all”. Mais pour le reste ? Il n’y a pas grand chose à retenir.

 

 

Les personnages sont creux, et inconstants par rapport à ce que l’on connaissait d’eux, l’exemple le plus criant étant celui de Nebula. Pour les autres, ils dégagent beaucoup moins de choses que dans le premier film. Gamora passe du statut de “femme élevée par Thanos, véritable machine à tuer” à “Love Interest”. Drax était “le Destructeur”, dans le premier. Là, il n’est présent que pour des gags au premier degré. Et on lui colle en plus Mantis, qui a ce même problème de relation avec les gens. Rocket est toujours “Rocket”, mais moins cynique, plus “tout public”. Et le bébé Groot, qui est la touche “mignon” de l’équipe pourrait tout aussi bien être absent, que cela ne changerait pas grand chose.

 

 

On peut au moins admirer la prestation de l’ensemble des acteurs, Russell en tête. Quel plaisir de le retrouver ! Grâce aux effets spéciaux, on le revoit comme il était il y a des années en arrière, à l’époque de Tango et Cash. D’ailleurs, en parlant de ce film… Le cameo de Sly est plutôt cool. Quand on entend la voix d’Alain Dorval alors que le personnage n’est pas encore apparu à l’écran, ça fait quelque chose. Simplement dommage que lui et Ego n’échangent pas quelques lignes de dialogue.

 

 

Voilà. Ce film, en gros, à part nous expliquer pourquoi Quill a pu tenir une pierre d’Infinité dans la main à la fin du premier, faire mourir un personnage intéressant et nous montrer que Groot a grandi, bah il ne sert pas à grand chose. Oui, on a David Hasselhoff à l’écran. Oui, on a des références à la pop-culture. Mais ce n’est pas suffisant. Même le choix des musiques n’est pas aussi marquant que pour le premier opus. Je suis incapable de me rappeler le nom de plus de deux chansons que l’on entend pendant tout Guardians of the Galaxy Vol. 2.

 

La semaine prochaine, nous nous retrouvons donc pour aborder une suite, une fois encore, et il s’agira du second film consacré aux plus puissants héros de la Terre : Avengers – Age of Ultron !

Ji-Day

5 responses to “Marvel Countdown to Avengers : Endgame – Guardians of the Galaxy 2”

  1. Blaster Avatar

    Ce film est vraiment un mystère pour moi. Il était prévisible que les recettes du premier ne produiraient pas le même effet. J’ai été surpris que Gunn se lance dans l’adaptation d’Ego et en même temps déçu par le parti pris d’en faire un Céleste. Pareil pour la maigre tentative d’introduire Adam Warlock.

    Sinon mention très bien pour le cameo de Stan Lee en mode espion des Watchers.

  2. ayorsaint Avatar
    ayorsaint

    J’ai pas trouvé que c’était un si gros raté de mon côté. L’effet de surprise du premier n est plus là et le méchant manque de charisme certes mais sinon ça tient quand même bien la route et ça fait le job pour un film du MCU…

    1. Blaster Avatar

      Je l’ai mis dans les bons films du MCU, mais c’est vrai qu’une grosse partie du charme et de l’innovation du 1er film sent un peu le réchauffé, là.

  3. ayorsaint Avatar
    ayorsaint

    Au pire on peut leur reprocher de pas avoir su recréer la surprise mais le film est bon. On est d’accord Blaster.
    Pourvu que le 3 vienne nous surprendre à nouveau par je ne sais quel tour de passe passe.
    Bon déjà l’antagoniste principal devrait avoir un autre charisme que kurt russel…

    1. Blaster Avatar

      J’ai trouvé assez intéressant que Gunn choisisse un acteur culte des années 80, ça collait bien avec son Star-Lord. Par contre pour le trois, j’ai du mal à imaginer le truc…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *